L'IPv6

Suivi de l'épuisement des adresses IPv4

Appel à candidatures pour former une Task-Force IPv6 en France

Vous souhaitez intégrer la Task-Force IPv6 ?

Rejoignez-nous !

La pénurie d'adresses IPv4 s'est accélérée

L’IPv4, pour Internet Protocol version 4, est utilisé depuis 1983 pour permettre à internet de fonctionner : chaque terminal sur le réseau internet (ordinateur, téléphone, serveur etc.) est adressable par une adresse IPv4. Le protocole IPv4 offre un espace d'adressage de près de 4,3 milliards d'adresses IPv4. Or, le succès d'internet, la diversité des usages et la multiplication des objets connectés ont comme conséquence directe l'épuisement progressif des adresses IPv4, certaines régions du monde étant touchées plus que d'autres. Les quatre principaux opérateurs français (Bouygues Telecom, Free, Orange, SFR) ont déjà affecté entre 88% et 99% des adresses IPv4 qu’ils possèdent, à fin juin 2018.


Date d'épuisement des adresses IPv4

Au 17 septembre 2019, il reste 1,33 millions d’IPv4 publiques disponibles au RIPE NCC (le registre régional d'adresses IP, qui alloue les IP pour l'Europe et le Moyen-Orient).

Erratum : contrairement à ce qui a été publié en août 2019, le RIPE NCC a décidé de continuer à attribuer 1024 adresses IPv4 par LIR* jusqu’à épuisement, puis de créer une liste d’attente pour les plages IPv4 qui seraient retournées au RIPE NCC. (L’attribution de 1024 adresses IPv4 par LIR jusqu'au dernier million d’adresses IPv4 disponible, puis 256 IPv4 par LIR jusqu'à épuisement n’est donc plus d’actualité.)

La date prévisionnelle d’épuisement des adresses IPv4 est maintenant au 5 novembre 2019 (et non plus en mars 2020).

* Un LIR (Local Internet Registry) est généralement un opérateur de télécommunications. Comment devenir LIR et pourquoi : témoignage de l’association Franciliens.net.

5 novembre 2019

C'est la date la plus probable pour l'épuisement des IPv4.

Que va-t-il se passer le jour de l’épuisement des IPv4 du RIPE-NCC ?

Le prix des IPv4 sur le marché secondaire de l’achat des adresses IPv4 déjà allouées, par lequel des acteurs qui ont trop d'adresses IPv4 les vendent à ceux qui n'en ont pas du tout ou pas assez, devrait considérablement croître, du fait d’une demande plus forte, pour une offre de plus en plus faible.

La ressource IPv4 devenant de plus en plus rare (plus d’acheteurs d'IPv4 et moins de vendeurs), le prix des adresses devrait s’envoler en fonction de l'offre et de la demande.

Ce prix élevé est susceptible d’ériger une barrière à l’entrée significative à l’encontre des nouveaux acteurs du marché et augmentera le risque de voir se développer un internet scindé en deux, IPv4 d’un côté et IPv6 de l’autre, comme l'explique Jérémy Martin, Directeur Technique de Firstheberg.com : "Avec une demande croissante pour un nombre d’IPv4 fixes, le coût de location d'une IPv4 va doubler d'ici à 2 ans."


Quelles seraient les conséquences éventuelles côté utilisateurs d'une pénurie d'IPv4 ?

Pour répondre à la pénurie des adresses IPv4, certains mécanismes de substitution ont été mis en place par des FAI. Les équipements Carrier-grade NAT (CGN) permettent par exemple partager une adresse IPv4 entre plusieurs clients. Cependant, ils entrainent aussi avec eux plusieurs effets négatifs qui rendent complexe le maintien d’IPv4 et quasi impossible un certain nombre usages comme le pair-à-pair (ou peer-to-peer), l’accès à distance à des fichiers partagés sur un NAS (serveur de stockage en réseau) ou à des systèmes de contrôle de maison connectée, certains jeux en réseau, …

Selon Gregory Mounier, d'Europol, "porte ainsi atteinte à la vie privée de nombreuses personnes qui pourraient être citées en procédure alors même que les enquêteurs ne s’intéressent qu’à un seul suspect. Dans ce contexte, seule une transition quasi-totale à l’IPv6 peut constituer une réponse pérenne à ce problème."

Par ailleurs, un opérateur qui achète des adresses IPv4 à un acteur étranger prend le risque que ses clients soient pendant de nombreux mois localisés hors de France, bloquant ainsi de nombreux services.

Accélérer la transition vers IPv6 : la seule solution pour préserver internet !

Accélérer la transition d'IPv4 vers IPv6 est la seule solution pérenne, car seule une transition quasi-totale à IPv6 peut permettre aux fournisseurs de contenus de se passer d'IPv4.

Vous aussi, participez !

Chacun peut, à son niveau, participer à cette transition, en activant IPv6 sur son mobile ou son ordinateur. Voici comment :

Fixe :

Free, Coriolis Telecom et Orne THD proposent de l'IPv6 systématiquement activé par défaut : vous n'avez rien à faire. Si vous êtes client d'un autre opérateur, activez l'IPv6 dans les paramètres de votre box. L'option IPv6 peut être présente, mais pas activée par défaut. Certains fournisseurs d’accès à internet ne proposent toujours pas d’IPv6 (l'option IPv6 n'existe pas). Si vous changez de fournisseur d’accès à internet, soyez vigilants et privilégiez un opérateur qui propose de l'IPv6.

Mobile :

Si vous êtes client Orange ou Bouygues Telecom, activez simplement IPv6 sur votre mobile Android : le réseau de ces deux opérateurs est 100% compatible IPv6 (IPv6 ready). Dans les paramètres => Connexions => Réseaux mobiles => Nom des points d'accès => modifier l'APN par défaut en basculant le "Protocole APN" d'IPv4 à IPv6. Les iPhone ne permettent pas à l'utilisateur de faire eux-même la modification d'APN : seul l'opérateur a la main sur ce paramètre.

Votre IPv6 est-il fonctionnel ? Vérifiez le sur cette page test (site tiers). La version du protocole IP utilisée "par défaut" doit être IPv6.