Novembre

Les titres de la presse du mardi 26 novembre 2019

REGULATION

5G

Enchères 5G : imbroglio autour du prix de réserve. Le gouvernement a décidé d'un prix minimum de 2,17 milliards d'euros pour les fréquences 5G. Il s'est aligné sur l'estimation indépendante réalisée par une Commission ad hoc. Mais l'Arcep continue de demander un plancher beaucoup plus bas pour éviter une flambée des prix / Les opérateurs dénoncent des attentes déraisonnables de l’Etat (Les Echos)

Les opérateurs télécoms mécontents du cadre des enchères. Ils estiment que le prix de réserve, fixé à 2,17 milliards par le gouvernement, est trop élevé. Leurs inquiétudes portent plus précisément sur la seconde phase, la première étant à prix fixe. L’Arcep prônait 1,5 milliard, un « grand maximum ». Elle doit encore donner son avis sur ce prix. Le régulateur ira-t-il à l’affrontement ? (Contexte, Les Echos)

• Le prix de réserve fait bondir les opérateurs / Beaucoup voient dans ce choix une revanche de Bercy après le New Deal / "Pour que les enchères soient équitables, il faut que tout le monde puisse prétendre y participer", a réagi l’Arcep (Le Monde)

• Arrivée de la 5G : le gouvernement fait passer les opérateurs à la caisse. Les fréquences de déploiement de cette nouvelle technologie seront vendues à un prix minimal de 2,17 milliards d’euros. Orange, SFR et les autres espéraient plutôt 1,5 milliard (Libération)

• 5G : la colère des opérateurs face aux choix de l’État / Du côté du gouvernement, l’équation est compliquée à résoudre : il faut satisfaire les élus locaux, et en même temps, ne pas oublier des contraintes budgétaires tendues, dans un climat compliqué. L’attribution de nouvelles bandes de fréquences aux opérateurs télécoms est historiquement vue comme un moyen de renflouer les caisses / Pour Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, un prix de réserve à 2,17 milliards d’euros, est « équilibré et raisonnable » (Le Figaro, AFP)

5G : le scénario que souhaite à tout prix éviter le régulateur. La technologie devrait être enfin déployée en France en fin d'année prochaine. Attention, cependant, à ne pas recréer un marché à deux vitesses / "Il faut se rappeler les bénéfices de la concurrence, que l'on a tendance à oublier comme les trains qui arrivent à l'heure. Moins de concurrence veut dire hausse des prix et souvent moindre dynamisme des investissements. N'oublions pas la période des ententes", avertit Sébastien Soriano / La situation n'est pas pour autant figée. Le montant de l'addition ne sera pas décidé avant plusieurs semaines (lepoint.fr)

• Les conditions de Bercy mécontentent l’ensemble des opérateurs / "Comparé aux mécanismes retenus en Allemagne et surtout en Italie, deux pays dans lesquels la vente des licences a rapporté 6,5 milliards d’euros aux pouvoirs publics, la France se prémunit d’enchères excessives, estime Alexandre Iatrides, analyste chez Oddo BHF. Le processus qui prévoit d’attribuer 50 MHz pour 350 millions d’euros à chacun des quatre permet, a minima, une continuité d’opération sur la 5G aux deux plus petits, Bouygues et Free. Dans un mécanisme classique d’enchères, des opérateurs jouent leur survie. Avec le système français, on limite le risque industriel" / Pour le président de la Fédération Française des Télécoms, le prix minimal fixé par l’Etat n’est pas cohérent avec son discours des derniers mois (L'Opinion)

• Renoncement politique sur la 5G en France. Au final, à part le gouvernement qui renfloue ses caisses, personne n’est satisfait : ni les opérateurs qui n’auront pas les fonds pour procéder aux investissements suffisants, ni l'Arcep qui craint une aggravation de la fracture numérique / L’annonce des tarifs des fréquences 5G n’a pas empêché SFR d’acheter, ce lundi, pour un milliard d’euros, l’opérateur de fibre Covage (L'Humanité)

• 5G : l’Arcep ouvre la voie à des enchères retardées / Chacun des quatre opérateurs pourra acheter un bloc de 50 MHz et enchérir ensuite pour tenter d'avoir une part des 110 MHz restants (silicon.fr)

• 5G en France : les opérateurs déçus par les 2,17 milliards d’euros demandés au minimum / Un autre élément dérange les opérateurs: peuvent-ils utiliser l’infrastructure 5G de Huawei ou pas ? Doivent-ils se tourner vers d’autres groupes ? (kulturegeek.fr)

