Revue de presse

Les titres de la presse du mercredi 6 août 2014

REGULATION

Brésil/enchères 4G

• Brazil’s auction of 4G wireless airwaves was suspended by the agency that monitors government spending, citing grave irregularities in its design. Telecommunications regulator Anatel, which is responsible for the auction, has 15 days to respond to questions from the Federal Court of Accounts. Anatel can’t publish the auction terms until it has addressed the concerns, TCU’s press office said (Bloomberg)

TELEPHONIE MOBILE

France/déploiement de la 4G

• Le déploiement de la 4G a manqué de vigueur en juillet. Selon l'observatoire mensuel de l'ANFr, tous les opérateurs connaissent une baisse de régime sauf SFR. Orange divise par 10 sa croissance, Free ralentit (mais garde le rythme en 3G…), et du côté de Bouygues aucun mouvement n'a été observé (ariase.com, nextinpact.com, zdnet.fr, Communiqué ANFr)

TELECOM - FRANCE

Résultats financiers de Numericable

• Résultats du 2ème trimestre 2014 : processus de rapprochement avec SFR conforme au calendrier initial ; progression des ventes brutes de 16% et de la base d’abonnés multiple-play sous la marque Numericable de 6% ; chiffre d’affaires en hausse de 3,2% à 336,1 millions d’euros ; ARPU des nouveaux clients en hausse de 3,3% à 43,6 € ; 413 000 nouveaux foyers équipés en fibre optique au 1er semestre 2014 pour un total de 5,6 millions de foyers éligibles (Communiqué)

• Numericable a subi une perte nette de 118,4 millions d'euros au deuxième trimestre, contre un bénéfice de 23,6 millions un an plus tôt, liée au financement du rachat de SFR auquel il compte aboutir avant la fin de l'année, "conformément au calendrier initial". Mais le groupe a accéléré sa croissance malgré une concurrence accrue (Les Echos, Le Figaro, nextinpact.com, Reuters, AFP, Correspondance de la presse)

• Les coûts liés au rachat de SFR ont pesé sur Numericable au premier semestre. Le groupe a enregistré une perte nette de 83,4 millions d’euros et consommé 61 millions de trésorerie sur la période (L'Agefi)

Panne/Orange

• Orange a subi des "perturbations" sur son réseau. L'opérateur a reconnu ce mardi avoir rencontré des déboires techniques sur son réseau mobile, principalement dans la région de Strasbourg. L'incident, officiellement résolu, concernerait spécifiquement l'accès à internet et aux mails. Une opération d'augmentation des capacités du réseau a pu occasionner ces perturbations (AFP, latribune.fr)

TELECOMS - INTERNATIONAL

Fusions/acquisitions

Etats-Unis : Sprint abandonne son offre sur T-Mobile

• Le 3ème  opérateur mobile américain a renoncé à son offre sur T-Mobile US, le n°4, estimant qu'il sera trop difficile d'obtenir l'aval des autorités de régulation, tout en n’excluant pas un rapprochement à plus long terme. La FCC et le département américain de la justice ont estimé que le consommateur aurait sans doute tout à perdre en n’ayant le choix qu’entre trois opérateurs. Sprint, qui travaillait à un accord avec Deutsche Telekom, l'actionnaire majoritaire de T-Mobile, nommera aujourd’hui un nouveau directeur général en remplacement de Dan Hesse, en poste depuis 2007 (Reuters)

• Sprint abandons pursuit of T-Mobile, replaces CEO. After months of arguing that it couldn't compete effectively without a merger partner, Sprint is preparing to go it alone. The company decided Tuesday to end its pursuit of T-Mobile US in the face of stiff opposition from regulators and replace Chief Executive Dan Hesse with Marcelo Claure, a billionaire entrepreneur who is untested as a wireless operator. The decisions, made at a Sprint board meeting Tuesday, put an end to a deal that would have valued T-Mobile at $32 billion and created a more muscular rival to market leaders Verizon Communications and AT&T. Instead, Sprint will have to try to bulk up the hard way—by launching a fierce fight to rebuild its subscriber rolls after shedding customers for years (Wall Str. jal, Bloomberg, Financial Times)

