Revue de presse

Les titres de la presse du jeudi 16 juin 2016

RÉGULATION

Arcep

               . Accords d'itinérance et partage d'infrastructures mobiles

• Fin de l’itinérance entre Free et orange: Free limitera progressivement le débit mis à disposition de ses abonnés quand il est en transit sur le réseau d’Orange. Les deux opérateurs ont ainsi respecté l’échéance du 15 juin que l’Arcep avait fixée. Concrètement, l'extinction ne se fera pas par plaques géographiques, comme le recommandait l'Autorité de la concurrence dans un avis rendu il y a trois ans. SFR et Bouygues Telecom ont également apporté des précisions sur leur contrat d'itinérance 4G, sans vouloir les communiquer. Dans l'ensemble, l’Arcep estime que les préconisations formulées dans les lignes directrices publiées le 25 mai ont été plutôt respectées. "On atteint notre objectif, qui est de clarifier le modèle économique des opérateurs et leur trajectoire d'investissement en France, sur un marché à quatre acteurs" se félicite l'Arcep (Les Echos)

• Free annonce le désengagement progressif de son contrat avec Orange. Dans leur communiqué de presse, on notera qu'Iliad ne dit pas publiquement comment il va s'y prendre pour mettre fin à ce contrat... Ni quand. Orange est un peu plus bavard mais ne dit pas quand l'opération sera bouclée (zdnet.fr)

• Free et Orange veulent une fin progressive de leur contrat d’itinérance à partir de 2017 (Le Monde, AFP)

• Free a besoin du réseau mobile d'Orange jusqu'en 2020 (bfmbusiness.com)

• Le régulateur contraint les opérateurs à revoir leur copie. Pour Free, c’est une victoire en demi-teinte. Il gagne deux ans, puisque le contrat signé en 2011 devait prendre fin en décembre 2017. Mais cela met aussi fin à ses espoirs de voir l’itinérance prolongée pour plusieurs années encore, comme il pouvait l’espérer. De son côté, Bouygues Telecom aurait bien aimé que l’itinérance Free-Orange soit stoppée dans les prochains mois. Une option que l’Arcep avait déjà écartée, puisqu’elle aurait privé de mobile des millions de clients. Pour ne pas frustrer ses abonnés et risquer de les perdre, Free va devoir accélérer ses efforts d’investissements dans le réseau. C’est l’objectif recherché par le gouvernement et par l’Arcep. Ils veulent promouvoir la concurrence par les infrastructures réseau. Pour Free, l’addition des prochaines années s’annonce salée (Le Figaro)

• Orange et Free signent un accord portant sur la fin de l’itinérance. L'accord porte sur une limitation progressive par Free Mobile, à partir de janvier 2017, des services pour ses clients en itinérance sur le réseau d’Orange. Cet accord trouve son terme à la fin de l’année 2020. Ce contrat va être communiqué à l’Arcep qui doit se prononcer sur sa conformité aux lignes directrices qu’elle a publiées le 25 mai 2016 (Communiqué de presse d’Orange, Communiqué de presse d’Iliad)

               . Marché entreprise

• L’Arcep s’attaque enfin à l’ouverture du marché des entreprises. L’Autorité lance une consultation publique sur l’accès des services télécoms aux entreprises et aux réseaux FttH. Objectif : stimuler un marché dominé par Orange et dans une moindre mesure SFR (silicon.fr)

• L'Arcep veut voir émerger un troisième acteur (zdnet.fr)

• L'Arcep cherche comment ouvrir la fibre à toutes les entreprises (nextinpact.com)

• Le président de l'Arcep veut une réelle concurrence sur le marché d'entreprise (linformaticien.com)

               . Qualité de service 3G et 4G

• Mobile dans le TGV, zones grises : dans les coulisses des contrôles de l'Arcep. Le régulateur entend démontrer qu'il contrôle de près les engagements des opérateurs mobiles en matière de couverture. Reportage avec ses équipes de mesure dans un TGV et dans un village encore exclu de la 3G (zdnet.fr)

BNetzA/Allemagne

• Bundesnetzagentur fördert Machine-to-Machine-Kommunikation über öffentliche Mobilfunknetze (Communiqué)

• Bundesnetzagentur verpflichtet Anbieter zu mehr Transparenz bei Internetanschlüssen (Communiqué)