• Débits élevés, portée, couverture : ce que la 5G promet avec les nouvelles fréquences (numerama.com)

• "L'industrie française semble moins intéressée par la 5G qu'en Allemagne", lance Vincent Masztalerz / directeur de l'unité opérationnelle Processus d'automatisation chez Siemens France (industrie-techno.com)

La Bourse garde son calme devant le prix de réserve des fréquences 5G. Il demeure inférieur de 40 % au coût moyen observé en Europe / Il y a deux ans, le gouvernement avait fait des licences télécoms un outil d’aménagement du territoire. Il en fait maintenant un moyen de segmentation du marché favorisant ses deux premiers acteurs (Crible/Les Echos)

Distribution de la presse

• Distribution de la presse : l'Arcep prend ses marques. L’instance annonce la création d’un comité de concertation, véritable clé de voûte devant permettre « une transition entre le système historique et la régulation par l’Arcep ». L'Autorité a organisé le 21 novembre dernier sa première réunion avec 28 acteurs du secteur a et les a invité « à apporter leur contribution » ; l'Arcep mènera par ailleurs un cycle d'auditions auprès notamment des représentants de lecteurs et des organisations représentatives des salariés des entreprises de messageries, ainsi que des travaux spécifiques sur les enjeux numériques (Cb Newsletter)

• Les négociations relatives aux règles d'assortiment se feront sous l'égide de l'Arcep / L'Arcep va créer un comité de concertation afin que les acteurs du secteur et le régulateur puissent dialoguer / Les acteurs de la filière appelés à apporter leur contribution (Correspondance de la presse)

• L’Arcep à l’écoute des acteurs de la distribution de la presse, lors d’une première réunion dans le cadre de sa nouvelle mission (Communiqué Arcep)

Budget

• PLF 2020 : les sénateurs ont adopté l’amendement centriste visant à lutter contre les pratiques d’optimisation fiscale des opérateurs télécoms, avec avis favorable du gouvernement. Cette disposition étend le dispositif applicable aux kiosques presse, aux services de livres en ligne et d’abonnement cinéma (Contexte)

Projet de loi audiovisuel

• "La loi audiovisuelle ne bougera pas avant le débat parlementaire" : une interview de Franck Riester / "Pour rééquilibrer les règles du jeu avec les acteurs étrangers, nous souhaitons des collaborations renforcées entre la future Arcom (fruit de la fusion entre le CSA et l'Hadopi) et l'Arcep, même si cette dernière montre des signes de réticence" / "Le CSA propose la désignation d'un responsable légal en France pour les plates-formes étrangères"  (Les Echos)

• Future loi audiovisuelle: le ministre de la culture reste ferme face aux télés. En revanche Franck Riester écoute les régulateurs indépendants de l’Arcep, la CNIL, l’Hadopi et le CSA qui lui ont rendu leur avis sur le projet de loi. S’il est prêt à apporter quelques modifications dans le texte, c’est pour prendre en compte ces avis (Le Figaro, Contexte)

TÉLÉCOMS-FRANCE

Aménagement numérique

• Derniers trous dans la couverture mobile du département : plusieurs villages d’Indre-et-Loire restent encore privés d’un accès à la 4G. En 2019, quatre communes d’Indre-et-Loire ont ainsi été choisies pour bénéficier du dispositif "New Deal Mobile" : Thizay, Marçay, Seuilly et Lemé. Elles s’ajoutent aux trois premières communes déjà ciblées en 2018, Cheillé, Saint-Épain et Chemillé-sur-Dême (lanouvellerepublique.fr)

• Aux portes de Montpellier subsistent encore des zones blanches. C'est le cas dans la commune de Montaud. A l'heure de la 5G et malgré l'installation d'une antenne relais en janvier dernier, téléphoner ou avoir accès à internet est loin d'être simple (france3-regions.francetvinfo.fr)

Marché Entreprise

Concentration des télécoms d'entreprise : Edouard Philippe et Bruno Le Maire interpellés par Patrick Chaize, président du groupe d'études sur le numérique, et Elisabeth Lamure, présidente de la délégation aux entreprises, qui évoquent la situation ubuesque dans laquelle risque de se retrouver le marché si Kosc Telecom périclite (La Lettre A)

