Revue de presse

Les titres de la presse du lundi 10 mars 2014

L'EVENEMENT : BOUYGUES SIGNE UN ACCORD DE NEGOCIATIONS EXCLUSIVES POUR VENDRE UNE PARTIE DE SON RESEAU ET SES FREQUENCES A FREE MOBILE EN CAS DE RACHAT DE SFR

Les communiqués

• Bouygues apporte une réponse aux impératifs de concurrence par un accord avec Free. Cet accord permet à Bouygues Telecom de présenter ab initio à l'Autorité de la concurrence des mesures visant à maintenir une dynamique de marché au bénéfice des consommateurs, Free se déclarant dès maintenant acquéreur d'un réseau et de fréquences (Communiqué Bouygues)

• Iliad annonce avoir signé un accord de négociations exclusives avec le groupe Bouygues et la société Bouygues Telecom en vue du rachat d'un portefeuille de fréquences 2G/3G/4G et du réseau de téléphonie mobile de Bouygues Télécom pour un montant pouvant aller jusqu'à 1,8 milliards d'euros (Communiqué Iliad)

Autorité de la concurrence

• "La concurrence n'est ni de droite ni de gauche" : dans une interview, Bruno Lasserre, président de l'Autorité de la concurrence, revient sur la perspective d'un rachat du réseau de Bouygues par Free : "cet élément nouveau, dont j'ai été informé par les parties samedi matin sans disposer encore de tous les détails, est de nature à favoriser un examen peut-être plus rapide, et en tout cas plus simple, du dossier" (Les Echos)

• L'examen du dossier de SFR prendra probablement neuf mois. " Tout cela devrait être regardé, en liaison avec les régulateurs sectoriels qui seraient consultés en phase d'examen approfondi, l'ARCEP pour les télécoms et le CSA pour l'audiovisuel" déclare le président de l'Adlc (Le Figaro 8 mars, bfmtv.com)

• En acceptant de céder des actifs clef à Free, Bouygues Telecom fait une première concession afin de convaincre le gendarme de la concurrence qu'un rachat de l'opérateur SFR, débouchant sur une concentration du secteur, pourrait être acceptable (AFP)

Les réactions

Opérateurs

• Olivier Roussat : "L'accord avec Free devrait faciliter le mariage avec SFR". Le PDG de Bouygues Telecom annonce que l'opérateur est entré en négociations exclusives avec son concurrent Free pour lui céder son réseau mobile. Cet accord pourrait aller "jusqu'à 1,8 milliard d'euros" (JDD)

• "Les abonnés ne sont pas concernés par la transaction entre Free et Bouygues" : pour le directeur général d'Iliad, cet accord permettra à Free d'être autonome sur des fréquences 2G, 3G et 4G, ainsi des fréquences "en or", les plus recherchées. L'opérateur compte bien continuer sa politique de prix bas afin de gagner toujours plus de parts de marchés (bfmtv.com)

• Orange sera "extrêmement vigilant" sur les conditions de la cession envisagée à Free du réseau de Bouygues. " Je ne suis pas contre l'opération en elle-même, mais on sera très attentifs aux conditions de cette opération, notamment à ce qu'il se passe sur les fréquences, qui est un point absolument stratégique". En réponse aux craintes des associations de consommateurs, Stéphane Richard a estimé que cette possible recomposition du secteur de la téléphonie mobile n'entraînerait pas de hausse de prix. "Ce n'est pas parce qu'un marché est à quatre ou à trois, qu'il y a ou pas des comportements anti-concurrentiels", a-t-il relevé. "Les prix n'augmenteront pas parce qu'aujourd'hui, on a une intensité de la concurrence qui est très forte, qui est effectivement alimentée aussi par un nouvel entrant", a-t-il reconnu (AFP)

Gouvernement

• L'emploi, l'investissement et l'intérêt du consommateur seront les critères de décision dans la bataille pour le rachat de SFR que se livrent Bouygues et Numericable, a estimé dimanche soir le ministre de l'Economie Pierre Moscovici. "Nous devons avancer avec une boussole, qui est l'investissement, l'emploi et la satisfaction du consommateur, et faire le meilleur choix. L'Etat est là pour donner un cadre général, exprimer une vigilance, c'est ce que nous faisons. Ensuite les institutions compétentes prendront leur décision" (AFP)

