Juillet

Les titres de la revue de presse du mardi 16 juillet 2019

L'EVENEMENT : 5G EN FRANCE ATTRIBUTIONS DES FREQUENCES DE LA BANDE 3,4 - 3,8 GHz : L'ARCEP MET EN CONSULTATION PUBLIQUE LES MODALITES D'ATTRIBUTION ET LES OBLIGATIONS POUR LES CANDIDATS

Communiqué Arcep

• Le texte s’inscrit dans les orientations fixées par le Gouvernement dans le courrier d’Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, en date du 2 mai 2019. Les contributions à la consultation publique, attendues jusqu’au 4 septembre, permettront à l’Arcep d’arrêter ces modalités et conditions d’attributions. L’Arcep proposera au Gouvernement un texte au cours des semaines suivantes, en vue de conduire l’attribution des fréquences à l’automne

Dans la presse

Le Monde : Les objectifs ambitieux du gouvernement pour le lancement de la 5G en France. Après plusieurs mois de concertation, l’Arcep a dévoilé une première ébauche de son cahier des charges pour l’attribution des fréquences, qui aura lieu cet automne. Un opérateur ne pourra pas repartir avec plus de 100 mégahertz au total sur l’ensemble de la procédure. "Cela permet d’offrir une latitude à un acteur qui serait potentiellement gourmand, tout en préservant un équilibre concurrentiel entre les quatre opérateurs afin qu’ils soient tous en mesure de fournir un vrai service 5G " explique Sébastien Soriano 

Les Echos : "Je ne veux pas d'une 5G des villes et d'une 5G des champs" : la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher explique comment l'Etat compte sur cette technologie pour doper la compétitivité du pays et améliorer la couverture des campagnes. Interview

• L'Arcep publie son cahier des charges. "Cette procédure mixte nous permet de concilier un marché à quatre opérateurs avec une quantité de fréquences suffisante pour avoir un vrai service 5G sans déséquilibres de spectre trop importants", explique Sébastien Soriano. Cette configuration est censée empêcher un emballement des enchères, comme en Italie ou en Allemagne, pour préserver la capacité d'investissements des opérateurs. A ce stade, une inconnue subsiste : le prix de réserve, c'est-à-dire le « plancher » à partir duquel partiront les enchères

Le Parisien : Bientôt la vie en 5G ! Une révolution technologique censée bouleverser notre quotidien. En 2025, les deux tiers de la population accèderont à la 5G. Les utilisateurs bénéficieront d’un débit inégalé mais cela coûtera plus cher

• Et en France, quel calendrier ? Quelles conséquences sur les zones blanches ? Qu'apporte la 5G ? Quel débit réel ? Quel risque sur la santé ? Quel prix ? Six questions sur l'arrivée de la 5G France 

• Slicing, Beam tracking, Full duplex , 5G stand alone : les nouveaux mots de la 5G 

• Edito : "Obsédés du débit. Les plus technophiles imaginent déjà tout un tas d’applications possibles. Il convient tout de même de garder la tête froide. Et de se rappeler qu’aujourd’hui il existe toujours des zones blanches sur notre territoire où recevoir un simple coup de fil est encore impossible"

Le Figaro : La 5G devrait couvrir la France d’ici à 2025. La grande nouveauté du texte présenté par l’Arcep réside dans les obligations de couverture. Il faudra attendre le début de 2020 pour que les opérateurs soient juridiquement détenteurs des fréquences pour quinze ans et lancent leurs services dans au moins deux villes. Ils auront ensuite jusqu’à 2025 pour couvrir 90 % du territoire en 5G et 4G+. L’Arcep a prévu des clauses de rendez-vous en 2023 et 2028 pour ajuster le tir afin d’éviter les erreurs faites lors de l’attribution des licences 4G qui avaient nécessité une renégociation avec l’État. Pour inciter les opérateurs à être vertueux, l’Arcep a une carotte en réserve. Il lui reste un bloc de 90 MHz de fréquences 5G à attribuer en 2026 

Ouest France : Après la 4G, voici la 5G, plus rapide encore. La France a lancé officiellement, hier, sa procédure d'attribution aux opérateurs télécoms des futures fréquences 5G

