Mobiles

L'Autorité rend public les résultats de l'enquête d'évaluation de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile en France menée en 2003-2004. Les résultats sont globalement très positifs sauf dans les TGV et les trains de banlieue où de sensibles progrès pourraient être faits

Paris, le 12 juillet 2004

Pour la septième année consécutive, l’Autorité de régulation des télécommunications a mené, en concertation avec les opérateurs et les associations de consommateurs et d’utilisateurs, une enquête d’évaluation de la qualité de service des réseaux de téléphonie mobile en France métropolitaine, telle qu’elle peut être perçue au quotidien par les clients des trois opérateurs.

  • Comment s’est déroulée l’enquête ?

Cette enquête, conduite par le cabinet Directique, s’est déroulée sur une période de six mois, entre novembre 2003 et mai 2004.

Près de 29.000 appels ont été passés, plus de 1.000 SMS envoyés et près de 5.000 fichiers téléchargés via GPRS dans les conditions d’utilisation les plus courantes du téléphone mobile : à pied (à l’intérieur comme à l’extérieur des bâtiments), en voiture, comme passager, (en ville et sur autoroutes), dans les trains (de banlieue comme dans les TGV).

Les mesures ont été effectuées dans les douze grandes agglomérations françaises de plus de 400.000 habitants, dans 20 villes tirées au sort de 50.000 à 400.000 habitants, et dans 20 villes de 20.000 à 50.000 habitants, également tirées au sort.

Les appels, qui ont été passés simultanément sur les réseaux d’Orange, de SFR et de Bouygues Télécom, l’ont été pour un tiers d’un poste fixe en direction d’un mobile, et pour les deux tiers restants d’un terminal mobile vers un poste fixe. Précisons que les opérateurs ignoraient bien évidemment les dates et lieux des mesures.

  • Les nouveautés par rapport à l’enquête menée en 2002

- Une enquête réalisée sur une durée de six mois (au-lieu de quatre à six semaines lors des précédentes enquêtes), ce qui permet de mieux prendre en compte l’état réel des réseaux, qui peuvent parfois faire l’objet d’interruptions pour travaux.

- Des mesures du service de téléchargement de fichiers en mode paquet (GPRS) réalisées, à titre expérimental, dans les agglomérations de plus de 400.000 habitants.

- Des mesures de la qualité de service téléphonique mobile vocal effectuées dans vingt agglomérations de 20.000 à 50.000 habitants.

- Des mesures réalisées sur autoroutes.

- Un durcissement des critères d’évaluation des communications passées depuis les trains de banlieue et les TGV pour mieux tenir compte de l’utilisation réelle par les consommateurs, notamment en prenant en compte les tunnels.

- Enfin, le format de publication a été modifié afin de mieux refléter le positionnement relatif de chaque opérateur par rapport à la moyenne mesurée.

  • Des résultats globalement satisfaisants, sauf dans les trains de banlieue et les TGV

- les résultats positifs

Le taux de communications " réussies et maintenues 2 minutes " en agglomération (hors trains de banlieue) se maintient aux environs de 98 %, confirmant le très bon résultat constaté en 2002. On ne constate pas de disparité significative de qualité de service entre les heures pleines et les heures creuses notamment dans les agglomérations de plus de 400.000 habitants, montrant une bonne maîtrise par les opérateurs de la charge de leurs réseaux.

Par ailleurs, les taux de communications " de qualité parfaite " en agglomération ressortent globalement entre 89% et 96% en fonction des usages avec un léger avantage pour les agglomérations de taille moyenne entre 50.000 et 400.000 habitants par rapport aux grandes agglomérations de plus de 400.000 habitants et aux petites agglomérations de 20.000 à 50.000 habitants. Cette bonne performance des agglomérations de 50.000 à 400.000 habitants, dont les résultats sont en amélioration par rapport à 2002, montre un effort particulier des opérateurs dans ces zones.

Les mesures réalisées sur les autoroutes révèlent un très bon résultat : ainsi, le taux de communications réussies et maintenues 2 minutes s’établit à 94%.

Les mesures SMS sont très bonnes.

Enfin, les premières mesures GPRS réalisées à titre expérimental cette année montrent une bonne qualité de ce service dont la montée en puissance est relativement récente. Le taux de connexions réussies au réseau GPRS s’établit à 97% avec un délai moyen de connexion de l’ordre de 8 secondes marquant ainsi une très bonne disponibilité du GPRS. Le taux de fichiers téléchargés sans erreur ressort à 93% pour les fichiers de 10 ko comme pour ceux de 100 ko.

- des progrès à faire

- Le taux de qualité parfaite dans les grandes agglomérations de plus de 400.000 habitants, qui reste très bon, semble toutefois limité par la forte concentration de trafic.

- Sur les lignes TGV, les taux des communications " réussies et maintenues pendant deux minutes " plafonnent à 69%, et celles qui sont en outre " de qualité parfaite " à 54% (contre respectivement 94% et 81% sur autoroutes).

- Dans les trains de banlieue, le taux de communications " réussies et maintenues pendant deux minutes " n’est que de 80%, et celui des communications qui, en outre, sont de " qualité parfaite " descend à 67%.

 


Les documents associés

 Les résultats de l'enquête