Revue de presse

Les titres de la presse du mardi 27 octobre 2015

RÉGULATION

Conférence numérique franco-allemande

• La France et l’Allemagne veulent relancer l’Europe du numérique. Le couple franco-allemand organise une conférence sur le numérique ce mardi à l’Elysée. Plusieurs initiatives concrètes vont être lancées, comme l’Alliance pour l’industrie du futur. Concernant le financement des start-up, une plate-forme collaborative va voir le jour afin de faciliter des co-investissements entre banques publiques. Chaque fois que la BPI investira dans une start-up, ses homologues allemande et italienne seront prévenues en amont et pourront investir à ses côtés, et inversement. Objectif : pouvoir financer de grosses levées de fonds en Europe, de l’ordre de plusieurs dizaines de millions d’euros, et ainsi concurrencer les fonds américains (Les Echos)

• France et Allemagne veulent un marché numérique à leur façon. Les deux pays vont tenter de rallier l'exécutif européen à leur point de vue lors d'une conférence à l'Elysée, le 27 octobre, à laquelle Jean-Claude  Juncker, Angela Merkel et François Hollande participent. Les deux pays ont notamment demandé à des experts industriels et politiques de rédiger un rapport franco-allemand sur les besoins des industries numériques. Le dit rapport doit être dévoilé ce mardi 27 octobre. Rédigé par le Conseil National du Numérique et le Comité consultatif Jeunes entreprises du numérique en Allemagne, il propose d'harmoniser les aides au financement des entreprises innovantes entre les deux pays, voire à l'ensemble de l'UE (euractiv.com, AFP, Communiqué)

• La réforme numérique européenne doit "assurer la libre circulation des données", pour Andrus Ansip. A la veille du sommet numérique franco-allemand, Andrus Ansip, le vice-président de la Commission européenne qui pilote la réforme européenne du numérique en cours, en dessine les enjeux. Interview (usine-digitale.fr)

Neutralité du Net

• Le Parlement européen statue aujourd'hui sur la neutralité du Net (franceinfo.fr)

• Grincements de dents sur la neutralité du Net dans le règlement Télécoms. Avant le vote du règlement européen sur les télécoms ce mardi, la question de la neutralité du Net continue de passionner les débats. Les modifications du texte initial inquiètent les associations de défense des libertés sur internet (silicon.fr)

• Tim Berners Lee calls EU net neutrality legislation weak and confusing. Today’s big event is the European Parliament vote on the net-neutrality and roaming. With digital activists opposing the current wording of the compromise telecoms single market package, Web inventor weighed in to lend them his support. “If adopted as currently written, these rules will threaten innovation, free speech and privacy, and compromise Europe’s ability to lead in the digital economy,” Berners-Lee said in a letter to MEPs, in which he urged them to back amendments proposed by the left that would close perceived loopholes in the text (Politico)

Fréquences hertziennes

• Les Européens sur la même longueur d’onde (ou presque). À la veille du sommet numérique franco-allemand, et deux semaines avant de nouvelles négociations internationales au cours de la CMR 2015 sur le sujet, l’UE tente une approche commune sur la répartition des “fréquences en or” entre télécoms et audiovisuel. Les Européens viennent d’adopter leur plan d’attaque le 26 octobre : confirmer le transfert de la bande des 700 MHz des radiodiffuseurs vers l’industrie mobile au plus tard en 2020 (ou 2022 dans certains cas), et garantir le maintien de la bande en deçà de 700 MHz à l’audiovisuel jusqu’à au moins 2030 (Contexte)

• Les Britanniques préparent la 5G. L’Ofcom vient d’indiquer qu’elle comptait engager, début 2016, une réorganisation des fréquences dans les bandes 2,3 GHz et 3,4 GHz, afin de les consacrer au déploiement de la 5G (Techcrunch, Politico, Communiqué Ofcom)

• Trois textes réglementaires - deux décrets et un arrêté - relatifs à la transparence et à la concertation autour de projets d'installation ou de modification d'infrastructures télécoms exposant les habitants aux ondes électromagnétiques, sont actuellement mis en consultation. Ils ont vocation à définir le cadre des informations à fournir aux élus, à diffuser au public ainsi que les modalités d'établissement du dialogue sur des sujets souvent perçus négativement par les citoyens (localtis.info)

NUMÉRIQUE

Ubérisation de l'économie

• Le numérique outil de transformation de l’économie. «L'important pour nous, Monsieur le ministre, c'est de ne pas rajouter de textes, mais d'en enlever!» La petite phrase prononcée hier par Stéphane Treppoz, le PDG de Sarenza, avait de quoi faire sourire: le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, qu'il recevait dans sa société de vente de chaussures par internet, est précisément en train de préparer sa seconde loi. Mais loin d'être un projet qui va complexifier la vie des entreprises, le projet du locataire de Bercy vise au contraire à poursuivre les réformes pour libérer l'activité économique et  faire profiter l'économie des transformations numériques (Le Figaro)

