Revue de presse

Les titres de la presse du lundi 20 novembre 2017

RÉGULATION

Arcep

Séparation structurelle d'Orange

• Sébastien Soriano : « la séparation » est envisageable si la situation concurrentielle ne s’améliore pas sur le marché entreprises ». Le président de l’Arcep revient sur sa stratégie pour animer le marché entreprises. Si elle ne porte pas ses fruits et laisse « Orange dans la situation de préempter ce marché de la fibre pour les TPE et PME, nous serions face à un grave problème. Nous devrions alors envisager toutes les hypothèses, et le cas échéant des outils extrêmes tels que la séparation », indique-t-il. Il estime aussi que la diversification du marché des télécoms est « légitime », et « constate le courage d’Orange qui fait un choix très audacieux sur la banque. [...] Nous ne pouvons qu’encourager ce type d’initiative. » (Contexte, Edition Multimédia)                                                                                  

Incitation à l'investissement

• Sébastien Soriano: « les opérateurs télécoms peuvent investir encore plus. Nous ne faisons pas de fétichisme des chiffres… Il n’y a pas d’objectif de franchir les 10 milliards et l’investissement ne se compte pas qu’en euros. Pour autant, le cœur de notre régulation est de pousser les opérateurs télécoms à investir fortement. Nous nous réjouissons du réveil de l’investissement que nous constatons. Nos projections vont bien dans le sens d’une confirmation – encore en 2017 – d’un effort d’investissement important de la part des opérateurs télécoms. On va avoir besoin de cette ambition forte encore pendant plusieurs années. Il ne faut pas s’endormir sur ses lauriers : ce sont des encouragements mais pas les félicitations du jury ! Nous voulons être d’abord dans l’incitation à investir des opérateurs télécoms, plutôt que dans une logique d’obligation. Pour autant, pour satisfaire l’impératif d’aménagement du territoire, les réseaux doivent arriver jusque dans les zones rurales ou non rentables, selon des calendriers précis et contrôlable. Cela nécessite des instruments d’une autre nature, avec des subventions publiques possibles sur les réseaux fixes ou des contreparties avec les fréquences sur les réseaux mobile. Un cadre juridiquement contraignant est la bonne solution dans le fixe [très haut débit], cadre contraignant que l’on a déjà dans le mobile avec les fréquences. Dans certaines zones, non rentables et où il y a des enjeux de couverture du territoire (dont une partie des zones Amii les moins rentables), cela nous paraît tout à fait souhaitable qu’il y ait un régime juridiquement contraignant » (Edition Multimédia)                                                                                                                                           

• La barre des 10 milliards d’€ d’investissements sera franchie en 2017 (Edition Multimédia)                      

Espace de signalement

• L'Arcep a déjà reçu près de 10.000 signalements (Numerama)                                                          

Aménagement numérique

• La réponse de l'Arcep au gouvernement sur l'aménagement numérique sera rendu le 30 novembre (Contexte)                                                                                                                              

5G

• La course à la 5G est lancée : pour qui ? Quand ? Pour quoi faire ? Comme la 3G et la 4G avant elle, le but de la 5G est notamment de proposer des débits toujours plus élevés, comme le souligne l'Arcep, dans son rapport de mars 2017. Mais pas seulement. (sudouest.fr)                                                               

Couverture numérique du territoire

Couverture mobile

• Mounir Mahjoubi : « les élus ruraux ne veulent plus de zones grises »

Extraits :

Q : Quelles doléances vous expriment  les maires de communes rurales de l'Hérault?

R : La vitesse ! Ils ne veulent plus attendre trop longtemps pour le réseau mobile. Leurs administrés en ont besoin maintenant. Il y a un ras-le-bol des zones blanches, des zones grises, et d'entendre que l'on est déjà couvert alors que ce n'est pas le cas sur le terrain (La Tribune Objectif Languedoc-Roussillon)        

PPL

• Patrick Chaize : «le Ministre de la Cohésion des territoires a évoqué ma récente proposition de loi et affirmé qu’il en partageait les objectifs » (Lu sur twitter)                                                                

SFR et les RIP

• En Charente, les sirènes de SFR brouillent le RIP de Charente Numérique. Le président de la communauté de communes de Charente Limousine prêt à choisir l’offre à 0 euros de SFR contre celle à 2,8 millions d’€ du RIP choisi par l’exécutif départemental (La Charente Libre)                                                           

Du côté de la Commission européenne

• Council seeks breakthrough on spectrum telecoms reform (Politico)                                                   

• Premier trilogue sur la livraison des colis le 20 novembre (Contexte)                                                  

Du côté des GAFA

Lutte contre l’optimisation fiscale

• L’Europe face au casse-tête de la taxation des GAFA (AFP)

Mouvement

• Benoît Loutrel : l'ex-dg de l'Arcep quitte Google France quelques mois après son arrivée (Correspondance de la presse, La lettre de l'Expansion, Satellifax, universfreebox.com)                                                

En Belgique

• Skype considéré comme un opérateur télécom par la justice belge (numerama.com)                             