• Le ministre de la Consommation, Benoît Hamon souhaite que des tarifs "attractifs" soient garantis aux consommateurs dans la téléphonie mobile, ainsi que "des services toujours plus innovants". "Je n'oublie pas qu'avant l'arrivée d'un 4ème opérateur de téléphonie mobile, SFR et Bouygues Télécom étaient de véritables machines à cash pour leurs maisons mères sans que les bénéfices dégagés n'aillent forcément à l'investissement", a-t-il ajouté (AFP)

• "Si on revient à trois, on est plus fort que si on subsiste à quatre opérateurs" : le ministre du Redressement productif marque sa préférence. Une manière de pousser l'offre de Bouygues sur SFR. "La concurrence par la destruction s’arrêtera si nous revenons à trois opérateurs mobiles tout en maintenant des prix bas" (Le Parisien)

• Le ministre du redressement productif, un soutien qui pourrait devenir contre-productif. Si la vigilance des pouvoirs publics sur l’emploi et l’investissement est légitime, cette intrusion en force du politique exaspère l’Autorité de la concurrence, contrarie le vendeur et crée de l’émotion au sein de l’exécutif (Le Figaro)

Associations de consommateurs

• Un retour à trois opérateurs de téléphonie mobile "peut inquiéter le consommateur" car elle pose des risques de hausse des prix et pour la qualité de service, a estimé dimanche l'association de consommateurs UFC Que Choisir. M. Bazot a rappelé que "les clients en France ont beaucoup souffert de l'existence d'un cartel de trois opérateurs, qui avait réalisé une entente illicite" condamnée avec l'aide de l'UFC, et rappelé que l'arrivée de Free en janvier 2012 avait dynamisé la concurrence et fait baisser les prix (AFP)

• François Carlier, délégué général de la CLCV, voit dans cette possible recomposition du secteur "une solution risquée car avant il y avait trois opérateurs (...) ils ont été condamnés pour entente sur les prix, les prix étaient trop élevés. Et l'issue, cela a été une 4ème licence qui a permis de faire baisser les prix". "Si on revient à trois opérateurs, on risque d'avoir de l'entente, on risque d'avoir des prises de marge et une tarification trop élevée" (AFP)

Syndicats

• Les syndicats de Bouygues Telecom ont indiqué dimanche "ne pas être inquiets" des répercussions sur l'emploi des négociations entre leur groupe et Free. Chez Free, "on est plutôt rassurés" indique la CFDT. "Nous développer davantage de manière fiable et performante sans passer par Orange est une garantie d'emploi pour nos salariés" (AFP)

Dans la presse française

• Coup de théâtre ! Après 3 jours et 3 nuits d'intenses négociations, Bouygues Telecom et Free sont parvenu, dans la nuit de vendredi à samedi, à un accord aussi inattendu qu'historique. Le 1er vendra son réseau mobile pour 1,8 milliard d'euros s'il parvient à racheter SFR (JDD, L'Humanité)

• JC Decaux, actionnaire de Bouygues Telecom, annonce son soutien à l'offre de fusion Bouygues-SFR (L'Humanité)

• Bouygues et Free pactisent pour remodeler les télécoms à leur profit. L'opération, conditionnée au succès de l'offre de Bouygues, est déjà bien vue de l'Autorité de la concurrence et change la donne du côté de Vivendi, chez qui l'offre de Numericable était initialement favorite (Les Echos)

• Bouygues sort un atout maître pour remporter la mise sur SFR ; l'Adlc apprécie (Les Echos)

• Semaine décisive pour l'avenir de SFR. Free a scellé un accord avec Bouygues, mais Numericable reste en embuscade (Le Parisien)

Dans la presse étrangère

• Bouygues agrees €1.8 bn network sale to Iliad to win SFR (Financial Times)

• Bouygues moves to ease antitrust worries (Wall Str. jal)

• Bouygues tries to allay bid concerns (New York Times)

Analyses

• Une concentration à haut risque. L’arrivée de Free Mobile en 2012 n’a pas abouti au cataclysme redouté. Un rachat de SFR par Bouygues pourrait-il tuer le dynamisme du marché ? Jusqu’ici, le consommateur remporte la mise. Pas d’hémorragie dans les emplois: "On est très loin d’un secteur sinistré", selon Jean-Ludovic Silicani. Fibre, 4G : l’investissement y est (Libération)

