Revue de presse

Les titres de la presse du lundi 2 novembre 2015

RÉGULATION

Couverture territoriale en très haut débit et téléphonie mobile

•  Emmanuel Macron a réuni pour quatrième fois les quatre opérateurs de télécommunications pour faire le point sur l'état d'avancement de l'équipement en très haut débit en France. Il a confirmé la nécessité de disposer d'engagements précis de déploiement de la part des opérateurs privés d'ici la fin de l'année.  Ces précisions devront permettre à l'Etat comme aux collectivités concernées de disposer de la visibilité nécessaire sur ces programmes d'investissement essentiels. Un état des lieux sera établi en janvier 2016. Enfin, un point d'étape a été fait sur la réalisation du programme de couverture des zones blanches de la téléphonie mobile (Communiqué de presse de Bercy)

• Très haut débit : Bercy ne relâche pas la pression. Le ministre de l’Économie « est sorti rassuré » de sa réunionavec Orange, Numericable-SFR, Bouygues Télécom et Free. Certains avaient pourtant alerté, il y a quelques jours, « sur de possibles retards ».  Avec 20 milliards d’euros, financés par les opérateurs et l’État, la quasi intégralité du territoire doit être couverte en fibre optique d’ici à 2022 (Contexte, Les Echos)

• Emmanuel Macron rappelle à l'ordre les opérateurs sur le haut très débit (Reuters)

UE/infrastructures télécoms

Réseaux transeuropéens de télécommunications, appels à propositions.  Au titre du programme de travail, publication des appels d’offres pour les subventions dans le domaine des réseaux transeuropéens de télécommunications dans le cadre du mécanisme pour l’interconnexion en Europe pour la période 2014-2020 (Contexte)

Publiphonie

• Des parlementaires s‘inquiètent du démantèlement des cabines téléphoniques. Trop chères, guère utilisées... Les arguments furent nombreux il y a quelques mois pour justifier le démantèlement progressif des près de 40 000 cabines téléphoniques que compte la France. Plusieurs parlementaires voudraient cependant que le gouvernement s’assure que certains citoyens ne restent pas sur le carreau. Sans remettre frontalement en cause ces nouvelles dispositions législatives, les parlementaires en appellent à davantage de dialogue avec les territoires concernés, afin que le démantèlement de cabines téléphoniques soit étudié au cas par cas (nextinpact.com)

NUMÉRIQUE

Transformation numérique

• La grande mutation des éléphants publics français. Loin de leur image d'immobilisme, les grandes entreprises publiques et parapubliques françaises se sont lancées à corps perdu dans la transition numérique. Qu'il s'agisse de la SNCF, de La Poste ou de Transdev, tout est bon pour offrir de nouveaux services aux clients ou améliorer la productivité interne (Les Echos)

• « L’ubérisation peut aussi toucher les télécoms » prévient le PDG d’Orange. Quelques mois après l'annonce de sa stratégie Essentiels 2020, le PDG d'Orange, Stéphane Richard évoque la transformation numérique de l'opérateur. Il l'affirme : il n'y a pas de raison pour que son entreprise soit "à l'abri de l’émergence d’acteurs d’un genre différent qui l'amène à revoir, en profondeur, son modèle économique." Alors il anticipe. En se rapprochant des start-up, en particulier. Mais aussi - et c'est nouveau - en collaborant avec Google, Facebook et SpaceX, plutôt que de continuer de voir ces géants du numérique comme des ennemis (usine-digitale.fr)

• Orange, acteur de la Silicon Valley. À l’heure de sa transformation numérique, l’opérateur historique s’épanouit tout particulièrement dans l’eldorado du digital : la Californie (usine-digitale.fr)

• Numérique : comment G7 répond à Uber. Menacée par les applications VTC, la centrale de taxis innove à son tour. Taxis G7 finance même une start-up qui lui veut du bien (Les Echos)

• En Chine, le match Uber versus Didi (Le Monde)

IoT

• Verizon accelerates IoT push with ThingSpace platform. U.S. telco aims to reduce complexity, fragmentation, cost associated with deploying, scaling Internet of Things services (totaltele.com)