Sur la Toile

latribune.fr : Ces règles du jeu, qui sont soumises à consultation publique et pourront encore être modifiées, prennent en compte les desiderata du gouvernement / L'Arcep propose une procédure en deux temps. Le premier permettra à Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free d'acquérir chacun un bloc d'une taille de 40 à 60 MHz, à prix fixe, lequel sera déterminé par le gouvernement. Dans un second temps, les fréquences restantes seront mises aux enchères. Les opérateurs pourront cette fois acquérir plusieurs blocs de 10 MHz, avec un prix de réserve fixé ici aussi par le gouvernement

lepoint.fr : 5G : la proposition vertueuse de l'Arcep aux opérateurs. Le régulateur des télécoms propose des contraintes de déploiement très strictes, en échange d'un prix moins élevé pour les blocs de fréquences

01net.com : Le gendarme des télécoms veut imposer la 5G sur tout le territoire... en 2030. L’Arcep entend exiger qu'au moins deux grosses villes soient couvertes par opérateur d’ici la fin de l’année 2020

Bfmbusiness.com : 5G : Les règles du jeu sont connues / Les verticales ne sont pas oubliées/ 3000 sites à déployer en 2022

zdnet.com : 5G : L'Arcep dévoile son plan d'attaque pour l'appel d'offres / Les fréquences concernées : 310 MHz de fréquences dans la bande 3,5 GHz / Des fréquences attribuées pour une durée de 15 ans / Une procédure d'attribution mixte / Des engagements forts attendus des opérateurs

Les dépêches

Reuters : L'Arcep fixe des objectifs ambitieux sans renoncer aux enchères. « Aujourd’hui, les opérateurs en France investissent près de 10 milliards d’euros par an dans la fibre et la 4G. Il est essentiel de trouver le bon équilibre entre les investissements en cours, ceux à venir, qui doivent être progressifs, et les montants des enchères », observe Arthur Dreyfuss, président de la Fédération française des télécoms. L’Arcep entend également instaurer pour les industriels un « droit à la 5G » qui obligera les opérateurs, moyennant finance, à équiper les entreprises qui en feront la demande

AFP : La procédure d’attribution des fréquences 5G débute. La France "n’est pas dans les premiers" en Europe pour attribuer ses fréquences, mais elle "n’est pas en retard", a assuré le président de l’Arcep 

 

TÉLÉCOMS-FRANCE

Aménagement numérique

• Orange et SFR sortis du comité de concertation France THD (Contexte)

Marché Entreprise

• Celeste reprend l'opérateur de haut débit Via Numérica. L'opérateur fibre pour les entreprises renforce son réseau dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Via Numérica apporte 600 nouveaux clients à Celeste qui en compte déjà 4.000 (Les Echos)

NUMÉRIQUE

Taxation des Gafa

• "Taxation des GAFA : l’exemple français. La taxe qui prévoit de prélever 3 % du chiffre d’affaires des géants du numérique est d’autant plus légitime et nécessaire que partout dans le monde, y compris aux Etats-Unis, la puissance de ces groupes inquiète" : Edito (Le Monde)

Crypto monnaie

• "Libra n'a nullement l'intention de concurrencer les monnaies souveraines des Etats», déclare le responsable du projet David Marcus, à la veille de son audition, ce jour, par le Sénat américain. Il s'attend à ce que la Suisse joue un rôle clé dans l'encadrement et la supervision de cette initiative (lematin.ch)

TÉLÉCOMS-INTERNATIONAL

Huawei

• Chute des ventes, baisse annoncée du chiffre d’affaires de 30%, rétorsion américaine sur la 5G… Huawei, qui voit son ascension économique marquer le pas, contre-attaque et lance son propre système d’exploitation / Sur les smartphones, son chiffre d’affaires plonge / Le cas Huawei divise les pays occidentaux, qui, pour la plupart, s’arrangent pour ne pas fermer totalement la porte au fabricant ; signe du rôle clé joué par le chinois dans l’économie. L'évènement (Libération)

• Huawei investit 2,7 milliards d'euros en Italie et va y créer plus de 1.000 emplois. Le marché européen lui est devenu stratégique après ses déboires aux Etats-Unis (Les Echos, Reuters)

• Face aux autorités, Huawei oscille entre licenciements et promesses (Contexte)

SECTEUR POSTAL

Distribution de la presse

• Réforme de la distribution de la presse : modification à la marge du texte alors que le rapporteur prépare plusieurs amendements avec le gouvernement (Correspondance de la presse)