Commission européenne/roaming

• La Commission européenne a franchi une nouvelle étape avant la suppression en juin 2017 des frais d'itinérance, en proposant hier des prix de gros maximum que pourront se facturer entre eux les opérateurs quand un téléphone est utilisé à l'étranger. Quatre centimes par minute de communication, 1 centime par SMS et 0,85 centime par mégabit : si la proposition est validée par le Parlement européen et le Conseil, ces tarifs ne pourront pas être dépassés par un opérateur national, lorsqu'il fait payer à l'opérateur d'un autre pays l'utilisation de son réseau par un de ses abonnés. Ces tarifs, fixés notamment en collaboration avec l'Orece, doivent en effet permettre aux opérateurs d'assurer la gratuité de l'itinérance pour les usagers sans que cela ne leur coûte de l'argent (AFP, Politico)

Neutralité du net/Etats-Unis

• Victoire du régulateur américain face aux opérateurs (nextinpact.com)

NUMÉRIQUE

French Tech

•  La French Tech se met à l’heure africaine. De plus en plus de start-up font de l’Afrique leur priorité, se développant des deux côtés de la Méditerranée. L’intensification des relations entre la France et l’Afrique pourrait passer par la constitution de nouveaux hubs, après ceux déjà constitués à Abidjan et Le Cap (Les Echos)

• Le Cap, Lagos ou Nairobi : la folie des incubateurs gagne peu à peu le continent africain (Les Echos)

Mutation numérique

• "Il faut créer l'alternative à Google et Amazon". Le patron de la SNCF décrypte la révolution digitale dans la domaine de la mobilité et pour l'entreprise publique. Les entreprises venues du monde numérique ont fait une entrée fracassante dans le transport et bousculent tous les usages de mobilité. Une révolution et un défi pour les acteurs installés, à commencer par la SNCF qui voit débarquer sur son pré carré national des concurrents très différents d'elle, et qu'elle n'attendait peut-être pas. L'entreprise publique a-t-elle pris la mesure de cette révolution et comment s'adapte-t-elle? Les réponses de Guillaume Pepy, son président du directoire (Le Figaro)

• General Electric à l’offensive dans l’internet industriel. Dans un entretien, Jeff Immelt, PDG du premier groupe industriel au monde, assure que la digitalisation des usines va permettre à l’industrie européenne de gagner en compétitivité. Il réaffirme par ailleurs son attachement à la France, où il vient d’installer une « fonderie digitale » (Le Figaro)

• Blockchain est-elle la nouvelle grande révolution technologique ? Créée pour le bitcoin, cette nouvelle façon d'authentifier des transactions et de partager des bases de données s'annonce aussi disruptive qu'internet (Le Figaro)

• "Pourquoi la technologie ne fait pas redécoller la productivité. Les effets favorables de la nouvelle révolution numérique ou des progrès réalisés en matière d'énergie tardent à se faire sentir. Ont-ils été exagérés ? Sont-ils mal mesurés ? Ou tardent-ils à se diffuser ? Le débat reste ouvert." : par Nouriel Roubini, président de Roubini Global Economics et professeur d'économie à la Stern School of Business de l'université de New York (Les Echos)

• Quatre stades de rupture numérique. Comme Kodak, The Phone House ou Virgin Megastore, tout groupe, si puissant soit-il, peut disparaître en quelques années.  "An incumbent's guide to digital disruption", une étude du cabinet McKinsey, identifie quatre stades successifs de rupture : détectable (elle peut à peine être identifiée), claire (un modèle économique émerge), inévitable (une masse critique d'utilisateurs est atteinte) ou "nouvelle norme" (à ce stade, si vous n'avez encore rien fait, fuyez !) (Les Echos)

Nominations

• L’ex Afdel, l’organisation professionnelle des acteurs du numérique, rebaptisée Tech In France, s’est dotée d’un nouveau président : Bertrand Diard succède à Jamal Labed : "Nous devons créer en Europe un marché technologique pour reproduire des succès come Dassault Systèmes, Business Objects ou Criteo" (itespresso.fr)

• Syntec Numérique : Godefroy de Bentzmann succède à Guy Mamou-Mani. "Nous devons aujourd’hui consolider l’ensemble de nos actions à tous les niveaux afin d’accélérer la transformation numérique de notre pays et la prise de conscience des pouvoirs publics. Trop d’obstacles pèsent encore sur nos entreprises et nous empêchent de faire de la France la terre d’accueil numérique qu’elle pourrait être" (itespresso.fr, Les Echos)

IoT/objets connectés

• Ingenico se lance dans les écrans connectés avec le rachat de Think & Go. La start-up veut installer 6.000 écrans de vente dans les pays les plus matures dans les technologies NFC de paiement sans contact. En Europe l'entreprise vise la Grande-Bretagne, la Pologne, la Hollande et l'Espagne (Les Echos)

