Revue de presse

Les titres de la presse du mercredi 6 janvier 2016


CONCENTRATION DU MARCHE FRANÇAIS

Orange confirme ses discussions avec Bouygues

• Quatre ans après le lancement de Free Mobile, le nombre d'opérateurs télécoms en France pourrait bientôt retomber à trois. Orange et Bouygues ont officialisé hier la tenue de discussions en vue du rachat par le premier de la filiale de télécoms du second. La prudence reste néanmoins de mise. Ni engagement de calendrier, ni schéma prédéfini, ni même obligation de résultat. Valorisation de Bouygues Telecom, future gouvernance et rôle de l'Etat dans le nouvel ensemble, accord du gendarme français des télécoms… Les chantiers à défricher demeurent encore nombreux avant que l'opération ne se réalise. Reste aussi à déterminer qui, de Paris ou de Bruxelles, aura à traiter le dossier au regard du droit de la concurrence (Les Echos, Le Figaro, Libération, le canard Enchaîné, Le Monde, AFP)

• Les discussions entre Bouygues et Orange sont "une affaire de quelques semaines. Mon sentiment est qu'il faut aller vite, c'est une affaire de quelques semaines, je ne sais pas si ce sera un mois ou deux mais dans tous les cas, ça n'ira pas au-delà", a déclaré Stéphane Richard  (AFP)

• Les sujets de négociations ne manquent pas. Le plus compliqué sera de trouver les remèdes susceptibles de satisfaire les autorités de la concurrence. Ce deal à deux sera, en fait, un deal à quatre. Car Free et SFR auront aussi leur part du morceau. Le premier pourrait récupérer une partie du réseau mobile de Bouygues, des fréquences, mais aussi des prises fibre. Le second, une partie de la clientèle dans le mobile ou encore sur le segment entreprise. Reste à savoir devant qui il faudra défendre le dossier : Paris ou Bruxelles. Tout sera fonction de la date à laquelle la notification du rachat sera faite…L’ARCEP ne sera pas en reste, qui pourra donner un avis sur l’opération aux autorités de la concurrence. Des discussions informelles ont déjà eu lieu. Le régulateur pourrait surtout mettre son veto à des transferts de fréquences qui interviendraient dans le cadre des « remèdes » envisagés et qui créeraient un déséquilibre trop fort entre les acteurs (Les Echos, bfmbusiness.com)

L'UFC-Que choisir redoute une hausse des prix

• Rapprochement Orange-Bouygues Telecom : attention danger. L’UFC-Que Choisir demande aux autorités qui seraient amenées à examiner le dossier de prendre toutes les mesures propres à garantir aux consommateurs qu’une concentration de grande ampleur du secteur des communications électroniques ne se fasse pas au détriment de l’intensité concurrentielle, propre à assurer aussi bien la continuité des investissements, gages d’un large accès au très haut débit, que des tarifs attractifs (Communiqué)

• Les consommateurs attentifs à un possible retour à trois opérateurs. L’UFC-Que Choisir demande des garde-fous en cas de restructuration. Selon l’association de consommateurs, le rapprochement entre les opérateurs pourrait engendrer « une restructuration du marché d’une ampleur bien plus forte ». Il avait fallu attendre 2012 pour qu’un quatrième opérateur, Free, arrive dans le secteur de la téléphonie française. Cette nouvelle concurrence aurait fait baisser la facture moyenne de 30 % en deux ans (la-croix.com, silicon.fr, AFP, Le Figaro)

• Retour à 3 opérateurs télécoms: quel impact pour le consommateur ? Le rapprochement entre Bouygues et Orange réduirait le nombre d'opérateurs de 4 à 3. L'UFC-Que Choisir redoute cet affaiblissement de la concurrence. Cela dit, en Europe, les fusions passées n'ont pas induit de hausse de prix systématique pour le consommateur. Pour éviter ce scénario, les autorités européennes de la concurrence, lorsqu'elles sont sollicitées pour valider une fusion entre opérateurs mobiles, imposent désormais une condition préalable aux acquéreurs : ceux-ci doivent s'engager à signer des accords avec des opérateurs mobiles virtuels (MNVO) pour attiser la concurrence (bfmbusiness.com)

