Revue de presse

Les titres de la presse du vendredi 24 août 2012

l'evenement : projet de rapprochement arcep-csa

L’ARCEP prend acte de la démarche du gouvernement

• L’ARCEP mobilisera toute son expérience et ses capacités d’expertise afin de faciliter la réflexion lancée par le Gouvernement sur l’évolution de la régulation de l’audiovisuel, des télécoms et de l’internet en France (Communiqué)

• L’ARCEP appelle  à garder à l'esprit" les différences de finalité, d’intensité et de modalité entre la régulation des réseaux, celle des programmes audiovisuels et le régime applicable aux autres contenus acheminés sur ces réseaux" (AFP, usinenouvelle.com, freenews.fr, journaldunet.com)

• L'ARCEP juge "utile de mener une réflexion globale sur la régulation de l'audiovisuel, des télécoms et de l'internet" (Correspondance de la presse)

• Dans les jours qui viennent, l’ARCEP va consulter les acteurs des télécoms sur un éventuel rapprochement avec le CSA (Les Echos)

• L’ARCEP répond oui à une réflexion sur la régulation. Et à un rapprochement avec le CSA ? Dans son communiqué, l’Autorité revient sur "la méthode retenue par le gouvernement ", qui selon elle "prévoit de réfléchir d’abord à l’évolution des objectifs de la régulation puis aux conséquences à en tirer sur l’organisation des autorités de régulation"  (zdnet.fr)

• L’ARCEP juge la réflexion "utile" (numerama.com)

Interview de la ministre du numérique

• La ministre confirme que l'objectif de la fusion ARCEP-CSA est de réguler "la diffusion de l'information" sur des supports multiples et qu'elle n'entend pas remettre en cause le principe de neutralité du réseau, notamment sur le terrain de la télévision connectée (mobile.clubic.com, degroupnews.com)

Les analyses

• "Pourquoi une fusion entre CSA et ARCEP ne résout rien". Certes, l'arrivée dans le paysage des géants numériques Apple, Google ou Microsoft modifie radicalement les comportements des diffuseurs, des consommateurs et des ayant droits. Et le gouvernement se doit d'anticiper ces changements en adaptant les structures et le moyens d'actions de ses autorités de régulation dans l’audiovisuel et dans les télécoms. La convergence des deux univers justifie la fusion des deux entités CSA et ARCEP. Mais la création de ce futur nouveau gendarme ne résoudrait par les vrais problèmes de fond. Le poste de télévision n'est plus aujourd'hui qu'un terminal parmi d'autres. Il sera bien difficile à notre gendarme national, si puissant soit-il, d'imposer des règles à des géants industriels basés hors de nos frontières (blog de Gilles Fontaine/ challenges.fr)

• "Fusion du CSA et de l’ARCEP : ça promet !". On peut dire en étant optimiste que l’ARCEP et le CSA sont complémentaires, et en étant pessimiste, qu’ils ont des cultures complètement à l’opposé : le CSA régule les contenu, l’ARCEP les tuyaux ; l’un est pro-filtrage, l’autre pro-neutralité ; le premier régule en partie sur des principes déontologiques, voire moraux, la seconde a un rôle d’expertise technique ; l’ARCEP défend son indépendance, le CSA est souvent critiqué pour son manque d’indépendance vis-à-vis du pouvoir ; le CSA travaille avec des acteurs français, l’action de l’ARCEP s’inscrit dans un cadre européen, etc … (L’Expansion)

• "Un mariage pour le pire et le meilleur ?" Les autorités en charge de la régulation audiovisuelle et des télécoms approuvent l’idée d’une "réflexion" sur un rapprochement des institutions. Reste à en évaluer la pertinence (itespresso.fr)

• Les chaînes audiovisuelles peu favorables à l’alignement des régulations. C'est parce qu'elles n'achètent pas leurs fréquences, - propriété du domaine public - qu'elles doivent contribuer si généreusement au soutien de la production indépendante. Un mécanisme qui n'existe nulle part ailleurs et inventé au fil de l'eau par un législateur soucieux, quel que soit la majorité politique, de susciter dans l'hexagone un secteur de l'image qui ne dépende pas exclusivement des productions américaines. Ceci explique que les mondes de la diffusion et de la création soient si intimement liés. Liés au point que les opérateurs de télévision sont bien convaincus que ce lien est désormais insécable. Le débat se complique quand, à ces deux univers dont on veut faire converger les outils de régulation s'agrège un troisième, celui des grands opérateurs de l'internet comme Google, Apple, Amazon ou Netflix. Ces derniers qui utilisent la puissance des réseaux pour se distribuer sans les rémunérer et les contenus audiovisuels pour se développer sans participer à leur financement, apparaissent désormais comme l'ennemi réel mais inaccessible que tous les politiques rêvent de faire payer. En vain (blog de Paule Gonzales/lefigaro.fr)

