Revue de presse

Les titres de la presse du mardi 4 mars 2014

RÉGULATION

Autorité de la concurrence : Bruno Lasserre est renouvelé pour 5 ans

• "La concurrence apporte plus de choix et des prix plus bas". "Le consommateur plébiscite la concurrence, le citoyen en doute parfois et le salarié la craint. Parce que la concurrence s’accompagne de mutations parfois vécues douloureusement par les employés. Et souvent, les citoyens retiennent ce seul aspect sans voir, sur le long terme, comment le nouvel équilibre a pu stimuler la demande, développer l’emploi, apporter de l’innovation et au final, faire croître le gâteau au bénéfice de tous". Après dix ans passés à la tête de l'Autorité de la concurrence, Bruno Lasserre a été reconduit pour cinq années supplémentaires. Entretien (20 minutes)

• Trois questions à Bruno Lasserre, président de l’Autorité de la concurrence. “Les syndicats professionnels sont souvent favorables aux équilibres anciens, confortables”. “Il est plus facile de s’accorder pour bloquer ces évolutions, geler ces équilibres plutôt que d’accepter - alors même que l’ensemble de la profession en est le grand bénéficiaire - de favoriser les plus dynamiques, les plus entreprenants au détriment de ceux qui vivent de cette protection”  (Le Nouvel Economiste)

TÉLÉPHONIE MOBILE

4G

• Huawei Shares Vision of Enterprise LTE Technologies at 2014 Global Professional LTE Summit (Communiqué)

• Contrat Alcatel-Lucent/Etisalat pour l'extension du réseau 4G aux Emirats arabes unis (AFP)

Modèles économiques

• Le mobile constitue la clé de voûte des groupes d'internet. L'acquisition à prix d'or de WhatsApp par Facebook illustre la prépondérance du mobile, devenu la première porte vers le commerce en ligne (l'Agefi)

Terminaux

• Mobile World Congress : les constructeurs ont présenté leurs nouveautés au salon barcelonais. Etanches, moins chers, les smartphones de 2014 sont prometteurs (metro)

TÉLÉCOMS - FRANCE

Consolidation du marché français

Numericable propose de racheter SFR via un LBO

• Qu'est-ce qu'un LBO (leveraged buy out = rachat par effet de levier) ? Ce type de montage permet de racheter une entreprise avec très peu d’argent mais beaucoup de dettes. Bien sûr, l’acquéreur doit ensuite payer des intérêts sur l’énorme dette contractée. Mais, et c’est là où réside l’astuce du LBO, il s’agit de faire payer ces intérêts par les bénéficiaires à venir de l’entreprise rachetée. Le LBO ne fonctionne donc que sur des entreprises dont les bénéfices sont importants et surtout réguliers. Le LBO impliquant d’augmenter - ou au minimum de maintenir la rentabilité – il entraine souvent des réductions d’effectifs. Comment se termine un LBO ? Il faut bien rembourser un jour l’emprunt contracté ("au bout de 5 à 7 ans" selon un banquier d’affaires). Plusieurs options sont alors possibles : dans le meilleur des cas, l’entreprise se fait racheter par un industriel ou rentre en Bourse. Dans le pire des cas, l’entreprise sous LBO voit ses bénéfices s’effondrer et ne peut plus rembourser sa dette et dépose le bilan : c’est le cas des magasins Virgin, de Sernam ou de Mory… Le LBO est la grande spécialité de Patrick Dahi, parfois surnommé "le roi du LBO". Il en a monté sept au total. Et à chaque fois, le LBO était plus gros que le précédent, pour culminer à 3,6 milliards de dettes sur Altice VII. Mais le LBO envisagé sur SFR serait encore plus gros, avec 8 milliards d'euros de dettes, voire 10,5 milliards si l'on inclut la dette de Numericable (bfmtv.com)

Vivendi attend les offres sur SFR d’ici à demain soir.

