International

20 régulateurs francophones se sont réunis pendant deux jours à Fès sur le thème : "mobilité et développement"

Fès, le 5 octobre 2004

A l’invitation de l’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT) du Royaume du Maroc, plus de 130 participants représentant les agences de régulation des télécommunications de 20 pays différents, institutions internationales (UIT, ETSI, Commission européenne, Banque Mondiale) et entreprises du secteur (Itissalat al Maghrib, Meditelecom, Maroc Connect, Inquam, Nokia, Ericsson, Alcatel, Nortel, …) se sont réunis pendant deux jours à Fès, les 4 et 5 octobre 2004.

Il s’agissait de la deuxième réunion annuelle du réseau des régulateurs de télécommunications (FRATEL) ayant la langue française en partage.

Les travaux de cette rencontre ont porté sur le rôle des réseaux mobiles dans le développement socio-économique. Les télécommunications ont en effet pris aujourd’hui une importance croissante dans l’activité économique du fait, notamment, de la mondialisation des échanges.

Quatre tables rondes se sont tenues pour permettre un partage d’expériences entre régulateurs du nord et du sud :

  • Télécommunications mobiles et développement

Présidée par M. Mohamed Benchaaboun, directeur général de l’ANRT du Maroc, cette session a réfléchi sur le rôle des politiques publiques et de la régulation en matière de promotion des investissements, ainsi que sur la couverture des besoins socio-économiques des populations grâce à la téléphonie mobile. M. Benchaaboun a soulevé que : " L’action des régulateurs devrait aller dans le sens de favoriser le double objectif de développement-diffusion des technologies porteuses. Le réseau Fratel est là pour nous aider en oeuvrant dans le sens de l’échange-diffusion des connaissances/compétences ".

  • Perspectives des systèmes mobiles, réseaux et services

Les travaux de cette session ont porté sur les perspectives d’évolution des systèmes mobiles. Des questions liées à la convergence, aux réseaux de nouvelle génération, à l’accès fixe par le réseau cellulaire, ainsi que les enjeux socio-économiques des nouveaux systèmes et leur contribution à la satisfaction des attentes des consommateurs ont été discutées. Les débats étaient menés par M. Malick Gueye, directeur Général de l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART) du Sénégal qui a notamment déclaré : " l’important pour les pays émergents c’est de faire de sorte que les infrastructures et services soient au service du développement, et non l’inverse ".

  • Enjeux réglementaires des services mobiles

Comment attribuer les licences et les ressources en fréquences ? comment ouvrir à la concurrence les différents réseaux, telles sont quelques questions qui ont soulevées lors de cette session que présidait M. Ashok Radhakissoon, président l’Autorité des technologies de l’information et de la communication (ICTA) de Maurice.

  • Télécommunications et développement

Quel rôle peuvent jouer les régulateurs dans le développement de la société de l’information pour tous ? telle a été la question centrale de ces débats, menés par Dominique Roux, membre du Collège de l’Autorité de régulation des télécommunications (ART) française.

Soulignant que " les systèmes de télécommunications fiables et efficaces sont un gage de gains de productivité et de compétitivité accrues pour les entreprises ", Dominique Roux a rappelé que la mission du régulateur consiste " à mettre en œuvre les politiques arrêtées par la représentation nationale et les pouvoirs publics qui ont la charge de la définition des règles du jeu ".

La réunion a marqué le lancement d’un site Internet www.fratel.org, dont la création avait été décidée lors du précédent colloque organisé à Bamako, en 2003. Ce site, réalisé par l’ART France, servira de trait d’union entre les différents régulateurs, ainsi que les personnes intéressées par les travaux du Fratel.

M. Jean-Marc Demers, membre du CRTC du Canada, a été élu président du Fratel. Il remplace à ce poste M. Modibo Camara, président du CRT du Mali. Il sera assisté de MM. Benchaaboun et Modibo Camara. L’ART France, représentée par M. Dominique Roux assure le secrétariat permanent du Fratel.

L’Assemblée a adopté un plan d’action 2005. Il a été notamment décidé que le prochain colloque, qui se tiendra à Montréal en 2005, sera consacré au thème " Internet et développement ". Un séminaire d’échange d’informations sur l’interconnexion Internet, le nommage et l’adressage ainsi que la comparaison des normes de technologies sans fil se tiendra l’an prochain à Ouagadougou. Un projet de formation associant plusieurs institutions partenaires du Fratel sera mis en œuvre.

Aux termes des ces deux jours de travaux, Dominique Roux a déclaré que " Fratel est en train de devenir un lieu où la convergence dont on parle tant peut largement s’exprimer, mais pas simplement la convergence des technologies ou des services, mais la plus importante de toutes, la convergence des savoirs ".

Pour sa part, Jean-Marc Demers, dans une phrase imagée, a assimilé le réseau Fratel à une " mutuelle ", dont tous les membres sont solidaires, et qui répond de ce fait à leurs besoins avec dynamisme.

Enfin, M. Benchaaboun a remercié les participants et a conclu sur l’importance de la coopération entre régulateurs pour la réduction de la fracture numérique.


Les documents associés

Le site Fratel : www.fratel.org