Revue de presse

Les titres de la presse du jeudi 25 août 2005


L'EVENEMENT :
LES TROIS OPERATEURS MOBILES FRANÇAIS SOUPÇONNES D'ENTENTE

Le Conseil de la concurrence dénonce une entente entre opérateurs
Selon le rapport de la DGCCRF, qui s'appuie sur des preuves saisies chez les trois opérateurs, "un accord occulte qui vise à geler les parts de marché" a été conclu entre Orange, SFR et Bouygues Telecom
(Les Echos, Le Monde, Le Figaro, metro, 20 minutes, Le Parisien, Libération)
Les opérateurs se défendent
Suite à la publication ce jour par le Canard Enchaîné d'éléments relatifs à une enquête en cours du Conseil de la Concurrence, Orange conteste fermement l'existence d'une entente entre opérateurs mobiles
(Communiqué Orange)
SFR conteste vigoureusement l'existence de toute entente ou d'un quelconque "contrôle" du marché de la téléphonie mobile en France (Communiqué SFR)
Bouygues Telecom a aussi "contesté formellement les conclusions" du rapport. L'opérateur juge "absurde" qu'on l'accuse d'avoir pris part à une entente qui aurait eu pour effet de cantonner sa part de marché "à un niveau très inférieur à celui des opérateurs comparables en Europe" (AFP)
La perspective d'une amende fait chuter les cours de Bourse des opérateurs
Le cours des maisons mères des trois opérateurs mobiles a chuté hier à la suite des révélations sur une entente éventuelle entre eux. Ce qui a fait peur au marché, c'est que les opérateurs risquent théoriquement une amende allant jusqu'à 10% de leur chiffre d'affaires ce qui représenterait plusieurs centaines de millions d'euros. Les trois opérateurs, de leur côté, ont clamé leur innocence: "le marché est effectivement concurrentiel" selon Orange. Le Conseil de la Concurrence doit rendre sa décision avant la fin de l'année (Les Echos)
"Les industriels ont été privilégiés par rapport au consommateurs"
Alain Bazot, président de l'UFC Que Choisir : "Le régulateur n'a pas été très présent dans le marché des mobiles. Il a une autorité morale donrt il peut faire usage au moins pour établir des constats. Mais souvent le régulateur se réfugie derrière les limites de sa compétence. Jusqu'à une date récente, l'ART s'est montrée frileuse (...). Cette affaire donne plus de légitimité aux instances pour agir (...) Trop longtemps, on a empêché la création des MVNO. C'est que la politique de l'ART voulait protéger Bouygues" (La Tribune)
Outre l'amende qui pourrait être infligée aux opérateurs, l'UFC-Que Choisir pourrait "demander l'indemnisation des usagers" (AFP)
L'accusation fragilise le marché du mobile
Au delà de l'accusation du Conseil de la Concurrence, c'est le fonctionnement du marché qui est remis en question. Depuis quelques années, les parts de marché des trois opérateurs ont peu évolué tandis que leurs marges n'ont cessé de croître. Pourtant, beaucoup ont tenté de faire baisser les prix et de rendre le marché plus concurrentiel. En vain selon l'UFC. Du côté des MVNO, bien que Bruxelles ait constaté la faiblesse de la concurrence en France, la Commission a empêché l'Arcep de mettre en place son projet de régulation du marché des mobiles (La Tribune)
La France, un cas à part en Europe. Avec l'Espagne et l'Italie, elle fait certes partie des pays qui ne possèdent que trois opérateurs. Pour autant, la concurrence existe malgré les soupçons d'entente (Le Figaro)
Téléphonie mobile : relancer la concurrence. La mise au jour d'une entente supposée entre les trois opérateurs mobiles pose à nouveau l'éternel problème de l'équilibre à trouver entre les intérêts contradictoires des industriels et des consommateurs.Une dizaine de MVNO doivent voir le jour. Ils sont censés élargir le marché en conquérant de nouveaux abonnés. Encore faut-il que les tarifs de gros que leur consentent les trois opérateurs ne soient pas dissuasifs. Ce qui semble loin d'être le cas. Reste que l'arrivée en France du britannique Vodafone, qui convoite SFR, serait sans doute le meilleur moyen de relancer la concurrence... (Editorial/La Tribune)
Les politiques s'en mêlent
Les réactions politiques n'ont pas tardé : Henri Emmanuelli (PS) a demandé la création d'une commission d'enquête. De son côté, Patrick Devedjian, conseiller politique du président de l'UMP, estime que Thierry Breton est en positions de "conflit d'intérêt": "Thierry Breton n'était pas à la tête de France Telecom au moment des faits. Mais son statut d'ancien président de France Telecom pourrait laisser planer une suspicion sur la manière dont il gère le dossier des télécoms. De plus, il ne défend pas assez la concurrence. Il est peu actif sur le dégroupage total et ne se bat pas en faveur des MVNO" (Le Figaro, AFP)
Le Minefi réagit
Le démenti du Ministre de l'Industrie : selon ses proches, Thierry Breton n'est "concerné par cette affaire ni avant son arrivée à Bercy, alors qu'il était président de France Télécom, ni après, depuis qu'il est ministre de l'Economie" (Le Figaro, AP)
Thierry Breton rattrapé par France Télécom. Après l'affaire Rhodia, c'est son passage à la tête de l'opérateur qui est sur la sellette. Thierry Breton est rattrapé par le "mélange des genres" que l'opposition et une partie de la majorité avaient déploré lors de sa nomination en février. L'affaire éclaire en tous cas les options politiques de Thierry Breton plus proche des grands groupes industriels et assez éloignées des consommateurs (Libération)
Le ministre de l'Economie a déclaré que s'il y avait eu une "entente" entre les trois opérateurs de téléphonie mobile, il "faudrait punir" (AFP)
Conseil de la concurrence
Fraises, baguettes et télécoms : l'autorité administrative indépendante peut infliger des amendes et saisir la justice (Le Figaro, AFP)
 

