Revue de presse

Les titres de la presse du mercredi 20 novembre 2013

RÉGULATION

Qualité des réseaux 3G vs 4G/Consommateurs

• L'UFC-Que Choisir saisit l'ARCEP pour lui demander de fixer un encadrement de qualité de la 3G. L'UFC-Que Choisir critique vertement la qualité des réseaux mobiles et notamment celle de Free. L'association soupçonne les quatre opérateurs de dégrader volontairement la qualité de leurs réseaux 3G pour pousser les consommateurs à adopter la 4G. Pour l'instant la 4G ne concerne que 1,6 millions de consommateurs, contre 35 millions pour la 3G (Le Figaro, Les Echos, Le Parisien, zdnet.fr, AFP)

• Pourquoi l'UFC-Que Choisir note-t-elle une telle dégradation ? Il semble que l'explication vienne du succès des smartphones et de l'internet mobile en général. "La puissance d'un réseau, ce n'est rien d'autre que la quantité de fréquences multipliée par le nombre de sites radio et divisée par le nombre d'utilisateurs", explique un professionnel du mobile. Or, d'un côté, il y a de plus en plus de monde sur le réseau. De l'autre, la croissance du nombre de sites radio en 3G est à présent marginale, avec des taux de couverture élevés et une certaine difficulté à dénicher les emplacements. Enfin, il n'y a plus de nouvelles fréquences 3G. Bref, avec ou sans complot des opérateurs, la "transhumance" vers un nouveau réseau plus puissant est désormais une nécessité (Les Echos)

• "Free va saisir la justice contre UFC, qui s'appuyant une nouvelle fois sur une étude partielle et partiale avec une méthodologie très contestable qui ignore la réalité de l'usage, tente d'accroitre sa notoriété au détriment de Free» a déclaré Maximes Lombardini, son président (01net.com, lepoint.fr)

• Orange, SFR, Free et Bouygues Telecom, brident-ils exprès leurs réseaux 3G ? (challenges.fr)

• Nouvelle passe d'armes entre Free et l'UFC-Que choisir (AFP)

• "Encore plus de "freeture" sur les réseaux" (Communiqué UFC-Que choisir)

TÉLÉPHONIE MOBILE

4G

Monétisation

• Fitch redoute des effets pernicieux pour la 4G. La compétition féroce que se mènent les groupes de télécommunications en Europe pourrait venir peser sur les bénéfices tirés de la téléphonie mobile. L'agence de notation pense que les prix vont reculer à mesure que les réseaux vont s'étoffer (votreargent.lexpress.fr; boursier.com)

• Fitch pense que les opérateurs ne profiteront pas à plein de la 4G. Pour ne rien arranger, les câblopérateurs semblent désormais en mesure de venir se tailler une part du gâteau (boursier.com)

Enchères/République Tchèque

• Telefonica, T-Mobile et Vodafone, déjà présents en  République Tchèque, obtiennent des fréquences LTE  (AFP)

Fréquences et santé

• Issy-les-Moulineaux : le maire ne peut s'opposer à l'installation d'une antenne relai. Le Conseil d'Etat vient de trancher en faveur d'Orange (Le Parisien)

TÉLÉCOMS - STRATÉGIES DES OPÉRATEURS EN FRANCE

Collectivités territoriales/FTTH

• Arnaud Bazin, président du conseil général du Val-d’Oise et SFR ont signé au Salon des maires la première convention d'Ile de France issue de la mission France Très Haut Débit (e-alsace.net, Communiqué de presse)

Introduction en Bourse

• Altice, le premier actionnaire de Numericable, prépare aussi son IPO au Luxembourg. Objectif : trouver de nouvelles ressources pour financer les acquisitions (L'Agefi)

Opérateurs/management

• Stéphane Richard en piste pour un second tour. Le PDG d'Orange fait campagne pour être à nouveau désigné à la tête de l'opérateur au printemps 2014 (Le Monde)

TÉLÉCOMS - STRATÉGIES DES OPÉRATEURS A L'INTERNATIONAL

Equipementiers

• Nokia aurait finalement renoncé à racheter certaines activités d'Alcatel-Lucent. L’équipementier franco-américain va devoir trouver ses propres solutions (Wall Str. jal, zdnet.fr, Les Echos)

• Les actionnaires de Nokia ont donné leur feu vert à la vente, pour 5,44 milliards d'euros, de sa division téléphones portables à Microsoft. A charge pour l’Américain de trouver comment les rentabiliser. La cession doit avoir lieu début 2014. Le cours de l'action Nokia a doublé depuis l'annonce de cette opération début septembre. La vente définitive, qui rapportera 3,8 milliards d'euros à Nokia (plus 1,6 milliard en licence sur ses brevets), doit être conclue au premier trimestre 2014. La marque Nokia a vocation à disparaître des smartphones au profit de celle du géant des logiciels, qui communiquera sur les " Microsoft Windows Phone" ou sur la marque entrée de gamme Asha dans les pays émergents, et à terme de tous les téléphones plus basiques (Les Echos, latribune.fr, AFP)

Marchés financiers

• L'Europe réduit l'écart en Bourse avec les USA. Les valeurs télécoms européennes ont réduit en Bourse l'important écart qui les séparaient de leurs homologues américaines, soutenues par les espoirs d'un assouplissement de la doctrine européenne en matière de concentration alors que le secteur montre des signes de redressement (Reuters)

• No oasis for telecoms investors (Wall Str. jal)

• Telefonica alimente le marché de la dette hybride (L'Agefi)

INTERNET

Opérateurs/Cloud

• GFI conclut un accord avec Orange dans le cloud. La SSII et l'opérateur ciblent les communes de quelques milliers d'habitants. GFI vise de 20 à 30 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici trois à cinq ans (Les Echos, AFP)

A la Bourse

•  Yahoo! va reverser davantage de liquidités à ses actionnaires, auxquels il a annoncé 5 milliards de dollars de rachats de titres supplémentaires (AFP)

Réseaux sociaux

• Snapchat, WhatsApp, Line... Ces applications mobiles connaissent un succès fulgurant et constituent une véritable menace pour Google, Facebook ou Twitter, prêts à les racheter (Les Echos)

contenus

TV connectée/opérateurs

• SFR embarque la Google TV dans sa box. L'opérateur propose à ses abonnés un décodeur TV fonctionnant sous Android, qui permet d'avoir accès aux services de Google Play (Web, YouTube, etc). Cette offre est disponible en option par rapport à la box SFR (Les Echos, AFP, Communiqué SFR)

secteur postal

Privatisations/Portugal

• Le Portugal met sa poste en Bourse. Il vendra 70 % de Correios de Portugal. "L’opération est intéressante car le groupe est sain financièrement et a déjà engagé sa transformation vers une activité multiservices" commente un analyste financier (Les Echos, L'Agefi)