• Vivendi ne se contente pas de faire monter les enchères sur sa filiale SFR. Il les organise. Le groupe, qui devait introduire l'opérateur télécoms en Bourse, mais qui s'oriente finalement plutôt vers une vente, a demandé aux candidats intéressés de lui soumettre des offres préliminaires d'ici demain mercredi 5 mars, à 20 heures. La démarche vise surtout à forcer Bouygues, qui ne cache pas son intérêt pour le deuxième opérateur mobile, à abattre ses cartes. Iliad ne serait, en revanche, pas sur le point de déposer une offre en bonne et due forme à ce stade (Les Echos, La Tribune, Reuters)

• SFR may draw $20 billion bid from Numericable and Altice (New York Times, Bloomberg)

L’épineuse question sociale

• Numericable s’engage à faire croître l’activité et l’emploi chez SFR. Alors que Numericable peaufine depuis plus de dix-huit mois son offre de rachat de SFR à Vivendi, l'opération devrait être conclue rapidement, prenant Bouygues de vitesse. Sur le plan social, Patrick Drahi affirme qu’il  "s'engageait à ne pas licencier, à conserver les 8500 emplois chez SFR et les 2400 emplois chez Numericable, et même recruter des commerciaux pour le marché des entreprises". Une manière de couper court aux insinuations de ceux qui le présente comme un "boucher". Pour convaincre le ministre du Redressement productif, Patrick Drahi promet de recourir à des industriels français, Alcatel-Lucent, Technicolor ou Sagemcom pour ses investissements en France mais aussi à l'étranger. Car Altice réalise 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires en dehors de France, notamment dans les Caraïbes ou au Portugal, soit plus que le 1,3 milliard de chiffre d'affaires de Numericable (Le Figaro, Reuters)

Fibre optique

• Le syndicat Lot-et-Garonne Numérique va "procéder au déploiement de la fibre optique dès 2015 dans les territoires ruraux, pour un investissement  de 128 millions d’euros sur 10 ans". Une demande d’aide va être adressée à l’Etat qui devrait s’engager à hauteur de 48 millions d’euros, le solde restant à la charge des collectivités membres du syndicat (dont 21 millions d’euros pour le conseil général) (ladepeche.fr)

Portrait

• Pierre Louette, l'homme lige du PDG d'Orange (Le Monde)

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Fréquences/USA

• Dish spends $1.56bn in US spectrum auction. US Satellite operator makes good on offer to bid reserve price in return for permission to switch around its AWS-4 frequencies (totaltele.com)

Consolidation du marché aux Etats-Unis

• Softbank to host D.C. wireless event amid T-Mobile Talk (Bloomberg)

• Sprint chairman seeks US public support on T-Mobile deal (Wall Str. jal)

Consolidation du marché en Europe

• Vodafone a repris les discussions sur le câblo-opérateur espagnol Ono (L'Agefi)

Equipementiers

• Hutchison Whampoa: structural change. Hong Kong conglomerate’s stock has undergone a re-rating (lex column/Financial Times)

Afrique

• Wendel profite de ses choix africains. La société d'investissement cotée a augmenté sa participation dans IHS, le fournisseur d'infrastructures de téléphonie mobile basé au Nigeria, dont la valeur a triplé en 16 mois (L'Agefi)

INTERNET

Data mining & protection des  libertés individuelles

• Débat & Idées : "Comment se réapproprier nos données personnelles ? ". Certains experts militent pour un renforcement des législations existantes, d’autres pour un nouveau droit de la propriété des données (la "patrimonisation"  de nos données afin d’en recouvrer la propriété pleine et entière) ou pour de nouvelles technologies (Les Echos)

TECHNOLOGIES

Objets connectés

• Apple dévoile CarPlay, un système qui embarque tous les services d'iOS 7 dans la voiture. Les premiers véhicules compatibles devraient être présentés sur le salon de Genève cette semaine (Les Echos, AFP, Wall Str. jal)

Système d'exploitation

• Android devient premier système d'exploitation mobile, y compris sur tablettes. En 2013, les ventes de tablettes ont grimpé de 68% pour atteindre 195,4 millions d'unités. Si Apple reste le premier fabricant, ses parts de marché se sont écroulées. Le système d'exploitation ouvert de Google détient désormais près de 62% de parts du marché des tablettes, autant qu'Apple en détenait en 2012 avec l'iPad. Drainée par Samsung, cette croissance a d'autant plus de chances d'être durable que le constructeur coréen adopte une stratégie très large avec ses tablettes, ciblant autant le haut que le bas de gamme (L'Opinion)

CONTENUS

Audiovisuel et services de vidéo à la demande

• Canal+ rachète Studio Bagel, la plate-forme vidéo de Youtube. Une façon de diversifier son modèle de télévision payante. En se renforçant sur le Web en proposant des contenus sans passer par les services de télévision classqiue ou ceux des box des FAI. Pour cela, le groupe a crée une nouvelle division, "Canal OTT", dirigée par Manuel Alduy (Le Figaro, Le Monde)

• Vidofutur et FilmoTV s'allient avant l'arrivée de Netflix. L'offre de SVoD de FilmoTV sera intégrée dans la box de Videofutur (Les Echos)