• Quelle politique de concurrence pour l’économie numérique ? Si notre pays dispose d’atouts dans l’économie numérique, il présente également certains facteurs de rigidité qui mettent en péril les possibilités de création de richesse et d’emploi. Réformer ces facteurs constitue une nécessité. C’est l’objet de la toute récente note du Conseil d’analyse économique (La Tribune)

• Un rapport sur le numérique qui prépare la loi Macron II. Pour favoriser le développement du numérique en France, il faut largement déréglementer l'économie, estime le Conseil d'analyse économique (CAE) dans une note rendue publique cette semaine. En amont de la prochaine loi Macron sur les "Nouvelles opportunités économiques", le CAE propose d'encourager le développement du statut d'autoentrepreneur, mais en apportant de nouvelles sécurités aux travailleurs indépendants (La Tribune)

Investissements et emplois

• Numérique et emplois : le vrai impact. Dire que la digitalisation de l’économie va irrémédiablement faire disparaître des millions d’emplois ne repose sur aucune étude statistique solide. Si l’on regarde en détail les secteurs d’activité et les types d’emplois, rien ne permet de l’affirmer, estiment Frédéric Benqué, "investment partner" à NextWorld et Vincent Champain, président de l’Observatoire du long terme : "Nous estimons à 14 % du total l’emploi « ubérisable ». Cela signifie que des millions d’emplois productifs ne seront pas touchés. Et que d’autres seront créés grâce au numérique" (Les Echos)

• General Electric investit dans le numérique en France et va ouvrir un centre d’excellence spécialisé dans le digital en région parisienne, qui créera un millier d'emplois. Le géant américain veut devenir l’une des dix premières sociétés de logiciels d’ici 2020. A l’instar de Bosch ou de Siemens, GE voit dans l’internet des objets le marché de demain (Les Echos)

Valorisation

• Uber en passe de devenir la start-up la plus chère de l'histoire. Le groupe  s'apprêterait à lever un milliard de dollars de fonds, ce qui porterait sa valorisation à 60-70 milliards. Plus que Facebook en 2011, avant sa cotation (nytimes.com, bfmbusiness.bfmtv.com)

IoT/objets connectés

• SDI, filiale de Samsung présente deux batteries souples spécialement adaptées aux wearables et aux montres connectées, à l’occasion de la conférence Interbattery 2015 de Séoul (zone-numerique.com)

• Tim Cook Talks TV, Cars, Watches and More. Apple CEO discusses the company’s new upgrade program and the importance of privacy (Wall Str. jal)

TÉLÉPHONIE MOBILE

Opérateurs

• Monaco Telecom, le laboratoire technologique de Xavier Niel. L’opérateur monégasque est capable d’atteindre un débit de 450 Mbits/s en 4G. L’expérience, menée avec Huawei, son partenaire technologique, consiste à agréger trois bandes de fréquences différentes pour obtenir davantage de spectre, et donc de débit – la 4G classique permet d’obtenir en pratique entre 30 et 60 Mbits/s. Le déploiement commercial devra toutefois attendre la sortie des premiers smartphones compatibles (pas avant fin 2015) (Les Echos)

Cartes SIM universelle

• La carte SIM des smartphones : nouvelle conquête des géants du Net. Les opérateurs mobiles perdent peu à peu le contrôle de la carte SIM. Les acteurs d’internet, tels que Google ou Apple, ambitionnent d’assurer eux-mêmes la distribution de leurs contenus et services jusqu’aux mobinautes, en lançant leur propre carte SIM « universelle », intégrée directement dans le mobile. Pour ne pas perdre la main, les opérateurs mobiles s’organisent avec les fabricants de smartphones – Samsung et Apple en tête – pour proposer une nouvelle génération de cartes SIM embarquées – appelées eSIM – capables d’être activées par le mobinaute sur son smartphone, sa tablette ou son portable auprès de l’opérateur mobile de son choix. C’est la GSMA, association regroupant près de 800 opérateurs mobile dans le monde, qui coordonne le projet auquel participent Orange, Deutsche Telekom ou encore Vodafone  (Le Monde)

m-paiement

• En lançant sa solution Orange Cash, Orange donne du crédit au paiement sans contact avant le lancement, en 2017, d'une banque mobile (Challenges)

• Paiement mobile : High Connexion agréée établissement de paiement par l'ACPR (Communiqué)

Sécurité des terminaux

• Les kits mains libres, porte d’entrée pour pirater les téléphones mobiles (lemonde.fr)

TÉLÉCOMS - FRANCE

Consommateurs

• Service clients : chez SFR, rien ne va plus (60 millions de conso.)

