Revue de presse

Les titres de la presse du mercredi 13 janvier 2016

RÉGULATION

ARCEP/itinérance et mutualisation des réseaux mobiles

• L'ARCEP a annoncé hier qu'il comptait demander aux quatre opérateurs télécoms de revoir leurs accords en matière de partage des réseaux mobiles, préconisant que Free et Orange mettent fin à l'itinérance de leurs réseaux d'ici à fin 2020. Pour les services haut débit (équivalent 3G), l'ARCEP "estime que l'extinction devrait se terminer à une date évaluée à ce stade entre la fin 2018 et la fin 2020". Pour les services voix, SMS et bas débit (équivalent 2G), l'extinction "pourrait être effective entre le début 2020 et la fin 2022". SFR et Bouygues sont également dans le viseur de l'Autorité qui souhaite s'assurer que leur accord de mutualisation des réseaux 2G-3G-4G conclu sur une "large partie du territoire" permette bien "d'améliorer la couverture et la qualité des services des utilisateurs". L'ARCEP appelle également à une fin de l'itinérance 4G permise aux clients SFR sur une partie du réseau de Bouygues Telecom "entre fin 2016 et fin 2018". Son analyse sera transmise à l'Autorité de la Concurrence et les opérateurs pourront la commenter jusqu'au 23 février (AFP)

• L’ARCEP bouscule l’itinérance entre Orange et Free. Le régulateur des télécoms fixe un cadre qui pourrait être remis en cause en cas de rachat de Bouygues Telecom. « Ce projet est valable dans un marché à quatre », prévient Sébastien Soriano. Nous avons maintenu le calendrier, parce qu’il était attendu ». Mais en cas de fusion entre Orange et Bouygues Telecom, le régulateur reverrait sa copie (Le Figaro)

• Comment Free va devoir se passer du réseau d’Orange. « L'itinérance entre Free et Orange a été positive car elle a permis au premier d'entrer rapidement sur le marché et les consommateurs ont pu bénéficier d'un choix plus important en terme d'offres, rappelle Sébastien Soriano. Mais ce système doit prendre fin et il faut désormais l’organiser. Car l'itinérance doit rester un dispositif exceptionnel dans l'organisation des réseaux ». L'extinction totale de l'itinérance ne pourra toutefois pas être envisagée avant fin 2018, au plus tôt, selon l'ARCEP, et fin 2020 au plus tard. Outre le contrat Free-Orange, le gendarme des télécoms s'est aussi penché sur la mutualisation d'une partie des réseaux mobiles de SFR et Bouygues. "Cette itinérance a pu être légitime. Mais il ne faut pas que cela dure. Il ne doit pas y avoir de passager clandestin sur la 4G, qui est stratégique pour tous les opérateurs", prévient Sébastien Soriano. « S'il estime qu'on lui met la pression avec des recommandations contraignantes, Free va tout faire pour que le deal entre Orange et Bouygues réussisse et qu'il récupère un bout de réseau », explique un bon connaisseur du secteur (Les Echos)

• L'ARCEP pousse à la fin des mutualisations de réseaux mobiles (Reuters)

• French telecoms regulator opens consultation on roaming (Politico)

• L’ARCEP soumet à consultation publique un projet de lignes directrices sur le partage de réseaux mobiles, accompagné d’une première analyse des contrats existants (Orange-Free Mobile / SFR-Bouygues Telecom) (Communiqué)

Commission européenne

• Numérisation de l’industrie : Günther Oettinger dévoile les axes de sa stratégie. Le commissaire à l’Économie numérique indique sur son blog les quatre volets du plan d’action à venir d’ici le printemps : facilitation de la sécurisation ; développement de plateformes industrielles européennes de fabrication et d’ingénierie ; promotion des compétences numériques ; réglementation sur la responsabilité et la sécurité des systèmes, la propriété et l’utilisation des données industrielles et l’émergence de l’Internet des objets (Blog de Günther Oettinger)

• Getting inside the Commission’s digital single market strategy : an interview with Roberto Viola (Future Media Lab)

Enchères fréquences/Etats-Unis

• Television station have existential discussions over whether to sell (or not) their airwaves to the government who will make an auction with them to resell those frequencies for wireless services  (Wall Str. jal)

NUMÉRIQUE

Projet de loi pour une République numérique

• La loi Lemaire devant le Parlement. Le texte passe en commission aujourd’hui. Plus de 700 amendements ont été déposés (Les Echos)

• Loi Numérique : les amendements « à suivre ». Les députés membres de la commission des lois de l’Assemblée nationale viennent de déposer les premiers amendements au projet de loi numérique d’Axelle Lemaire. Voici un petit tour d’horizon des principales propositions des parlementaires, dont l’examen débutera ce matin (nextinpact.com)

Transformation numérique

• Axelle Lemaire réfléchit à des aides à la transition numérique des PME et TPE (usine-digitale.fr)