Aux Etats-Unis

• FCC to vote on net neutrality on 15 December (Total Telecom)                                                       

 

NUMÉRIQUE

IoT

• BNetzA interdit les montres connectées pour enfants,  classées comme "outils de surveillance", assimilées à des "systèmes de transmission interdits". L'Agence a découvert au cours de son enquête que ces objets étaient fréquemment utilisés par les parents pour écouter ce qui se passe dans les salles de classe (nextinpact.com)                                                                                                           

• Bish bash Bosch: a German hardware giant tries to become an ultra-secure tech platform (The Economist)

IA

• La guerre de l'IA annonce-t-elle l'ère glaciaire pour la vie privée ? Les algorithmes d'intelligence artificielle sont nourris aux données, y compris les données privées des internautes européens collectées lors de l'utilisation des services gratuits des géants du Web. L'IA signe-t-elle la fin ou l'évolution de la vie privée ? Le RGPD protégera-t-il citoyens et entreprises ? Débat avec les députés Cédric Villani, Laure de la Raudière, Bruno Bonnell, et Laurent Alexandre/président de DNAVision, Jean-Gabriel Ganascia/professeur à l'université Pierre et Marie Curie  (zdnet.fr)

• Chipmakers bet on the ‘big bang’ of artificial intelligence. Broadcom’s $130bn bid for Qualcomm reflects semiconductor companies’ desire to depend less on smartphones and vie for a foothold in AI (Financial Times)

• "L'Europe a complètement perdu la bataille de l'IA" : un entretien avec Laurent Alexandre, co-fondateur de Doctissimo (Les Echos)

• Voiture et enceintes : Baidu accélère sur l'IA (AFP)

Fintech

• Les chinois dominent la Fintech mondiale selon KPMG et H2 Venture (Le Monde)

Startup

• La SCNF veut son "Waze du train" ; lancement d'un appel à l'innovation après de ses équipes et de startups pour révolutionner la qualité de service (Les Echos)

• Comment Facebook couve ses pépites à Station F (Les Echos)

• Le père de Criteo persiste et signe en France. Jean-Baptiste Rudelle fait son come-back avec un projet de covoiturage urbain (Challenges)

Enseignement

• Des étudiantes se plaignent d'une ambiance sexiste à l'Ecole 42. La direction a pris des mesures (unsinenouvelle.com)

 

TÉLÉPHONIE MOBILE

2G-Orange

• 66 000 téléphones portables Samsung 2G inutilisables chez Orange suite à une mise à jour du réseau 2G (bfmbusiness.bfmtv.com)

Dans le métro

• Le haut débit de la RATP reste à quai. Le métro toulousain est désormais totalement équipé contre une centaine de stations parisiennes (Challenges)

 

TÉLÉCOMS - FRANCE

Altice/SFR

Altice s'attaque aux rumeurs qui plombent son cours de Bourse

• Le groupe dément toute augmentation de capital et/ou d’émissions d’hybrides et convertibles. Le groupe a enfin rappelé que 1/ Next Alt (la holding de M. Drahi) n’a aucune exposition à d’éventuelles garanties de prêts (appels de marge) et n’a cédé aucune action depuis l’introduction en bourse du titre ; 2/ Altice  confirme qu’il n’a pas l’intention de procéder à des opérations de M&A et enfin 3/, le management indique que le désendettement reste sa priorité, certains actifs (notamment les tours), pourraient être cédés. L’impact devait être positif (CDS et cash prices)  (AFP, communiqué Altice)

• Après le plongeon, Altice se reprend en Bourse. La mise au point du groupe, dans la nuit de dimanche à lundi, a permis de rassurer les investisseurs (lemonde.fr)

• Patrick Drahi s’adresse aux salariés pour défendre SFR et éviter que les équipes ne perdent le peu qui leur reste de motivation. A l'issue d'une nouvelle journée noire en Bourse vendredi pour le titre Altice, son patron s'est voulu rassurant et a insisté sur la "véritable stabilité financière" du groupe de télécoms et médias. "Sachez que malgré la chute du cours de bourse, nous bénéficions d'une véritable stabilité financière "(nextinpact.com, La Tribune, AFP)

• L'acte de contrition de Patrick Drahi, qui tente de rassurer les marchés (Le Monde, AFP 17 novembre)

• Selon Bruno Le Maire, il ne faut pas "céder au catastrophisme ambiant" sur Altice (Reuters, AFP, Contexte, reprenant une déclaration faite dimanche sur Europe1 par le ministre de l’Economie)

• Altice’s humbled boss faces battle to restore investor confidence. Patrick Drahi’s cable empire reins in M&A strategy to focus on operations (Financial Times)

Analyses

• Courage, Monsieur Drahi. L'effondrement boursier d'Altice rappelle sur certains points la tempête financière qui s'est abattue sur les dettes publiques européennes. Pour les États comme pour les entreprises, pour éloigner le risque de défaut de remboursement d'une dette colossale et regagner la confiance, il faut de la croissance (Le Figaro)