A la Bourse

• Les télécoms en nette hausse, soutenus par la perspective d'un marché réduit à trois opérateurs. Hier à 10H33, Bouygues gagnait 1,36% à 37,66 euros après avoir confirmé avec Orange (+0,95% à 15,35 euros) des discussions" en vue d'un rachat par Orang de Bouygues Telecom.. Leurs concurrents Numericable-SFR  et Iliad montaient respectivement de 6,12% à 35,17 euros et 2,78% à 227,15 euros, dans un marché en baisse 0,43%(AFP)

Analyses

• Like many phone companies, France's Orange would like to think of itself as a nimble technology innovator. Orange is basically a boring utility where scale matters far more than invention (Bloomberg)

• Conférence téléphonique à Yalta. La consolidation des télécoms est d'autant plus compliquée qu'elle est moins urgente (Crible/Les Echos)

• Les opérateurs se préparent à un Yalta des télécoms. Quatre ans, jour pour jour, après le tsunami déclenché par l'arrivée de Free Mobile, le marché français des télécoms s'apprête à revenir à trois acteurs. Parmi les politiques, les régulateurs et les professionnels, on ne trouve plus guère de voix pour plaider en faveur du maintien de quatre opérateurs. Même Xavier Niel, le fondateur de Free, qui était le plus fervent défenseur d'un marché largement ouvert à la concurrence quand il cherchait à s'y faire une place, s'est mué en tenant d'un retour à trois acteurs… à la condition qu'il fasse partie du trio. Du côté des pouvoirs publics et des régulateurs les planètes sont également mieux alignées, avec deux préoccupations majeures : le maintien de l’emploi et la stimulation de l’investissement dans les infrastructures de l’internet très haut débit fixe t mobile (Le Figaro)

• Quatre principaux opérateurs règnent sur la téléphonie en France (AFP)

RÉGULATION

ARCEP

• La publication des décisions de l’ARCEP sur son site internet fait courir les délais de recours (Actualités du droit public)

AMF

• L'Autorité des marchés financiers  plus exigeante sur la diffusion d'information. En sept mois, le régulateur a sanctionné cinq sociétés. Le régulateur leur reproche d'avoir tardé à dévoiler de mauvaises nouvelles (Les Echos)

NUMÉRIQUE

La French Tech au CES de Las Vegas

• French Tech : label affaire. Fédérées par la marque créée par le gouvernement il y a deux ans, les start-up françaises sont en plein essor. Elles seront présentes en masse au CES de Las Vegas, qui ouvre ce mercredi (Libération)

• La French Tech abat ses cartes à Vegas. L'Hexagone est, cette année, la deuxième délégation, après les Etats-Unis, en nombre de start-up représentées au CES (Les Echos)

• La Silicon Valley contre le reste du monde (Le Monde)

L'emploi et le travail à l'heure du numérique

• Le Conseil national du numérique remet ce jour un rapport à Myriam El Khomri contenant 20 recommandations sur les « nouvelles opportunités économiques » à l'heure du digital. Fruit de 50 auditions de sociologues, syndicats, économistes, entreprises et collectivités, la réflexion porte principalement sur les métiers du futur, la place du travail et du salariat et l'encadrement de l'économie collaborative (Les Echos, latribune.fr, Communiqué Bercy)

• Et si nos élites étaient incapables de nous préparer au monde qui vient ? La transformation systémique que nous vivons a mis le web au centre de nos vies. Mais cette nouvelle organisation sociale est pilotée par les GAFA, désormais trop en avance sur nos élites politiques, dépassées, et tentées de sous-traiter certaines missions à la Silicon Valley qui entend remplacer l’Etat-providence. L’emprise algorithmique, l’hégémonie des grandes plateformes, le mythe du big data comme remplacement de la connaissance, contribuent à faire disparaître la puissance publique. Seule l’Europe pourrait changer le web. En a-t-elle la volonté ? (meta-media.fr)