Numérique à l'école

• Numérique à l'école : l'objectif 2016 « pourrait être » dépassé. Plus de 40 % des collèges pourraient être connectés, selon Najat Vallaud-Belkacem. Tous les nouveaux manuels ne seront pas prêts pour la rentrée 2016. L'Etat investira 192 millions d'euros en 2016 pour développer le numérique à l'école (Les Echos)

• Les industriels de la filière restent très prudents. Le ministère de l'Education nationale n'exclut pas, à terme, de renforcer le plan numérique en direction de l'école primaire (Les Echos)

Start-up

• Des start-ups parisiennes à l'assaut de la New York. Les villes de Paris et New York lancent un programme inédit d'échange de start-up (Le Parisien)

TÉLÉPHONIE MOBILE

4G

• China Telecom added 15m 4G customers in Q3. Chinese telco saw profit grow faster than revenue in the first three quarters of 2015 (totaltele.com)

• Maroc : le challenge du business model. L’acquisition des licences 4G ou LTE aura coûté près de 2 milliards de DH aux 3 opérateurs télécoms, soit 910 millions pour l’opérateur historique, 503 millions mobilisés par Wana Corporate et 500,4 millions investis par Méditel. Un nouveau champ de bataille qui requiert un retour sur investissement dans les plus brefs délais. Mais tout repose sur le modèle économique. En clair, définir la monétisation d’une prestation qui part ex-nihilo (leconomiste.ma)

TÉLÉCOMS - FRANCE

Opérateurs vs OTT

• « L’argent du consommateur européen ne doit plus remonter uniquement aux Etats-Unis » selon le PDG de Bouygues Telecom. Quelques jours après l'adoption par le Parlement européen de la fin des frais d'itinérance d'ici à juin 2017 et d'un texte controversé censé garantir la neutralité du Net, Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Telecom, appelle l'UE à se montrer moins "fleur bleue" sur le plan économique vis-à-vis des géants américains du Net. (La Tribune)

Législatif

• Loi sur la surveillance internationale : à fond la forme ! Lors des débats autour de la proposition de loi sur la surveillance des communications électroniques internationales, plusieurs parlementaires l’ont assuré : en juillet dernier, le Conseil constitutionnel n’a censuré que la forme, pas le fond. Est-ce bien vrai ? (nextinpact.com)

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Fusions-acquisitions

Telecom Italia : Vincent Bolloré vs Xavier Niel

• Cible de choix, Telecom Italia aiguise les appétits français. Un temps annoncé comme une cible des groupes Orange ou Altice, Telecom Italia fait désormais l'objet d'une lutte entre Vivendi et Xavier Niel, le fondateur d'Iliad, mieux placés pour mettre la main sur l'un des opérateurs les plus attractifs d'Europe dans un contexte de consolidation au niveau continental. Si, en Italie, l'opération lancée par M. Niel a pris de court tout le monde, notamment du fait de l'absence d'information sur le ou les réseaux locaux utilisés par ce dernier pour se lancer, l'intérêt pour l'opérateur ne surprend, en revanche, pas vraiment, dans la mesure où "Telecom Italia est la seule grande entreprise des télécoms en Europe qui soit approchable", rappelle Alessandro Pansa, professeur de finances à la Luiss Business School de Rome (AFP)

• Selon le patron de Vivendi : il n’y a eu « aucune concertation » avec Xavier Niel sur Telecom Italia (AFP)

• Le Gouvernement italien met en garde sur Telecom Italia. Rome veut des actionnaires à visée industrielle pour l’opérateur télécoms (Les Echos, Le Figaro)

• La campagne d’Italie. Xavier Niel est en position de détenir 15% de Telecom Italia. Face à lui, un autre Français, Vincent Bolloré. Ou peut-être avec lui… (Le JDD)

• Patrick Drahi ne sera pas de la fête. Fini les acquisitions pour Altice, secoué par les marchés et qui doit maintenant consolider sa frénésie d’investissements (Le JDD)

• Pourquoi Xavier Niel monte autant au capital de Telecom Italia (bfmbusiness.com)

• Benvenuto Signor Niel. Xavier Niel has found a window of opportunity to buy into Telecom Italia, but is there more to his plan than a financial investment ? (totaltele.com)

