Revue de presse

Les titres de la presse du mercredi 23 mai 2018

RÉGULATION

Arcep

Consolidation du marché Français/interview de Sébastien Soriano

• L’Arcep « entrouve la porte » sur une fusion dans les télécoms. Dans un entretien Sébastien Soriano dit ne plus être opposé à une consolidation du secteur. Ces dernières années, l’Arcep était hostile à ces opérations qui détournaient les groupes de leurs missions d’investissement. En 2017, les opérateurs ont dépensé 9,6 milliards d’€ dans les réseaux fibre. Un record (Le Monde)                                                                                                          

• Les opérateurs télécoms dans la course à l'investissement. Les opérateurs télécoms ne parviennent plus à monétiser leurs innovations ou leurs services à valeur ajoutée. Les marchés financiers rêvent  à une issue qui passe par un retour à trois opérateurs au lieu de quatre. Le serpent de mer a été ressorti de l'eau par le président de l'Arcep dans une interview au journal Le Monde. Mais, mardi matin, à l'occasion de la présentation des chiffres du secteur, il s'est empressé d'éteindre l'incendie qu'il avait lui-même allumé : «Je ne suis pas bienveillant à l'égard de projets de consolidation. L'Arcep travaille pour que le marché soit viable à quatre»,  a déclaré Sébastien Soriano. Après l'avoir évoquée, le régulateur des télécoms écarte finalement l'hypothèse d'un retour à trois opérateurs (Le Figaro)                                                                                                                    

• L'Arcep et la consolidation : ni pour, ni contre, bien au contraire. "Les opérateurs ne peuvent pas parler tout le temps de consolidation". Pour Sébastien Soriano, les rumeurs sur les éventuels rachats nuisent aux investissements de long terme des acteurs  (zdnet.fr)                                                                          

• Consolidation des télécoms : l'Arcep adoucit sa position estimant que les opérateurs avaient fait un bon effort d'investissement, a indiqué ce mardi 22 mai son président (AFP, latribune.fr)                                                               

• Dial tone (Reuters)                                                                                        

• L’Arcep entrouvre la porte à une fusion des opérateurs. Le niveau record des investissements conduit l’Autorité à assouplir sa position. La France reste néanmoins à la traîne en matière de connectivité en Europe (Les Echos)            

• Le secteur télécom est en effervescence mardi à la Bourse de Paris alors que le président de l'Arcep a "entrouvert" la porte à une consolidation (Reuters, bfmbusiness.com, zonebourse.com)

• Altice, a regulatory rocket and an index rejig (Financial Times)

Marché français des télécoms

• Investissements record pour les opérateurs télécoms en 2017 : 9,6 milliards d'euros investis dans les réseaux 2017. La montée en puissance de la fibre et de la 4G expliquent la croissance des investissements, ce dont se félicite l'Arcep. Reste qu'il faut organiser un développement parfois désordonné. Surtout que la 5G arrive (Les Echos, zdnet.fr, totatele.com)

• L'Arcep n'est pas mécontente des opérateurs (Contexte)

5G

• L'Arcep tâtonne encore (Contexte)

• L'Arcep consulte pour ouvrir les « ondes millimétriques » à la 5G (numerama.com)

Analyse

• « La France n’est pas si nulle. Quand l’Hexagone n’est pas si mauvais que cela, nous devons résister à la tentation de l’autoflagellation. Dans les télécoms, l’heure semble pourtant être à un étrange « French bashing » à la sauce tricolore. Citant une étude de la Commission européenne mélangeant des choux et des carottes, certains propagent l’idée que la France serait quasiment le plus mauvais élève de toute l’Europe en matière de couverture 4G ou de réseaux à haut débit. L’image est en partie vraie, mais elle est biaisée et trompeuse. Dans les télécoms, la France est un marché hypercompétitif dans lequel l’investissement a tout de même progressé de 37% en trois ans pour atteindre un quart du chiffre d’affaires des opérateurs. On ferait mieux d’applaudir plutôt que de critiquer" (Edito-David Barroux/Les Echos)

New deal mobile

• La DGE lance une consultation sur la liste des sites à couvrir en 2018 dans le cadre de l’accord sur le mobile (Contexte)

 

NUMÉRIQUE

Protection des données personnelles/Mark Zuckerberg devant le PE

• Données personnelles : au Parlement européen, Mark Zuckerberg, "désolé",  défend sa plateforme, mais peine à convaincre des eurodéputés très offensifs. Fausses informations, ingérences de l'étranger dans des élections ou développeurs utilisant de façon mal intentionnée les informations personnelles: Facebook n'a pas pris ses responsabilités, a reconnu l'entrepreneur (Les Echos, Politico, Le Parisien)

• Ce qu'il faut retenir de son intervention au Parlement européen (lesechos.fr)

• Mark Zuckerberg fait le service minimum à Bruxelles (Le Figaro)

• Un patron to "Zuck" tout miel (Libération)

Tech for good

• Emmanuel Macron accusé de servir la soupe aux géants du Net américains. Plusieurs acteurs de l'écosystème français de la tech à impact positif -ou "tech for good"- voient rouge de ne pas avoir été conviés au sommet du même nom organisé par Emmanuel Macron mercredi 23 mai, en marge de VivaTech. Ils reprochent au président de servir la soupe à des géants très peu éthiques comme Facebook, Palantir ou Uber, en les aidant dans leur opération de communication, pour améliorer leur image écornée par les scandales (La Tribune)

