Arcep

L'ARCEP publie l'évolution 2006 - 2010 des prix des services mobiles en France.

Paris, le 11 janvier 2012

L'ARCEP publie la seconde étude sur le marché des services mobiles grand public en France métropolitaine, pour la période 2006 à 2010, auprès de clients des trois opérateurs de réseaux mobiles Orange France, SFR et Bouygues Telecom et des deux plus importants opérateurs mobiles virtuels NRJ Mobile et Omea Mobile (Virgin Mobile).

La méthodologie est fondée sur le concept de la dépense minimale

La dépense minimale est la facture minimale théorique en euros courants TTC d'un consommateur informé, libre et rationnel qui " optimise " sa dépense en fonction de sa consommation tout au long de la période. La variation de cette dépense peut s'expliquer soit par une évolution de la consommation (effet volume), soit par une évolution du prix des services (effet prix). Le calcul de l'indice des prix découle de cette notion, une fois l'effet volume neutralisé.

Une baisse moyenne des prix de 3,4% et une hausse moyenne des volumes de 12,9% en 2010

La dépense minimale augmente pour le marché dans son ensemble (+4,1 % en moyenne annuelle et +7,6 % en 2010), en raison de la hausse des volumes consommés, en particulier ceux de SMS et d'internet mobile. Cette hausse est d'ailleurs particulièrement élevée chez les petits consommateurs, ceux-ci se portant désormais vers des offres plus chères correspondant à une consommation beaucoup plus importante en SMS et en internet sur mobile.

En revanche, les prix des services mobiles diminuent tout au long de la période (-2,9 % en moyenne annuelle, soit -11,2% en quatre ans), mais, en 2010, la baisse s'est accélérée pour atteindre 3,4 %.

Les utilisateurs de gros forfaits sont les principaux bénéficiaires de la baisse des prix
(-12,4 % en 2010) alors que les plus petits consommateurs ont vu les prix diminuer faiblement (-2,3 % pour les petits consommateurs et +0,3 % pour les consommateurs moyens).

Les clients détenteurs de contrats prépayés ont vu leur prix augmenter fortement en 2006 (+4,4 %). Les baisses successives des prix sur le reste de la période et notamment un recul des prix de 1,9 % en 2010, ont presque permis de compenser cette hausse initiale. Entre 2006 et 2010, les prix des cartes sont stables (+0,1 % en moyenne annuelle).

Depuis 2008, la facture réelle moyenne diminue régulièrement et se rapproche de la dépense minimale théorique

Cette convergence semble démontrer de la part des consommateurs une meilleure optimisation dans leur choix de l'offre la mieux adaptée à leurs besoins, grâce notamment aux mesures prônées par le régulateur en faveur d'une plus grande transparence et d'une meilleure fluidité du marché. Parallèlement, les opérateurs ont su développer et adapter les offres à l'évolution des consommations, ce qui leur permet de constituer un relais de croissance. Les clients en bénéficient au travers des offres d'abondance qui se généralisent en raison des baisses de terminaisons d'appels décidées par l'Autorité.

Une publication destinée à évoluer

L'ARCEP a fait évoluer le périmètre de l'étude par rapport à la précédente publication afin d'assurer la plus grande fiabilité et représentativité de l'évolution du marché. Les deux principaux MVNO sont intégrés à l'étude à partir de 2008. Par ailleurs, les profils tiennent compte de la consommation d'internet mobile dès 2009. Ce point sera approfondi avec une nouvelle définition des profils de clientèle dès la prochaine publication relative à l'année 2011 qui interviendra dans les prochains mois.

L'Autorité fait aussi le point sur les résultats de la procédure 4G, l'état des déploiements FttH et les travaux de l'Autorité en matière de neutralité de l'internet et des réseaux Ensemble de lignes, de voies de communication, etc., qui desservent une même unité géographique..