Loi renseignement

• Quand le chiffrement des messages se heurte à la loi Renseignement. Orange, Numericable-SFR, Free, Bouygues et La Poste ont signé une charte les engageant à chiffrer par défaut leur messagerie électronique. Mais cette décision n’empêchera pas l’action des services de renseignement (La Tribune)

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Opérateurs

• Altice trouve des partenaires pour Cablevision, son action grimpe. Le groupe propriétaire de SFR et Numéricable, a confirmé que deux fonds d'investissements participeraient au rachat de l'américain Cablevision à hauteur de 30% (latribune.fr, Communiqué Altice)

Convergence

• Télécoms-médias, le grand retour de la convergence. Malgré les échecs passés (Vivendi-Universal, AOL-Time Warner, Orange…), la tentation du mariage entre les opérateurs de télécommunications ou du câble et les contenus des producteurs ou des chaînes est de retour. Car la menace Google ou Apple se précise (Le Monde)

INTERNET

Haut débit/Europe

•             les FAI européens restent les moins chers (et les plus menteurs ?). La dernière enquête publiée par la Commission européenne confirme une tendance observée depuis plusieurs années, sur le segment 12/30 Mb/s. Mais en termes de débits annoncés, la promesse est rarement tenue (zdnet.fr)

Qualité de service/Etats-Unis

• Le procureur général de New York lance une enquête afin de déterminer si les trois principaux opérateurs internet qui quadrillent la ville ne tromperaient pas les consommateurs en leur facturant des prestations destinées à leur faire bénéficier de plus de vitesse de connexion, sans pour autant garantir la qualité de service (Reuters)

Données personnelles

• Adoption du projet de loi sur l’open data par le Sénat. Les sénateurs ont maintenu, pour l’essentiel, le texte adopté en commission. Deux points devraient susciter des débats en commission mixte paritaire, la durée des exclusivités pour la numérisation des données culturelles, et l’open data dans la recherche scientifique (AFP)

• "Les citoyens sont désarmés face aux géants du Net" : Isabelle Falque-Pierrotin estime que l’Europe doit se montrer plus ferme face aux géants du Net, qui aspirent nos données personnelles de manière non transparente. L’élévation des sanctions dans le futur règlement européen pourrait changer la donne et donner naissance à une nouvelle Cnil, plus efficace (La Tribune)

• La CNIL à l'avant-garde. Mobilisée sur la réforme de la directive européenne sur la protection des données personnelles, la Commission a réorganisé ses services. Objectif : anticiper les nouvelles contraintes issues du futur règlement européen en proposant aux entreprises des outils opérationnels. D’ici la fin de l’année, la CNIL devrait publier deux nouveaux packs de conformité, dédiés au secteur social et à la banque (La Lettre des juristes d’affaires in Les Echos)

• Günther Öttinger, commissaire européen à l’Économie numérique : « Il faut aboutir à un Safe Harbor 2 avant le départ d’Obama ». Interview (La Tribune)

• Peut-on encore reprendre le contrôle de nos données ? À l’ère du big data, du marketing comportemental, de la publicité ciblée, de la surveillance et de la cybercriminalité, les citoyens se sentent dépossédés de leurs données personnelles et aspirent à davantage de maîtrise. Mais est-ce encore possible, alors que le développement de l’économie numérique exige de plus en plus de déréglementation ? (La Tribune)

• Ce qu’il faut attendre de la loi Lemaire. La loi numérique d’Axelle Lemaire établit toute une série de droits pour permettre aux citoyens de reprendre la main sur leurs données personnelles. Problème : en réalité, tout dépend de Bruxelles (La Tribune)

• Souriez vous êtes trackés ! (Editorial/La Tribune)

• L'algorithme est prédictif de la continuité du passé : le point de vue de Philippe Cohen, prospectiviste (La Tribune)

Fusions-acquisitions

• Google et Alibaba couvent Magic Leap. Cette entreprise d'images en réalité augmentée, lève 740 millions auprès des deux géants (Le Figaro)

e-commerce

• Drones : Wal-Mart ne veut pas se laisser distancer par Amazon et Google. Le spécialiste de la distribution vient de demander à l'administration américaine l'autorisation de tester des drones pour la livraison de ses clients et la surveillance de ses entrepôts. Il veut ainsi réduire l'écart avec Amazon et Google qui testent déjà de telles méthodes de livraison (Les Echos, AFP)

SECTEUR POSTAL

Privatisations

Italie

• "Succès pour la privatisation partielle de la poste italienne. Les Italiens se sont rués sur les 37,4 % de l’entreprise publique que l’Etat, actionnaire unique, a mis en vente depuis le 12 octobre. Vendredi 23 octobre, le ministre de l’économie, Pier Carlo Padoan, s’est félicité du succès de cette privatisation partielle, « la plus importante de ce type en Italie depuis quinze ans et la plus grande en Europe cette année ». Le titre entrera à la Bourse de Milan, mardi 27 octobre, au prix de 6,75 euros l’action (Le Monde)

Japon

• Le Japon privatise sa Poste pour relever le pays. Ce sera la plus importante introduction en Bourse de l'année. L'Etat japonais, qui détient 100% du capital de Japan Post Holdings, devrait pouvoir lever quelque 10,5 milliards d'euros grâce aux filiales bancaires et d'assurance de sa Poste. Ce produit sera affecté à des programmes de reconstruction à la suite du séisme et du tsunami du 11 mars 2011 qui ont notamment provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima. La cession d'actions du mastodonte intervient dix ans après le vote de sa privatisation (latribune.fr)

Tarifs-courrier/Allemagne

• Jamais le courrier n'a été aussi cher : la lettre de moins de vingt grammes passera à 0,70 € au 1er janvier 2016, soit une augmentation de 13% (Handelsblatt)