Royaume-Uni

• Enquête approfondie de la Commission européenne sur le rachat de O2 par Hutchison. La Commission européenne a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête approfondie pour déterminer si le projet de rachat par le conglomérat hongkongais Hutchison de l'opérateur mobile britannique O2, appartenant à l'espagnol Telefonica, nuirait à la concurrence. La Commission européenne "craint que l'opération entraîne une hausse des prix, une réduction de l'offre et une baisse de l'innovation pour les clients des services de télécommunications mobiles au Royaume-Uni". Le marché de la téléphonie britannique connaît actuellement un certain nombre de grandes manoeuvres: mercredi dernier, les autorités britanniques de la concurrence ont donné un premier feu vert à l'acquisition de EE par le britannique BT auprès du français Orange et de l'allemand Deutsche Telekom, une opération de 12,5 milliards de livres (17,3 milliards d'euros) (Wall Str. jal, AFP)

• Three-O2 deal : EU watchdog launches in-depth investigation (Financial Times)

Brésil

Oi en discussions avec LetterOne sur TIM (Reuters)

Opérateurs

• Sprint a annoncé dimanche un objectif de réduction de ses coûts de l'ordre de 2 à 2,5 milliards de dollars sur l'exercice 2016 avec à la clef un plan de réductions des effectifs et des économies dans un grand nombre de domaines (Reuters)

• Altice’s customer woes in Europe stoke concern ahead of its U.S. foray (Reuters)

• Push notifications could be worth $10.9bn to telcos (totaltele.com)

Equipementiers

• Nokia signe des contrats avec China Mobile pour 910 millions d'euros (AFP)

• Etoile déchue de la Silicon Valley, HP joue son va-tout avec une scission (AFP)

Marchés financiers

• Le retour en force des géants de la tech galvanise le Nasdaq (Le Figaro)

INTERNET

Neutralité du Net

• Pour Deutsche Telekom, l'avenir d'internet est à plusieurs vitesses (nextinpact.com)

• Not neutrality ? Some Germany tech firms are not happy about Deutsche Telekom’s plans to start charging them “revenue-sharing fees” for delivering their services in high quality over its infrastructure (Politico)

• Gunther Oettinger issued a statement reiterating the rules set out in the new telecoms single market package, mainly the bit about only being able to offer specialized services if the quality and speed of regular services are not affected. “Startups or other users may not be ‘animated’ to change because [services are] throttled or the expansion of Internet capacity is neglected,” he wrote, before adding: “Startups, [video-on-demand] providers and other users are free to decide whether they want to use their services over the open Internet as before, or want to have a quality guarantee. For most services, the transmission quality on the open Internet is enough.”  (Politico)

Protection des données personnelles

• Protéger sa vie privée sur internet, combien ça coûte vraiment ? (Rue 89)

Introduction en Bourse

• Showroomprivé lève 250 millions sur un marché difficile (Les Echos)

Internet bas débit et pays émergents

• Facebook veut sensibiliser ses salariés aux contraintes de l'internet bas débit. Dans le cadre de son offensive en direction des pays émergents, le réseau social pousse ses équipes à surfer en  2G  tous les mardis (le Monde)

CONTENUS

Streaming musical

• Apple épouvante le marché du streaming. Deezer, qui a suspendu son projet d'introduction en Bourse, et Pandora sont fragilisés par les nouvelles offres des deux plus gros acteurs du Web, Apple Music et YouTube (Google) (Le Figaro)

SECTEUR POSTAL

La Poste

Diversification

• La Poste rachète Resto-in, start-up de livraison de repas à domicile (journaldunet.com, bfmbusiness.com)

COP21

• La Poste veut réduire de 15% ses émissions de CO2 d'ici 2020 (Le Parisien)

Messagerie/colis

• Concurrence : la messagerie s’attend à être sanctionnée par L’Autorité de la concurrence. 19 transporteurs de colis (parmi lesquelles La Poste par le biais de ses fialiales Chronopost et Exapaq, Geodis (groupe SNCF), Royal Mail, le néerlandais TNT, DHL, FedEx, mais aussi Gefco, l’entreprise familiale Heppner, ou encore les groupes Sernam et Mory, qui ont fait faillite en 2012 et 2015) sont accusés d’avoir échangé des informations sur leurs tarifs. L’Autorité de la concurrence aurait fait savoir qu’elle se prononcerait avant Noël (Les Echos)