• Rapprochement ARCEP-CSA : la TV connectée comme déclencheur... ou prétexte. Pour la ministre du numérique, la réflexion autour du rapprochement entre l’ARCEP et le CSA portera "autant sur les contours de la régulation que sur les institutions".  Convergence et télévision connectée imposeraient ainsi de "s’interroger sur les modes de régulation des contenus". Les acteurs américains du Web en ligne de mire ? (zdnet.fr)

•  "Le CSA régulant Internet, ce serait l’ORTF 2.0" : le cofondateur de La Quadrature du Net, Jérémie Zimmermann précise dans un entretien ses craintes quant à l’organisation concernant le rapprochement souhaité par le gouvernement entre le régulateur des télécoms et l’autorité de l’audiovisuel (.silicon.fr).

Qu’en dit la presse ?

•  Le projet de fusion ARCEP/CSA fait l'unanimité contre lui. La mission ministérielle sur le rapprochement du CSA et de l'ARCEP a semé l’émoi dans tout le secteur du numérique, chez les deux autorités administratives indépendantes elles-mêmes, chez certains des acteurs qu’elles régulent ou qui craignent de l’être. L’association « La Quadrature du Net » y voit un modèle de régulation incompatible avec le principe de neutralité du net. « L’arrivée de la télévision connectée est un prétexte, qui permet au gouvernement de ne pas dire tout haut qu’il trouve le CSA nul et qu’il veut reprendre en main l’ARCEP » décrypte un haut fonctionnaire. Michel Boyon, le président du CSA, s’est félicité du lancement de cette réflexion qu’il appelait de ses vœux au grand dam d’autres membres du collège bien moins favorables à la fusion. L’ARCEP, de son côté, est bien plus réservée. Méfiante, elle rappelle « les différences de finalité, d’intensité et de modalité entre la régulation des réseaux, celle des programmes audiovisuels et le régime applicable aux autres contenus acheminés sur ces réseaux » (latribune.fr, telerama.fr)

RÉGULATION

TA mobile/Outre-mer

• ARCEP proposes MTR reduction in overseas territories (telegeography.com)

Concentration du marché européen de la téléphonie mobile

• Hutchison Whampoa a conclu un accord de principe avec l'Union européenne sur des concessions en matière de concurrence permettant à sa filiale autrichienne de téléphonie mobile de prendre le contrôle d'Orange Autriche. Le conglomérat de Hong Kong a proposé d'ouvrir son réseau autrichien à des tiers afin de permettre l'entrée sur le marché de nouveaux acteurs s'il parvient à racheter Orange Autriche, ce qui réduirait le nombre d'opérateurs dans le pays de quatre à trois (Reuters, l'Agefi)

Fréquences/Etats-Unis

• La FCC a donné son feu vert sous conditions au rachat par l'opérateur Verizon d'importants paquets de fréquence auprès de plusieurs câblo-opérateurs (AFP, Financial Times, nytimes.com, Communiqué FCC)

TÉLÉPHONIE mobile

Opérateurs

•  Orange et Bouygues finiront-ils par tuer Free à force de baisser les prix de leur gamme low cost ? Orange, avec sa gamme Sosh, vient de s'aligner sur les offres de Free. Ce dernier, depuis son arrivée sur le marché de la téléphonie mobile, fait face à la riposte des grands opérateurs historiques qui pourraient bien rattraper le terrain perdu (atlantico.fr)

• Orange veut faire faire des économies aux touristes étrangers. Pour éviter d'être soumis aux tarifs prohibitifs du roaming, les touristes étrangers vont se voir proposer des cartes SIM Orange dans leur pays avant leur arrivée en France (challenges.fr)

Equipementiers

Emploi

• SonyMobile installe son siège à Tokyo et supprime 1.000 emplois en Suède. La filiale de téléphone portable Sony Mobile, anciennement Sony Ericsson, avant que le japonais rachète les 50 % détenus par l’équipementier suédois, rapatrie son siège social de Stockholm à Tokyo. Ce rapatriement se fait au prix d’une réduction de 15 % des effectifs de la filiale, soit environ 1.000 personnes, d’ici à la fin mars 2014. Cette opération fait partie d’un plan de restructuration annoncé par le nouveau PDG de Sony qui vise à recentrer le groupe sur les activités jugées les plus porteuses (businessmobile.fr, Les Echos, Reuters, AFP)

