Arcep

L'ARCEP publie l'observatoire des marchés des communications électroniques en France au troisième trimestre 2011.

Paris, le 11 janvier 2012

Croissance des volumes, baisse des prix et des revenus

Le revenu du marché de détail des communications électroniques (hors revenus annexes des opérateurs) s'élève à 10,2 milliards d'euros au troisième trimestre 2011, en baisse de 2,7% sur un an.

Les volumes consommés sont, en revanche, tous orientés à la hausse :

 

  • le trafic de téléphonie fixe et mobile (51,4 milliards de minutes) progresse de 2,8% sur un an ;
  • le nombre de messages interpersonnels continue à augmenter vivement avec 35,7 milliards de SMS émis au cours du trimestre (+10,5 milliards en un an) ;
  • le volume de données consommé par les clients des réseaux mobiles augmente de 100% en un an.

Si le marché croît donc en volume, il se caractérise aussi par une baisse tendancielle des prix et par une baisse des revenus en valeur qui s'explique, pour une large part, par la modification du taux de la TVA au 1er février 2011.

Les abonnements à la voix sur large bande (VLB) sont désormais plus nombreux que les abonnements au service téléphonique en RTC

Au 3ème trimestre 2011, le revenu des services fixes à bas débit poursuit son recul (-14,2% sur un an) qui n'est pas compensé par la hausse du revenu des services à haut et très haut débit (+7,3% sur un an). Le haut et le très haut débit représentent désormais près des deux tiers du revenu des services fixes (62%, soit + 6 points en un an).

Au total, le revenu des services fixes atteint 4,0 milliards d'euros au troisième trimestre 2011, en contraction de 2,1% sur un an.

Le succès de la voix sur large bande (VLB) se poursuit : désormais les abonnements à la VLB (20,1 millions) sont plus nombreux que les abonnements au service téléphonique en RTC. Le trafic de la VLB, avec 16,8 milliards de minutes, représente les deux-tiers du trafic des réseaux Ensemble de lignes, de voies de communication, etc., qui desservent une même unité géographique. fixes. Il augmente fortement (+2,9 milliards de minutes supplémentaires en un an) en grande partie du fait de l'augmentation très vive des volumes de téléphonie vers les mobiles (+2,1 milliards de minutes en un an).

En effet, les baisses successives de la terminaison d'appel sur les réseaux mobiles décidées par l'Autorité (2c€ au 1er juillet 2011 et 1,5c€ depuis le 1er janvier 2012) ont permis d'étendre les offres d'abondance aux communications du fixe vers les mobiles.

Ces offres ont profondément modifié les modes de consommation : le volume des communications vers les réseaux mobiles a pratiquement été multiplié par quatre en un an. Ainsi, la proportion de minutes de communications vers les mobiles émises en VLB rejoint au troisième trimestre 2011 celle des communications nationales et représente deux tiers du trafic au départ des postes fixes (64%).

Le nombre d'abonnements internet à haut et très haut débit est de 22,4 millions (dont 600 000 abonnements à très haut débit) et il s'accroit de 1,5 million en rythme annuel depuis la fin de l'année 2010.

L'action de l'Autorité en faveur de la baisse des terminaisons d'appels voix et SMS a favorisé le développement des offres d'abondance, qui sont l'un des moteurs de la forte croissance des volumes consommés au départ des réseaux mobiles

Le nombre de clients des services sur réseaux mobiles (cartes SIM en service) s'élève à 67,0 millions en septembre 2011, soit un taux de pénétration de 103,3% en augmentation de six points en un an (+4 millions de cartes). La présence des opérateurs virtuels mobiles se renforce : leur part de marché est de 10,7% (12,6% pour le segment résidentiel) en septembre 2011, soit un accroissement d'1,4 point en un trimestre. Ils sont à l'origine de 90% de l'accroissement trimestriel du nombre de clients.

Le revenu des services mobiles (4,8 milliards d'euros) baisse de 3,4% en un an. Cela s'explique, d'une part, par la modification du taux de TVA sur les services d'accès audiovisuels à compter du 1er février 2011, et, d'autre part, par la baisse des prix. En effet, les opérateurs mobiles ayant choisi de ne pas répercuter la hausse de la TVA (passée de 5,5% à 19,6%) sur la facture TTC de leurs clients, leurs revenus hors taxes se trouvent amputés de plusieurs centaines de millions d'euros pour l'année 2011. De plus, la commercialisation depuis plusieurs mois d'offres sans terminal, qui d'ailleurs était une recommandation du régulateur favorable aux consommateurs, influe directement sur la baisse de la facture des clients et donc sur le revenu des opérateurs. La consommation en volume ne cesse en revanche d'augmenter avec la multiplication des offres d'abondance que cela soit dans la " voix " (+2,7% en un an), notamment pour les gros consommateurs, la " data " (+92,6%) ou les " SMS " (+42,0%).


Les documents associés

L'Autorité fait aussi le point sur les résultats de la procédure 4G, l'état des déploiements FttH et les travaux de l'Autorité en matière de neutralité de l'internet et des réseaux.

SmileyL'observatoire pour le 3ème trimestre 2011 Smiley

SmileyLes éléments présentés lors de la conférence de presse (pdf - 1,11 Mo) (pdf) Smiley