IoT/objets connectés

• Domino : avec son bouton connecté, La Poste arrivera-t-elle à aller au-delà de la hype ? La Poste était présente en force au CES pour dévoiler une nouvelle initiative : Domino. Un bouton connecté qui a pour but de simplifier vos expéditions de colis grâce à l'internet des objets. Concernant la question de la couverture réseau, ce Domino aura besoin d'assurer une communication constante avec La Poste. C'est pour le moment Sigfox et son réseau déjà déployé en France qui a été sélectionné. Le groupe ne s'interdit par contre pas d'exploiter d'autres solutions du même genre (comme Lora par exemple lorsque les réseaux seront déployés en France) afin de compléter le dispositif si nécessaire. La phase de test sera essentielle. Au final, si l'idée semble bonne sur le papier, il faudra voir comment elle prend forme dans la pratique et quel sera le modèle économique d'un tel dispositif (nextinpact.com)

• Voiture autonome : Google veut nouer des partenariats, mais encore rien de concret (AFP)

TÉLÉCOMS - FRANCE

Concentration du marché/déclarations du président d'Orange

• Stéphane Richard dit ses quatre vérités sur le mariage Orange-Bouygues.Le PDG d'Orange a présenté ses voeux à la presse ce mardi. Il en a profité pour revenir sur le projet de rachat de Bouygues Telecom, la question des prix et critiquer l'ARCEP. Le PDG estime que la vraie question est "comment va-t-on investir dans les réseaux dans les prochaines années?", améliorer la couverture dans les zones blanches. Tout ne devrait pas se résumer au problème du nombre d’opérateurs. Il n’hésite pas à critiquer l’ARCEP qui a milité pendant des années pour un marché à quatre opérateurs et "pour qui un retour à trois peut être considéré comme un échec". "Pour le régulateur, le problème c’est l’opérateur historique, c’est une espèce d’obsession", balance-t-il. Une fois n’est pas coutume, l’acteur historique n’est pas sur la défensive, mais bien dans l’attaque. Même s'il précise avoir investi 500 millions d’euros de plus dans les infrastructures en 2015 par rapport à 2014, a priori plus que Free. "Monsieur Niel, au lieu d’aller dépenser son argent en Italie, il pourrait investir en France!" Le "bébé de l’ARCEP" en a pris pour son grade (challenges.fr, zdnet.fr)

• Orange pose ses conditions à un rapprochement avec Bouygues. Lors de la présentation de ses voeux à la presse, Stéphane Richard a indiqué hier que les discussions avec Bouygues étaient entrées dans une phase "approfondie", estimant à une chance sur deux la probabilité qu'elles aboutissent. Orange estime qu'un accord pourrait à la fois être créateur de valeur pour la société et bénéfique pour le marché français des télécoms en termes d'investissement, mais il pose des conditions à sa participation. Orange souhaite en outre que l'opération soit socialement irréprochable et créatrice de valeur pour la société, alors que certains analystes s'interrogent sur son intérêt pour l'opérateur historique (Reuters, Les Echos)

• Le plaidoyer de Stéphane Richard pour le rachat de Bouygues Telecom. Pourquoi Orange souhaite-t-il racheter Bouygues Telecom ? Quels sont les intérêts des industriels et des consommateurs ? A l’occasion de ses traditionnels vœux, Stéphane Richard s’est livré hier à un véritable plaidoyer défendant l’intérêt d’une telle opération (Le Monde)

• Pourquoi Martin Bouygues a sollicité Orange pour un mariage avec Bouygues Telecom (latribune.fr)

• Le rapprochement Orange-Bouygues a une chance sur deux d'aboutir, selon le PDG d'Orange (AFP)

• Le patron d'Orange défend le projet de rachat de Bouygues Telecom (bfmbusiness.com)

• Mariage Orange-Bouygues : "aucune répercussion" pour les clients selon Stéphane Richard :"La baisse des prix est un acquis irréversible"  (nextinpact.com, AFP)

Couverture

• Hub One : "les zones blanches sont aussi en indoor" (reseaux-telecoms.com)

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Opérateurs

• Orange va acquérir Cellcom, le deuxième opérateur mobile au Liberia (AFP, Communiqué)

• Bientôt 1 Africain sur 10 sera client d'Orange déclare son PDG (latribune.fr)

Câble sous-marin

• La Finlande reliée directement à l'Allemagne par un câble Alcatel (AFP)

INTERNET

Open Data

• Le gouvernement accélère l'ouverture des données publiques (Le Figaro)

• Ouverture des données SIRENE de l'INSEE au début 2017 (silicon.fr)

Terminologie

• Un amendement pour ne plus dire « Internet » mais « l’internet ». Le député Patrice Martin-Lalande a déposé un amendement, cosigné par une douzaine de députés, pour imposer « l'internet » dans le langage officiel (numerama.com)

CONTENUS

Régulation

• Les étranges décisions du CSA (Les Echos)

Télévison locale

• Free conteste l'obligation de diffuser certaines chaines locales à ses frais sur sa Box (nextinpact.com)

Concentration du marché

• L'ombre de TF1 plane sur les négociations Orange-Bouygues Telecom (Le Figaro)

VoD

• Plus d'un Français sur dix est abonnés à une offre de SVoD (Les Echos)

Nominations

• Vivendi a annoncé la nomination de Maxime Saada à la présidence de la plateforme de vidéos en ligne Dailymotion, en remplacement de Cédric Tournay, qui quitte la société.    Maxime Saada, par ailleurs directeur général de Groupe Canal+, était déjà vice-président de Dailymotion (AFP)