Prise de parole - Speech

Les 7èmes Entretiens de l’Autorité "Grandes entreprises et Services Télécoms" / Présentation de Dominique Roux / 29 mars 2001

Mesdames,
Mesdemoiselles,
Messieurs.

Après trois ans d’ouverture à la concurrence, l’ART a souhaité se pencher sur la consommation par les grandes entreprises présentes sur le territoire français, des services de télécommunications, afin de se faire une idée précise de la situation actuelle mais aussi de mesurer les premiers effets de l’ouverture à la concurrence dans le secteur.

Comme vous le savez la transformation de l’environnement national et international dans lequel évoluent les entreprises a conduit les télécommunications à jouer au cours des dernières années un rôle de plus en plus important à différents niveaux :

     

  • sur le plan économique, tout d’abord, d’une simple technique servant de support à l’échange d’informations, la télécommunication est devenue aujourd’hui un facteur de production à part entière dans toutes les entreprises.
  •  

     

  • sur le plan social ensuite, l’utilisation massive des télécommunications tant dans les ménages que dans les entreprises a modifié très sensiblement l’organisation de la production, des comportements au travail et des modes de vie en général,
  •  

     

  • enfin, sur le plan politique, le rôle des télécommunications revêt à présent un caractère stratégique, comment par exemple, construire l’Union européenne sans un système de communication à distance performant ?
  •  

Et ce n’est qu’un début, l’importance des télécommunications dans la société va s’accroître sous l’influence d’une part d’une offre sans cesse enrichie de nouveaux services et d’autre part d’une demande toujours plus soutenue qui exprime tout simplement les besoins des consommateurs.

Les nouveaux services fixes et mobiles qui sont proposés sont en effet particulièrement attendus et recherchés car ils représentent ce que l’on pourrait appeler la nouvelle communication qui repose sur les trois caractéristiques suivantes :

  • la mobilité,
  • l’interactivité
  • et l’interopérabilité.

Il ne faut pas oublier non plus que les transformations du secteur des télécommunications n’auraient sans doute pas eu lieu dans les mêmes conditions et avec la même rapidité sans le changement du cadre réglementaire qui a permis l’ouverture à la concurrence et la mise en place d’une fonction de régulation indépendante.

Les entreprises aujourd’hui quel que soit leur taille ou leur domaine d’activités ont intégré les télécommunications dans leur système de gestion. Ainsi, l’optimisation de la fonction télécommunication est devenue un enjeu majeur, car les services qu’elle contient font partie intégrante de la chaîne de valeur et on peut les considérer comme une véritable activité de soutien au sens de la classification de Michaël Porter.

Sur le plan macroéconomique si les activités de télécommunications et d’informatique ne représentent qu’un poids limité de quelques 6 % dans le PIB, elles ont cependant une influence essentielle sur la croissance de nos économies, 20 % du taux de croissance au cours des quatre dernières années.

Leur rôle et leur influence commencent d’ailleurs à être étudiées avec attention pour comprendre ce que l’on a appelé dans le domaine de l’informatique le paradoxe de Solow. En effet, le prix Nobel d’économie Robert Solow a écrit en 1987, à propos de l’économie américaine une phrase désormais célèbre : " on voit des ordinateurs partout sauf dans les statistiques ". Cette affirmation qui décrivait la situation outre-atlantique a fait le tour du monde et a conduit à s’interroger sur l’impact réel des technologies de l’information et de la communication sur l’ensemble des activités productrices.

Jusqu’à une époque récente le paradoxe de Solow semblait vérifié, car il était impossible de conclure à un effet nettement positif de l’informatisation des activités sur la croissance économique et plus particulièrement sur la productivité de travail.

Mais ce paradoxe est à présent levé, il est admis que l’informatique joue depuis quelques années un rôle majeur sur la croissance des Etats-Unis. Le décalage que l’on a pu constater entre l’apparition des services informatiques et leurs effets sur l’économie s’explique simplement par le fait que l’informatique n’est seulement qu’un des facteurs de la productivité, l’autre volet essentiel étant l’organisation du travail.

Autrement dit, sans réorganisation des systèmes de production et des entreprises en général, l’informatique n’est qu’un gadget coûteux.

Il en est de même pour les télécommunications qui peuvent apporter demain un surcroît de performance à condition que ces nouveaux services soient intégrées dans des systèmes de gestion réaménagés.

Ce constat est un facteur d’optimisme à terme pour l’Europe et, pour la France, car, dans l’utilisation des nouvelles technologies de l’information nos pays semblent avoir quelques années de retard sur les Etats-Unis, il est évident que les effets positifs majeurs de tous ces nouveaux services sont devant nous, et devront être effectifs dans les prochaines années.

Ces quelques raisons et bien d’autres que nous développerons tout à l’heure ont conduit à l’étude que nous avons demandée à
Pierre Audoin Conseil de réaliser en collaboration avec le CIGREF, le Club informatique des grandes entreprises françaises.

Les résultats obtenus sont, je crois éloquents et je vais en quelques minutes et quelques transparents vous présenter les principaux enseignements que nous pourrons tirer de ce travail, vous avez les résultats complets dans le document qui vous a été remis et ensuite nous pourrons engager le débat avec quatre responsables des télécommunications dans des grandes entreprises françaises qui ont accepté de participer à cette enquête.

Roger Deshayes tout d’abord qui est responsable des achats de télécommunications au Crédit Lyonnais et qui donc officie dans le secteur qui consomme le plus de services de télécommunications.

Philippe Colman ensuite nous parlera du rôle des télécommunications dans Aventis Pharma, un laboratoire dont l’activité est mondiale, puis nous donnerons la parole à Gia Bien Pham, Directeur des télécommunications de Technip France qui est aussi une entreprise à vocation international nous fera part de son expérience. Enfin Stéphane Rouhier présentera les réflexions du CIGREF.