IoT/objets connectés

• L’internet des objets, une opportunité pour l’Europe. Selon AT Kearney, l’Union européenne pourrait gagner sept points de PIB d’ici à 2025 grâce à l’essor des objets connectés. La société de conseil recommande aux pouvoir publics de favoriser leur essor, par exemple en ouvrant certains secteurs régulés comme la santé, ou en développant une vraie politique commune dans la standardisation, l’un des principaux enjeux du secteur (Les Echos)

TÉLÉPHONIE MOBILE

Déploiement de la 4G en France

• Au 1er janvier 2016, 23 070 sites sont autorisés, dont 20 474 en service, pour la téléphonie mobile très  haut débit (4G) tous opérateurs confondus. Au cours du mois de décembre, la croissance des mises en service a été très soutenue. Avec une progression de 4,4 % pour les mises en service (contre 2% le mois précédent) et 1,6 %  pour les stations autorisées, cette dynamique a été commune à l’ensemble des bandes de fréquences (Communiqué ANFR, AFP)

TÉLÉCOMS - FRANCE

Collectivités territoriales

Résorption des zones blanches

• Les infrastructures à la charge des collectivités, les associations d'élus protestent. Suite à la décision prise par l'Etat, en lien avec les opérateurs mobiles, de faire financer la résorption des zones blanches par les communes, les associations d'élus locaux demandent une refonte de la gouvernance sur le sujet. Elles regrettent que les collectivités, considérées comme principal bailleur, aient été systématiquement exclues des discussions entre l'Etat et les opérateurs, dont les choix techniques soulèvent de nombreuses questions (localtis.info)

Très haut débit en Essonne/RIP

• Un syndicat mixte ouvert associant intercommunalités et département va être créé pour déployer la fibre dans les zones peu densément peuplées. Pour un peu plus de 116 millions d'euros, ses territoires les moins peuplés pourraient tous bénéficier du très haut débit à l'horizon 2022, annonce le Conseil départemental. Le déploiement de la fibre optique ne s'arrêtera pas aux 65 communes de la zone dense intéressant les opérateurs privés. Un réseau d'initiative publique prendra le relais sur le reste du département. L'Etat s'est engagé à verser près de 14 millions d'euros dans le cadre du Fonds national pour la société numérique, et la Région contribuera à hauteur de 22,5 millions (Les Echos)

Orange attaque la banque

• Quand Orange veut devenir le Free de la banque. L’opérateur télécoms va racheter Groupama Banque pour accélérer le lancement de sa propre banque « 100% mobile », qu’il promet plus pratique et moins chère. Une première qui pourrait bousculer les acteurs établis (Rue 89)

• Pourquoi Orange peut faire trembler les banques. Le groupe maîtrise le mobile, principal point de contact des banques avec leurs clients (Les Echos)

• Les banques face au défi de la mobilité. D'ici cinq ans, selon KPMG, le « mobile banking » va doubler de taille pour toucher 1,8 milliard d'utilisateurs. L'offensive d'Orange, qui vient de porter son dévolu sur Groupama Banque pour lancer son offre bancaire, pourrait accélérer les choses. Tout comme les ambitions d'un Apple ou d'un Samsung dans les paiements. Car, pour les nouvelles générations, les banques seront dans la poche ou ne seront pas (Les Echos)

• La banque mobile, un marché émergent semé d'embûches. Malgré d'importants atouts, Orange doit aussi relever plusieurs défis pour convaincre les clients de lui accorder leur confiance (Les Echos)

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Opérateurs

• Verizon launches auction to sell data centers (Reuters)

INTERNET

Réseaux sociaux

• La cour d'appel de Paris dira le 12 février si l'on peut poursuivre Facebook en France (AFP)

Audience

• L'audience de l'internet global en France en octobre 2015 : +4,1 millions d'internautes se connectent aux 3 écrans par rapport à janvier 2015 (communiqué Mediametrie)

CONTENUS

Passage à la TNT HD

• Plus de 5% des foyers risquent l'écran noir le 5 avril, selon les chiffres du CSA (média+)