IPV6

Transition vers IPv6

En dépit de progrès significatifs, le baromètre de la transition vers IPv6 montre que la transition est encore loin d’être suffisante


La pénurie d’adresses IPv4 annoncée fin 2019 conduit certains acteurs à concevoir des solutions permettant de préserver le fonctionnement d’internet sur IPv4, notamment en permettant le partage d’adresse IPv4. Ces solutions font peser une série de risques, comme le refus d’accéder à un service ou encore la difficile identification sur la base d’une adresse IP dans le cadre d’enquêtes judiciaires par exemple.

A terme, faire perdurer internet en IPv4 l’empêchera de croître. La transition vers IPv6 est donc la seule solution pérenne pour qu’internet reste un espace d’innovation et de compétitivité. Le baromètre de la transition vers IPv6, la « task-force IPv6 » et le guide à destination des entreprises sont autant d’initiatives de l’Arcep destinées à promouvoir et faciliter cette évolution indispensable au bon fonctionnement d’internet.

Edition 2021 du baromètre de la transition vers IPv6 : malgré des progrès significatifs (la France en 4ème position en Europe), la transition est loin d’être terminée

Le baromètre de la transition vers IPv6 passe au crible tous les acteurs de la chaîne internet et la progression de leur transition vers IPv6. Il présente notamment l’état actuel des déploiements et les prévisions des principaux opérateurs pour les réseaux fixes comme mobiles.

L’édition 2021 du baromètre met en évidence une nette progression d’IPv6 en France, avec un taux d’utilisation qui atteint presque 50% [1]. La France améliore significativement son classement au niveau mondial en termes de taux d’utilisation d’IPv6 [2], en passant de la dixième place fin 2020 à la sixième place aujourd’hui. Sur ce même indicateur, la France se classe à la quatrième position au niveau européen, derrière la Belgique, l’Allemagne et la Grèce.

Malgré cette nette progression, l’Arcep constate cette année encore que la majeure partie des acteurs de l’écosystème d’internet envisage une transition vers IPv6 encore insuffisante en termes d‘objectif et de rythme de déploiement. Ces acteurs sont donc invités à accélérer la transition.

Sur le réseau fixe, l’Arcep constate des disparités importantes entre les principaux opérateurs télécoms français et les appelle à faire preuve d’une ambition plus grande concernant le déploiement d’IPv6. Sur le réseau mobile, l’Arcep constate des progrès significatifs mais invite les opérateurs à poursuivre leurs efforts.

Du côté des hébergeurs, le retard est toujours aussi marqué. Seuls 20% des trois millions et demi de sites web des noms de domaine .fr, .re, .pm, .yt, .tf et .wf sont à ce jour accessibles en IPv6 [3]. Même si la grande majorité des sites web accessibles en IPv6 sont également accessibles en IPv4, on observe une augmentation du nombre de sites web accessibles en IPv6 (environ 1000 domaines de domaines soit deux fois plus qu’en 2020). Le taux d’hébergement mail reste alarmant avec seulement environ 7% des serveurs mail accessibles en IPv6.

La « task-force » dédiée à IPv6, mise en place par l’Arcep en partenariat avec l’Internet Society France, publie un second guide : « Entreprises : comment déployer IPv6 ? »

La « task-force » dédiée à IPv6, lancée en novembre 2019, est ouverte à l’ensemble des acteurs de l’écosystème internet (opérateurs, hébergeurs, entreprises, secteur public, etc.). Elle a pour objectif de favoriser l’accélération de la transition vers IPv6 en permettant aux participants d’aborder des problèmes spécifiques et de partager les bonnes pratiques. Le premier axe de travail identifié a été d’encourager les entreprises à effectuer leur transition vers IPv6. Pour cela, la task-force a publié un premier guide « Entreprises : pourquoi passer à IPv6 ? ».  Elle publie ce jour un second guide méthodologique destiné prioritairement aux experts des systèmes d’information des entreprises afin de les aider à mettre en œuvre la transition vers IPv6. Ce guide vise à aider les équipes informatiques à définir leurs besoins en IPv6, planifier l’implémentation de ce protocole et le déployer au sein de leurs entreprises.

Si vous souhaitez contribuer aux futurs travaux de la task-force, inscrivez-vous à la task-force.

Documents associés :

- Le baromètre 2021 de la transition vers IPv6 en France

- Le guide « Entreprises : comment passer à IPv6 » (publié en novembre 2021)

- Le guide « Entreprises : pourquoi passer à IPv6 » (publié en décembre 2020)

 


Notes :

[1] Selon « Google IPv6 adoption ».

[2] D’après la médiane des données « Google IPv6 adoption », « Akamai IPv6 adoption », « Facebook IPv6 adoption », « Apnic IPv6 preferred » d'octobre 2021. Seuls sont considérés les pays du Top 100 avec le plus d’internautes.

[3] Données AFNIC à août 2020