Altice vient d’annoncer le rachat de Covage, le quatrième opérateur de gros sur le marché de la fibre en France, pour 1 milliard d’euros en numéraire. Avec cette opération, l’opérateur télécoms met la main sur 2,4 millions de prises fibre, dont 800 000 déjà installées / Cette opération pourrait aussi avoir des conséquences sur le marché des télécoms dédié aux entreprises. De nombreux petits opérateurs achètent des capacités aux « grands » acteurs du marché, dont Covage. Son intégration à SFR FTTH leur fait craindre un recul de la concurrence sur ce secteur déjà compliqué (Le Figaro, AFP)

• Fournisseur de téléphonie, internet et hébergement de données pour les entreprises, le français Sewan lève des fonds pour accélérer sa conquête de l'Europe. Pour y parvenir, il compte sur le soutien de son réseau de partenaires, capables d'assurer un service de proximité. Si Orange et SFR se taillent la part du lion sur le marché des télécoms d'entreprise, Sewan commence à récupérer de jolies miettes (latribune.fr)

Altitude Infrastructure vient de céder son FAI Wibox à NordNet, filiale d’Orange (Communiqué)

NUMÉRIQUE

GAFA

• "Pourquoi nous devrions mieux réfléchir avant de démanteler les Gafa /  Il ne faudrait pas que l’Europe trouve dans cette idée un prétexte pour ne pas s’interroger sur son incapacité à créer ses propres hubs d’innovation. Il serait plus constructif pour elle de se demander ce qui pourrait lui permettre de créer le futur Google" : un commentaire d'Olivier Babeau/président de l’Institut Sapiens (idées & débats/Les Echos)

• "On n’a pas de contre-pouvoirs institutionnels puissants pour tenir tête aux GAFAM" : une interview de Thibault de Swarte, enseignant-chercheur qui étudie tous les aspects sociaux, sociétaux et éthiques liés aux usages des nouvelles technologies de l’information (usbeketrica.com)

IA

• Peut-on vraiment faire confiance à l’intelligence artificielle ? / "Les machines ne savent pas gérer les situations imprévues" : trois questions à Gary Marcus- Professeur à New York University et fondateur de Robust.ai (prospective/ Les Echos)

TÉLÉCOMS-INTERNATIONAL

Relations commerciales sino-américaines

• Huawei et ZTE exclus des fonds de subventions publiques de la FCC. S'ils souhaitent obtenir des subventions fédérales, les opérateurs américains seront désormais contraint de remplacer leurs équipements signés Huawei et ZTE (zdnet.com)

INTERNET

Empreinte carbone

• Au titre "de la sobriété énergétique du numérique", la députée Paula Forteza veut qu’ "en vue de diminuer les émissions de gaz à effet de serre liées à la consultation de vidéos en ligne", les contenus y soient "proposées par défaut dans une qualité combinant un confort suffisant pour l’utilisateur et la consommation de données la plus faible possible" / " Les vidéos pornographiques représentent une part très importante de la consommation de vidéos en ligne et donc des émissions de GES associées au numérique", estime-t-elle. Selon l’élue, ces vidéos pour adultes "consomment à elles seules 27 % des flux, entraînant l’émission de 80 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions des bâtiments ou de l’industrie en France" (nextinpact.com)

• Amazon dans le viseur de la Mairie de Paris / Plusieurs ONG affirment que sa filiale AWS aurait émis 55,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre en 2018, soit autant que le Portugal (Contexte, france.attac.org)

IPv6

• L’Europe a consommé tout son stock d’adresses IPv4... et c'est un vrai problème / La seule solution est le déploiement d’IPv6 (01net.com)

• The RIPE NCC has run out of IPv4 Addresses. On 25 November 2019, we made our final /22 IPv4 allocation from the last remaining addresses in our available pool. We have now run out of IPv4 addresses / Nous y sommes : en Europe, le RIPE NCC est « à court d'adresses IPv4 » (ripe.net, nextinpact.com)

Idées

• "Contrat Pour Le Web : Un plan d'action mondial pour rendre notre monde en ligne sûr et responsabilisant pour tous" : Tim Berners-Lee a annoncé une nouvelle initiative mondiale pour lutter contre les menaces qui pèsent sur la Toile, soutenue par les Gafa et les gouvernements. Il en appelle également aux citoyens (contractfortheweb.org, 01net.com)

CONTENUS

PPL Avia

• Pour la Commission européenne, la PPL Avia présente plusieurs risques d’incompatibilité avec la directive e-commerce / Notice and stay down, entre deux arrêts de la CJUE, le cœur de la Commission ne balance pas / SMA, règlement sur les contenus terroristes, DSA : les nombreuses interactions de la PPL Avia (Contexte)