ARCEP / REGULATION

Dégroupage
Tarifs
Le Conseil d'État maintient les prix du dégroupage total et rejette les arguments des opérateurs alternatifs. L'association des opérateurs alternatifs n'a pas réussi à imposer sa volonté au régulateur des télécoms. Jugeant qu'il n'y avait aucun caractère d'urgence, le Conseil d'État a rejeté son référé pour forcer une baisse tarifaire du dégroupage (Reuters)
Déception pour les opérateurs alternatifs et le consommateur (silicon.fr)
Opérateurs
Free conteste les indicateurs de France Telecom. Le FAI a contesté mercredi les chiffres de France Télécom selon lesquels l'opérateur historique respecterait à plus de 90% les délais de livraison des accès internet haut débit aux opérateurs alternatifs. A la demande de l'Arcep, France Télécom doit publier chaque mois des "indicateurs de qualité de service des accès ADSL". Selon les chiffres publiés sur son site, France Télécom affirme qu'en juillet le taux de respect du délai s'est élevé à 96,4% pour le dégroupage partiel et à 97,4% pour le dégroupage total. Les chiffres communiqués par Free sont inférieurs, les taux s'élevant respectivement à 61,5% et à 87,9%
(AFP, La Tribune, Les Echos)
République de Maurice
"La compétition a encouragé les prestataires de télécom à innover" . La dérégulation du marché des services des télécommunications à contribuer à faire baisser le coût de la connexion. Le prix de l'Internet à haut débit est encore trop élevé, soutient un consultant : "il faut que l'ICTA donne un coup de pouce en ce qui concerne le dégroupage" (lexpress.mu)
Convergence
La nouvelle bataille autour du vieux téléphone fixe. La détention du réseau de téléphonie fixe ­ et le contrôle de la ligne de bout en bout (dégroupage) ­ redevient stratégique pour innover sur l'ADSL. L'arrivée concomitante des offres "triple play" et du haut débit sur les téléphones mobiles (technologie dite 3G) a convaincu les grands opérateurs que leur avenir passait par une diversification de leurs offres de services (Le Monde)
Haut débit
TDF à nouveau poursuivi devant le Conseil de la Concurrence. Bercy a porté plainte contre TDF devant le Conseil de la Concurrence pour non respect d'injonction. En 2002, le gendarme de la concurrence, saisi par Antalis, avait ordonné à TDF de proposer une offre d'hébergement sur les émetteurs de la TNT "à un prix en rapport avec les coûts directs et indirects des prestations offertes", injonction qui avait été partiellement réformée par la Cour d'appel qui lui avait imposé de proposer une offre "à un prix proportionné à la valeur du service". Cette injonction n'aurait pas été respectée (Les Echos)
VoIp
Google se lance dans les services téléphoniques. Frénésie autour du téléphone sur le web
(Le Monde, Libération, AFP)
A wake-up call from Google Talk. Incumbent operators cannot ignore the growth of VoIp (Financial Times)
Skype prepares for the big time. The VoIp company hasd garnered more than 51M users in two years (Financial Times)

TELEPHONIE MOBILE

4G
Japon et Chine sur la même ligne pour la 4G. Les deux pays vont signer un accord sur une coopération dans les nouvelles technologies mobiles. De quoi permettre au Japon de prendre une longueur d'avance sur le marché chinois et donner à la Chine l'accès aux technologies japonaises
(Libération, latribune.fr, La Tribune, Les Echos, AFP)
3G
Europe picks up 3G lifting telecom hopes (Wall Street Jal)
Proxiums annonce, pour mi-septembre, le lancement, en Belgique, de la téléphonie 3G (AFP)
MVNO
MTV Allemagne Viva se lance dans la téléphonie mobile via E-plus (Reuters)
Opérateurs
DoCoMo a racheté une partie des ses propres actions pour 1,92 milliard d'€ (AFP)
Equipementiers
Le ventes mondiales de mobiles ont progressés de 21% au 2T05, selon l'institut Gartner (Les Echos)
Nokia prévoit une forte croissance du marché chinois : + 200 millions en trois ans (Reuters)

TELECOMS / STRATEGIES DES ACTEURS EN FRANCE

Opérateurs
Neuf Cegetel vise 4 millions de clients grand public (-Le Monde)
Nominations
Charles Dehelly quitte Equant, Barbara Dalibard le remplace (La Tribune, Les Echos)
Services de renseignements téléphoniques
Drôles de numéros (Un édito signé PPDA/ Le Figaro Magazine)

TELECOMS / STRATEGIES DES ACTEURS A L'INTERNATIONAL

Opérateurs
Telekom Austria upbeat on numbers (Financial Times, AFP)
Taiwan : Chunghwa telecom to cut jobs in path to US$78M annualsavings (Financial Times)
Australia : government fights back after onslaught from all sides over Telstra (Financial Times)
Equipementiers
Le ministère des Communications du Koweït choisit Alcatel pour le déploiement d'un réseau optique haut débit évolué (Communiqué Alcatel)

L'INTERNET

FAI
AOL lance une offre "Satisfait ou Remboursé" originale sur le marché de l'Internet (Communiqué AOL)