• Les recrutements incessants plongent Huawei en pleine crise de croissance. La moitié des salariés de l'équipementier chinois a été embauchée il y a moins de trois ans et les objectifs de recrutement sont ambitieux. Peut-être trop, aux yeux de la base (Les Echos)

Guerre des brevets

• En attendant le verdict de la justice américaine, le sud-coréen Samsung et l'américain Apple ont été renvoyés dos à dos en Corée du Sud par un tribunal qui les a reconnus tous deux coupables de violation de brevets. Apple a été condamné à verser 40 millions de wons (28.000 euros) pour la violation de deux brevets portant sur les normes de télécommunications. Samsung a de son côté été condamné à indemniser Apple à hauteur de 25 millions de wons pour la violation de ses brevets d'interface utilisateur. Le tribunal a par ailleurs interdit la commercialisation en Corée du Sud des iPhone 3GS, iPhone 4, iPad 1 et iPad 2, ainsi que, pour Samsung, les téléphones Galaxy S, Galaxy S2 et Nexus, les tablettes Galaxy Tab et Galaxy 10.1  (AFP, Associated Press, Reuters)

Panne

• Près de 800 000 clients d'Orange ont été privés de messagerie vocale mercredi en raison d'une panne technique. C'est la deuxième panne en deux mois pour l'opérateur (la tribune.fr)

TÉLÉCOMS - STRATÉGIES DES ACTEURS EN FRANCE

Outre-mer

• La Région va installer du Wifi gratuit aux quatre coins de la Réunion, dans le cadre du Plan Ordinateur Portable (POP) mis en place par la collectivité en 2010 et à destination des lycéens réunionnais. Un deuxième projet va voir le jour d'ici la fin de l'année, à destination cette fois-ci du grand public. Il s'agit de l'installation de bornes Wifi avec accès gratuit à Internet dans les lieux fréquentés et culturels de la Réunion. Une volonté de démocratiser l'accès à internet pour les Réunionnais qui s'inscrit dans le plan Très Haut Débit porté par la Région (zinfos974.com)

Notation

• Standard and Poors (SP) a annoncé jeudi le relèvement d'un cran de sa note sur le groupe français de technologies Technicolor, passant de "B-" à "B" (AFP)

TÉLÉCOMS - STRATÉGIES DES ACTEURS A L'INTERNATIONAL

Opérateurs

• Le groupe diversifié portugais Sonae a dégagé un bénéfice net de 18 millions d'euros au deuxième trimestre, en baisse de 22,1% par rapport à la même période de l'an dernier (AFP)

• Telenor braces for India ruling (Wall Str. jal)

Equipementiers

• Les équipementiers chinois souffrent eux aussi de la baisse des commandes. La chute brutale des investissements des opérateurs a réduit le résultat opérationnel de ZTE et de Huawei depuis le début de l'année. Une série d'obstacles réglementaires gênent de plus leur expansion internationale. Huawei avait vu son résultat opérationnel reculer de 22 % au premier semestre. ZTE a publié cette semaine un résultat net en baisse de 68 % au premier semestre. Par le passé, ZTE et Huawei avaient profité des réductions de coûts chez les opérateurs européens pour gagner de nouveaux contrats à l’international en leur faisant des offres alléchantes. ZTE a été contraint de se recentrer sur son marché domestique. Huawei ne suit plus sa stratégie des prix avec sa montée en gamme, doit faire face à la concurrence d’Alcatel-Lucent qui casse les prix de la fibre optique en Chine (Les Echos)

• Ericsson to sell fibre access assets to Calix (totatele.com)

internet

Consommateurs

• Exclusion numérique : alléger la facture internet des plus démunies. Aux côtés des bailleurs sociaux, des collectivités locales fournissent un accompagnement, un équipement et une connexion à bas coûts aux bénéficiaires du RSA (La Gazette)

• Une offre "internet social" trop restrictive (La Gazette)

technologies

Smartphones

• LG display begins mass producing new panels. The in-cell technology integrates touch sensors into the LCD, making it unnecessary to have a separate touch-screen layer (Wall Str. jal)

Tablettes

• Plus de 100 millions de tablettes pourraient être vendues cette année dans le monde, selon des estimations jeudi du cabinet ABIresearch, qui confirment le dynamisme de ce marché en pleine ébullition. Apple domine largement le marché avec son iPad. Sur les 25 millions de tablettes vendues au deuxième trimestre, 17 millions étaient des iPads. Le premier concurrent du groupe, le sud-coréen Samsung, reste loin derrière avec seulement 2,4 millions d'unités  (Les Echos)