TÉLÉPHONIE MOBILE

5G

• Comment Orange prépare le prochain standard de téléphonie mobile. Si la commercialisation de la 5G n’est pas attendue avant 2020, les opérateurs y travaillent depuis plusieurs années déjà. Orange réalise actuellement des mesures de canal entre des émetteurs et des récepteurs sur des bandes de fréquence expérimentales à Belfort. Mais l’opérateur planche aussi sur un nouveau matériel et logiciel radio. Ses équipes de recherche ont notamment mis au point un type d’antenne 5G, dite « focalisante », qui pourrait être promis à un bel avenir (01net.com)

4G

• Paris, capitale de la 4G. L'ANFR recense 2 103 antennes 4G en activité sur les toits de Paris. Dans le détail, c’est Bouygues Telecom qui possède le plus gros réseau 4G de Paris avec 881 antennes, devant Orange (649 antennes), SFR (627 antennes) et Free (243). Le "premier de la classe haut débit" est par ailleurs le seul, pour l’instant, à avoir mis en service une antenne sur la bande 700 MHz, une nouvelle fréquence dont les ondes sont moins puissantes mais plus "pénétrantes" à l’intérieur des bâtiments que les précédentes (leparisien.fr)

m-banking

• Orange lance Orange Money en France pour faciliter les transferts d’argent vers l’Afrique et en métropole (Communiqué)

• Un litige s'immisce dans le rachat par Orange de Groupama Banque. Des actionnaires de l'opérateur s'inquiètent d'un contentieux lié à Madoff chez Groupama Banque (Les Echos)

TÉLÉCOMS - FRANCE

Opérateurs

• Orange se rêve encore en grand d'Europe. Leader en France, l'opérateur télécoms affirme vouloir jouer un rôle moteur dans la consolidation du secteur sur le Vieux Continent. Un impératif pour résister aux incursions des Gafa sur ses marchés. L'Europe compte trois opérateurs dans le Top 10 mondial des télécoms, mais Orange n'en fait pas partie (Les Echos)

• Nouvelles craintes pour l’emploi chez SFR. La réorganisation des filiales de distribution de l’opérateur inquiète les salariés (Le Figaro)

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Etats-Unis

• Les autorités de l’Etat de New-York ont donné leur accord hier au rachat de Cablevision Systems par Altice pour 17,7 milliards de dollars (15,7 milliards d’euros), une opération qui créera le numéro quatre de la télévision par câble des Etats-Unis (Reuters)

Royaume-Uni

• Openreach not planning to add spectrum to its multi-tech mix. BT's infrastructure arm says backhauling base stations will continue to be its primary role in mobile (totaltele.com)

Concentration

• Vodafone / Liberty Global seek EC approval for Dutch merger. The European Commission said it will decide by July 19 whether to approve or formally investigate a planned tie-up between the Dutch subsidiaries of Vodafone and Liberty Global after the companies filed for clearance (Politico)

Marchés financiers

• Moody's a relevé mercredi la note de Nokia d'un cran à "Ba1", saluant ses "progrès" depuis qu'il a absorbé son rival franco-américain Alcatel-Lucent (AFP)

INTERNET

Réseau sociaux

• Twitter mise 70 millions de dollars sur SoundCloud. Cette levée de fonds valorise le site de streaming 700 millions de dollars. Le partenariat avec Twitter devrait permettre à la plate-forme de streaming allemande de toucher davantage le grand public (Les Echos)

e-commerce

• Amazon : la livraison dans l’heure arrive à Paris ce jeudi. Baptisé "Prime Now", ce service est réservé aux clients prioritaires d’Amazon ayant souscrit un abonnement "Premium ". Tous types de produits, y compris l’alimentaire, sont concernés (Les Echos, AFP, le Parisien)

CONTENUS

Audiovisuel

• Entre la télévision et internet, l'avenir de la relation s'annonce compliqué. Pour la publication de son Yearbook annuel, l'Idate a organisé mardi 14 juin une conférence à Paris. L'occasion de se pencher sur l'avenir de la télévision en 2025. Bonne nouvelle pour les acteurs concernées : les chaines de télévision seront toujours là, mais elles se seront complètement réinventées (usine-digitale.fr)

Bloqueurs de pub

• Le quotidien "Les Échos" vient de renforcer son dispositif veillant à s'opposer aux bloqueurs de publicités. En test sur une partie de l'audience depuis février, il est désormais généralisé. De son côté, le GESTE (Groupement des éditeurs de contenus et services en ligne) réfléchit à une seconde vague de blocages pour la rentrée, sur fond de remise en question des pratiques des éditeurs (nextinpact.com)

VoD

• Can Netflix survive in the new world it created ? (nytimes.com)