• Free serait l'autre gagnant de l'opération. Si Bouygues rachète SFR, le quatrième opérateur mobile fera, lui, une excellente opération stratégique et financière en mettant la main sur le réseau de Bouygues Telecom. Free ne reprendra pas le personnel de Bouygues Telecom en charge de l'entretien et de la maintenance. Une condition sine qua non pour l'opérateur, qui a réussi à diviser les prix par deux dans le mobile en grande partie grâce à une structure de coûts très faible (Les Echos)

• Les possibilités de synergies sont le casse-tête des offres sur SFR (crible/Les Echos)

• Quand la bataille pour SFR réconcilie les vieux ennemis (Le Figaro)

• Bouygues et Free, leçons d'une bizarre réconciliation. Pour ne pas perdre Bouygues Telecom, Martin Bouygues propose de donner à Xavier Niel ce qu'il lui avait toujours refusé, et se retrouve obligé d’accepter les conditions mises par Vincent Bolloré pour céder SFR (atlantico.fr)

• Bouygues et Free ont, semble-t-il commencé à s'adresser la parole, d'abord à une fréquence espacée, puis régulièrement. Ils en sont même venus à parler fréquences (Le Figaro)

• Entreprises : le retour de l'argent facile. La bataille pour le rachat de SFR met en lumière la facilité avec laquelle les grands industriels peuvent s'endetter (Le Monde)

• Concentration dans les télécoms : pas une bonne nouvelle. A moins que Vivendi ne décide au dernier moment de faire entrer en Bourse SFR (Edition Multimédia)

• "Quel nouveau visage pour la téléphonie mobile en France ?" : par Dominique Roux du Cercle des économistes (boursorama.com)

• Les clefs de la vente de SFR à Altice ou Bouygues (reseaux-telecoms.net)

• Fitch détaille les avantages d'une fusion de SFR (Reuters)

• La téléphonie mobile en France, aux mains de quatre opérateurs (AFP)

Social

• Les salariés de SFR inquiets pour leur avenir. Les garanties apportées par les candidats au rachat de leur entreprise ne pèsent pas grand-chose face aux réalités économiques (Le Monde)

REGULATION

ARCEP

• Pour le ministre du Redressement productif "l’ARCEP a des pouvoirs qui doivent relever du gouvernement, seul responsable devant les électeurs. Je suis pour réduire d’urgence les pouvoirs de l’ARCEP " (Le Parisien)

TELEPHONIE MOBILE

Fréquences/Allemagne

• Germany to invest proceeds from frequency sales in broadband (Reuters)

5G

• Le Royaume-Uni et l'Allemagne vont unir leurs forces dans le développement de la future génération de réseau internet mobile à travers une collaboration universitaire (AFP, lemonde.fr)

Etats-Unis

• AT&T cuts wireless data charges for individual customers who will pay $65/month instead of $80 for 2 Go (Reuters)

Qualité de service

• 3G/4G : après la bataille tarifaire, la guerre de la qualité de service ? (Edition Multimédia)

TELECOMS - FRANCE

Outre-mer

• La Guadeloupe a présenté son projet devant le comité national de concertation France Très Haut Débit (Communiqué)

Opérateurs

• Vivendi : dernière ligne droite avant la scission de juin (Edition Multimédia)

• Le Mexique ne veut plus du monopole de Carlos Slim dans la téléphonie (Le Monde)

• Espagne :accord provisoire sur l'achat d'Ono par Vodafone (Reuters, Wall Str. Jal, Financial Times)

• UK :AT&T chiefs cools hopes of Vodafone bid (Financial Times)

• Telecom Italia divise ses pertes par deux (Les Echos, AFP)

Equipementiers

• Alcatel va déployer un nouveau système de câbles sous-marins Europe-Asie (SAE-ME-WE 5) (Reuters)

CONTENUS

SVoD

• Orange confirme l'arrivée de Netflix cet automne, en France (zdnet.fr)

Musique

• Avec "Milk Music" (200 stations de radio thématiques, sans publicité destinées aux terminaux de la gamme Galaxy), Samsung entre sur le marché de la musique en ligne (AFP)