T-Mobile US rejetterait l'offre d'Iliad

• T-Mobile US compte rejeter l'offre de 15 milliards de dollars (11,2 milliards d'euros) d'Iliad car celle-ci ne correspond pas à la valorisation donnée à sa filiale américaine par Deutsche Telekom. L'offre de 33 dollars par action d'Iliad est considérée comme étant trop basse au vu des négociations en cours avec Softbank (Financial Times, Reuters, Wall Str. jal, Les Echos, Le Figaro, AFP)

• Deutsche Telekom is pressed at home. A potential bidding war for T-Mobile US comes at an opportune time for parent Deutsche Telekom, which faces a multibillion-euro bill to upgrade outdated networks at home. Deutsche Telekom has spent an average of €3.6 billion ($4.8 billion) annually at home over the past three years, mainly to boost data speed. It plans to increase investment further in an effort to fend off competition from Britain's Vodafone and Liberty Global (Wall Str. jal)

Iliad pourrait améliorer son offre sur T-Mobile US

• Free prêt améliorer son offre. Iliad pourrait convaincre des investisseurs financiers d'accompagner son voyage américain. Le puissant fonds de pension canadien OTPP ou le fonds souverain de Singapour GIC sont cités. Mais Iliad pourrait aussi obtenir l'appui d'industriels du secteur du satellite et du câble, comme Dish Networks, Cox et Charter (Les Echos, Reuters)

Offre de rachat de GVT, la filiale brésilienne de Vivendi, par Telefonica

• Recentré sur les médias, Vivendi est prêt hier à étudier l'offre à 6,7 milliards d'euros de Telefonica qui souhaite lui racheter son dernier actif dans les télécommunications, l'opérateur brésilien GVT, même si officiellement celui-ci n'est pas à vendre. Telefonica a précisé que son offre n'était valable que jusqu'au 3 septembre (AFP, Bloomberg)

• Après Activision, Maroc Telecom et SFR, les cessions ne sont pas terminées chez Vivendi. Telefonica, qui espère se renforcer dans l’internet fixe sur le marché brésilien, a déposé une offre de près de 7 milliards d’euros pour mettre la main sur GVT, que le groupe français a acquis en 2009 pour 2,8 milliards d’euros. Vivendi affirme ne plus être vendeur du "Free brésilien", mais l’offre sera bien examinée lors du conseil de surveillance, le 28 août (Les Echos, Le Figaro, Financial Times, New Yorks Times Wall Str. Jal)

• Vivendi may let Telefonica ring.Telefónica has kicked off a shuffling of global telecom assets with a samba beat. The Spanish telecommunications company on Tuesday offered €6.7 billion ($9 billion) in cash and stock for GVT, the Brazilian operator owned by France's Vivendi. With billionaire Vincent Bolloré newly in the chairman's seat at Vivendi, the Spaniards may have wanted to get their pitch in early for a coveted asset. Telefónica also may have struck quickly to get ahead of any potential bid by rival Telecom Italia. The prize is putting together GVT's broadband network with Telefónica's TEF Brasil mobile business. That would enable wider bundling of fixed-line, mobile, Internet and entertainment services in Brazil (Wall Str. jal)

• Telefonica veut accélérer la mue de Vivendi. En acceptant l'offre de rachat de GVT, le groupe achèverait son virage sur les médias (L'Agefi, bfmtv.fr)

• La Bourse salue la marge d'appréciation offerte à Vivendi ; Vivendi gagne 3% à la Bourse de Paris (crible/Les Echos)

• GVT, un petit opérateur à la croissance galopante. La société a connu un rythme de croissance supérieur à 30% depuis 2006, ralenti récemment par la conjoncture et l’intensification de la concurrence. GVT possède son réseau de bout en bout et ne paie donc pas de redevance à un opérateur historique (Les Echos)

Telecom Italia continue d'examiner ses options au Brésil

• GVT intéresse également l'Italien TIM. Telecom Italia continuer d'examiner ses options stratégiques au Brésil, au lendemain de l'annonce d'une offre de Telefonica sur GVT, la filiale locale de Vivendi qui était considérée comme un partenaire de fusion potentiel pour sa propre filiale Tim Participacoes (Reuters, L'Opinion)

Propriété industrielle

• Samsung et Apple ont décidé d’abandonner leurs poursuites judiciaires réciproques dans les brevets, sauf aux Etats-Unis où le sud-coréen a déjà été condamné à verser des centaines de millions de dollars à l’américain (Les Echos)