• Comment Patrick Drahi règle ses comptes avec Michel Combes, son ancien bras droit, décrit comme un simple "intermédiaire" (challenges.fr)

• Le modèle d'Altice a perdu de son crédit. Patrick Drahi reprend les manettes opérationnelles du groupe, un signal fort à l'adresse des investisseurs (Challenges)

• "Le doute sur la méthode Patrick Drahi s’est installé. La dégringolade du groupe Altice discrédite la méthode de son président qui consiste à racheter des sociétés en s’endettant massivement" (Edito-Stéphane Lauer /Le Monde)

• "Evidemment qu'on s'occupe mal de nos clients", assène la CFDT de SFR qui dénonce "une politique de réduction des coûts qu'on paye en terme de services rendus aux clients, ce qui fait que les clients vont voir ailleurs" (zdnet.fr)

Free et Bouygues profitent de déboires de SFR

• Avec respectivement 110.000 et 250.000 nouveaux abonnés mobiles sur le troisième trimestre 2017, Bouygues Telecom et Free profitent sur le plan commercial, des déboires de leur concurrent SFR. Bouygues peut savourer l'instant de la revanche dans les télécoms (Les Echos, AFP, nextinpact.com, zdnet.fr)

• Maxime Lombardini assomme la momie SFR. Le directeur général d'Iliad n'a pas manqué de commenter les résultats médiocres de l'opérateur : "Rien de nouveau sous le soleil, ça doit faire trois ans qu’on prend des abonnés de façon massive, nous et nos concurrents, à SFR. Sur le fixe, il y a un acteur qui est en difficulté avec une stratégie qui ne s’exécute pas comme prévu" (zdnet.fr)

Fibre/RIP

•  "Nous avons le meilleur modèle pour fibrer les RIP" : une interview de Pascal Rialland, DG de Covage (zdnet.fr)

•  Bouygues Telecom arrive dans le Grand-Est. Depuis un peu plus d’un an, Bouygues Telecom multiplie les accords avec les opérateurs d’infrastructures qui bâtissent des réseaux internet très haut débit dans les campagnes (latribune.fr)

•  La bataille de la fibre optique bat son plein (Le Figaro)

 

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Fusions-acquisitions/USA

• Dropped connection : trouble for the AT&T-Time Warner deal. As media giants look to consolidate, the climate for mergers gets chillier (The Economist)

• Welcome to the wild : Broadcom’s $130bn Qualcomm bid highlights a ruthless chip industry. The world’s biggest-ever technology deal would face antitrust scrutiny globally (The Economist)

• Puces : Marvell rachète le concurrent Cavium pour $6 mds afin de créer un acteur majeur dans l'industrie face à Intel ou Broadcom (AFP)

 

INTERNET

Réseau social

• Facebook fait la chasse au faux "like" ; une centaine de pages ont été fermées depuis début novembre : un avertissement aux médias qui tentent d'exister uniquement sur le réseau social (Le Monde)

E-commerce

• Chine : alliance Auchan- Alibaba pour développer des passerelles entre commerce traditionnel et numérique (AFP)

• Alibaba multiplie les grands bonds en avant. Le géant chinois de l’e-commerce aurait vendu 25 milliards de dollars lors de la « journée des célibataires ». Sa conquête de l’Ouest, notamment de la France, ne fait que commencer. Amazon peut trembler (Challenges)

 

CONTENUS

Au Parlement européen

• European Parliament launches last ditch effort to find broadcasting compromise (Politico)

En Italie

• Medisaet et Vivendi sur le point d'enterrer la hache de guerre (AFP)

Aux Etats-Unis

• Assouplissement sur la concentration des médias. La FCC a voté pour éliminer une réglementation datant de 1975 et empêchant une seule et même société de posséder sur le même marché une station de télévision et un journal. Le vote permet aussi désormais à une société de diffusion de posséder plusieurs radios et télévisions sur le même marché (AFP)

• L'empire de Rupert Murdoch est au centre des convoitises: ComCast, Verizon et Sony sont intéressés par les studios 21st Century Fox et sa part dans le groupe de télévision européen Sky (AFP, Le Figaro)

• It’s complicated : publishers are wary of Facebook and Google but must work with them. New concessions from the social-media firms are unlikely to help publishers much (The Economist)

 

SECTEUR POSTAL

La Poste/projet de contrat d'entreprise 2018-2022

• L’Etat invite La Poste à faire mieux avec moins. Le contrat d’entreprise entre l’Etat et l’opérateur postal pour les années 2018-2022 tient compte de la baisse des volumes de courrier et des taux d’intérêt bas (Le Monde)

• Le mandat cash va disparaitre ; son usage a diminué de 25% ces 5  dernières années. A compter du 1er janvier 2018, de nouvelles solutions "plus efficaces et plus sécurisées" seront proposées aux clients (le Monde)

Livraisons/colis

• Chronopost livre le dimanche dans les 14 principales villes de France et en Ile-de-France (Libération)

• A Madrid, La Poste teste les hubs urbains pour livrer ses paquets (Les Echos)