• Emmanuel Macron a reçu à l'Elysée une soixantaine de dirigeants et acteurs de la high-tech mondiale pour les convaincre de s'engager en faveur des "biens communs" (éducation, emploi, santé...). Parmi les invités de ce déjeuner à huis clos figurent les patrons de Facebook (Mark Zuckerberg), Microsoft (Satya Nadella) Uber (Dara Khosrowshahi), IBM (Ginni Rometty), SAP (Bill McDermott), Alex Karp (Palantir) ou encore Jimmy Wales (Wikimedia) ainsi que des patrons français (Free, Orange, SNCF, Sanofi, BNP Paribas, Thales, OpenClassrooms...) et des intellectuels, aux côtés du président rwandais Paul Kagame. Cette réception a lieu en pleine montée des critiques contre les géants d'internet sur le pillage de données, les fausses nouvelles ou l'évasion fiscale (AFP)

Mutation des services publics

• « L’administration n’a pas moins de capacité d’innovation que les entreprises » : Henri Verdier, directeur interministériel du numérique et du système d'information de l'Etat français est au coeur de la transformation numérique du secteur public, jusqu'à l'open data, puisqu'il est également administrateur général des données (AGD) ; interview (La Gazette)

IA

• Qui pour réguler Google Duplex ? Cet agent « intelligent » pourra réserver pour nous un restaurant, avant de remplir des tâches plus complexes. Pourrait-il être détourné? Qui garantira qu’il représente bien l’utilisateur qu’il est censé aider ? (Le Monde)

 

TÉLÉCOMS - FRANCE

Déploiements des réseaux FttH

• Ozone débarque sur les réseaux fibre de TDF. La nouvelle gamme de la filiale du groupe NomoTech sera disponible sur les réseaux TDF pour plus de 700 000 foyers et entreprises (universfreebox.com)

 

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Relations sino-américaines

• Donald Trump envisage une amende de plus d’un milliard de $ pour ZTE. Donald Trump a esquissé mardi les contours d'un accord avec la Chine pour régler leur contentieux sur le groupe chinois de télécoms ZTE, en évoquant une amende de plus d'un milliard de dollars et un changement de dirigeants.  "J'envisage une très forte amende. J'envisage peut-être un nouveau management, un nouveau comité de directeurs, des règles de sécurité très strictes", a déclaré le président américain lors d'une conférence de presse, ajoutant que l'amende pourrait s'élever "à 1,3 milliard" de dollars (Reuters, AFP, Les Echos)

• ZTE estimates at least $3bn in losses from US ban (Bloomberg)

Equipementiers

• Foxconn Unit Plans China’s Biggest IPO Since 2015. Regulators fast-tracked approvals for Foxconn Industrial as Beijing moves swiftly to allow certain technology giants to list in the country (Wall Str. jal)

 

INTERNET

RGPD

• Passage à l'échelle pour les collectivités territoriales (Edito/La Gazette)

• "RGPD : un levier de confiance et de meilleure gouvernance" : une interview de Thomas Dautieu, directeur adjoint de la conformité à la CNIL (Global Security Mag.)

• Europe's GDPR have many asking : what happens now ? (Politico)

• Who stands to lose from GDPR ? (Politico)

 

TECHNOLOGIES

Très haut débit

• Avec Qualcomm, Facebook va tester le réseau Terragraph en 2019. En exploitant les équipements sur lesquels il travaille pour le Wi-Fi 802.11ay, Qualcomm va aider Facebook à tester en conditions réelles son futur réseau Terragraph. Il doit, à terme, connecter à Internet foyers et bureaux en très haut débit et sans fil (lesnumeriques.com)

 

CONTENUS

Fake news

• La ministre de la culture favorable au renforcement du CSA pour encadrer les obligations des plateformes (Correspondance de la presse)

Réforme de l'audiovisuel public

• Verdict imminent ; les arbitrages sont attendus ces prochains jours, avant les discussions sur le budget 2019 (Le Figaro)

 

SECTEUR POSTAL

Belgique

• " Nous ne sommes pas en mode panique " : Avec une chute de 40 % du titre, bpost traverse une période de turbulences. La baisse du courrier s'accélère et une grosse acquisition, Radial, aux Etats-Unis, rencontre quelques difficultés. Le CEO, Koen Van Gerven, présente ses solutions (trends.levif.be)

• Les 5 soucis de Koen Van Gerven: l'acquisition de Radial (fournisseur de services e-commerce aux USA), l'accélération du recul du courrier (recul de 7% prévu pour 2018), l'absentéisme, le nouveau centre de tri de Bruxelles et la rentabilité en recul (net recul de l'Ebitda en 2018 : -20%) (trends.levif.be)

• L'activité "journaux" de bpost sera jugée par l'Europe. Bpost va devoir répondre devant la Cour européenne de Justice pour les subsides qu'elle reçoit pour la distribution de journaux. La procédure remonte à 2015, lorsque la Fédération flamande des vendeurs de presse avait dénoncé cette aide publique auprès de la Commission européenne. Celle-ci avait rejeté la plainte après une enquête. Celle-ci avait rejeté la plainte après une enquête préliminaire simplifiée. Estimant que ses droits procéduraux n'avaient pas été respectés, la VFP a fait appel auprès de la Cour européenne de Justice de l'Union européenne. Celle-ci vient de décider que l'affaire serait examinée par la grande chambre de la Cour (lecho.be)