Revue de presse

Les titres de la presse du mardi 15 décembre 2015

L'ÉVÈNEMENT : L'AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE PRONONCE UNE AMENDE DE 672 MILLIONS D'EUROS POUR ENTENTE DANS LE SECTEUR DES COLIS

• L'Autorité de la concurrence rend aujourd'hui une décision dans un dossier porté à sa connaissance par la procédure de clémence. L'Autorité sanctionne à titre principal 20 entreprises de messageries pour s'être concertées sur les hausses tarifaires annuelles qu'elles demandaient à leurs clients respectifs. Ces échanges, qui se sont déroulés entre septembre 2004 et septembre 2010, ont principalement eu lieu lors de réunions tenues dans le cadre d'une instance d'un syndicat professionnel (TLF), lequel a également été sanctionné (Reuters, Communiqué ADLC)

• La Poste a passé une provision pour risques de 45 millions d'euros pour faire face à une possible amende de l'Autorité de la concurrence à propos de ses pratiques dans le secteur de la livraison de colis (lexpansion.lexpress.fr)

• L'autorité de la concurrence a condamné 20 entreprises de transport de colis à deux amendes d'un total de 672,3 millions d'euros. Chronopost, DHL, FedEx ou Norbert Dentressangle figurent parmi les entreprises visées. C'est la seconde sanction la plus importante infligée par le gendarme de la concurrence (franceinfo.fr)

RÉGULATION

ARCEP/Sébastien Soriano élu au board du BEREC

• Le président de l'ARCEP vient d'être élu à la tête du BEREC, le groupement européen des gendarmes des télécoms. Il compte remettre en avant le point de vue français en Europe, après une décennie de retrait. Dans les faits, il présidera le BEREC pendant un an, entouré de deux ans de vice-présidence en 2016 et 2018. Cette décision fait partie de la stratégie du régulateur depuis son arrivée, à savoir s'ouvrir aux autres acteurs, que ce soit l'État, les opérateurs, les industriels, les collectivités ou l'Europe. Elle a été matérialisée par deux évènements : la revue stratégique ouverte en consultation publique et la loi Macron, qui permet à l'Etat de solliciter plus facilement le régulateur. Prendre du galon au BEREC est donc important, d'autant que « 80 % de nos compétences découlent du cadre européen », rappelle régulièrement le président de l'ARCEP. (nextinpact.com, AFP, Communiqué ARCEP, Communiqué BEREC)

• Plénière du BEREC : 4 rapports et nouvelles nominations. Le BEREC a publié hier 4 nouveaux rapports : sur la révision du cadre réglementaire des télécoms, sur la réglementation des oligopoles, sur l’interconnexion des services vocaux et enfin, un avis conjoint avec le régulateur européen des postes sur la livraison des colis transfrontière. Le président de l’ARCEP a été officiellement désigné pour prendre la vice-présidence du BEREC en 2016 et la présidence en 2017. Une arrivée prévue de longue date (Contexte)

Union européenne/marché unique des télécoms

• Les eurodéputés soutiennent la stratégie du marché unique numérique. Les membres des commissions du marché intérieur (IMCO) et de l’industrie (ITRE) du Parlement européen ont adopté à une large majorité, le 14 décembre dans la nuit, leur rapport qui exhorte l’UE et les États membres à lever les barrières existantes pour favoriser, notamment, la transformation des industries traditionnelles. Ils soulignent aussi l’importance du e-gouvernement (Contexte)

Collectivités territoriales/déploiement du très haut débit

• La dynamique positive du très haut débit se poursuit au troisième trimestre. L'ARCEP a livré, début décembre, les résultats de son observatoire du très haut débit pour le troisième trimestre 2015. A l'image des trimestres précédents, le très haut débit confirme sa bonne forme et continue de progresser, à la fois en nombre de logements éligibles et en nombre d'abonnés. Fin septembre, on comptabilisait pour la première fois plus de 5 millions de logements éligibles en FttH. Si des ralentissements sont perceptibles, la tendance générale reste à la hausse pour le très haut débit en France (THD), notamment dans les zones d'initiative publique (localtis.info)

NUMÉRIQUE

Projet de loi pour une République numérique

• Tout ce qui a sauté du projet de loi numérique. L'avis rendu par le Conseil d'Etat a laissé de profondes traces. L'institution avait en effet demandé le retrait pur et simple de nombreux articles. De nombreuses mesures sont passées à la trappe (nextinpact.com)

IoT/objets connectés

• Face à l'émergence des objets connectés, la Fédération des Industriels des Réseaux d'Initiative Publique veut préparer l'avenir des campagnes. Le nombre d'objets connectés explosera au cours des prochaines années. Dans les zones peu denses, la FIRIP se prépare à fournir les réseaux pour tous les relier, comme le font les opérateurs nationaux en zones denses. Pour la fédération d'industriels, ces nouveaux usages sont au cœur du futur des campagnes. La FIRIP, qui regroupe plus de 160 entreprises, organisait récemment un colloque à la Cité de l'objet connecté d'Angers sur le thème des « territoires intelligents ». Un vaste programme. Nous étions sur place afin de suivre les échanges (nextinpact.com)

• Marché des objets connectés : la poule aux oeufs d'or ne serait-elle qu'un mirage ? Loin de la déferlante annoncée, les objets connectés représentaient à peine 0,5% des appareils électroménagers, moins de 1% des ampoules et pas plus de 3% des dispositifs médicaux d’auto-mesure vendus en 2015, selon le cabinet d'études Xerfi-Precepta (electroniques.biz)

• Avec sa plate-forme d’objets connectés, Samsung fait un pas vers les services. En pleine restructuration, le groupe coréen espère ouvrir, début 2016, sa plate-forme Sami au grand public. Un projet piloté depuis son centre d’innovation ouvert il y a trois ans dans la Silicon Valley (Les Echos)

Financement des start-up

• Des ingénieurs de talent, des banques de taille mondiale pour les soutenir… La fintech tricolore dispose d'atouts. Mais pour ne pas se faire distancer par leurs concurrentes anglaises et américaines, les start-up française de la finance ont besoin de... financements. Du cash difficile à trouver aujourd'hui dans l'écosystème hexagonal, selon Alain Clot, président de France Fintech, l'association qui représente ces jeunes pousses. Ce fin connaisseur du monde de la finance a été directeur général délégué du Crédit du Nord puis directeur général de Dexia Crédit Local avant de prendre la tête de ce groupement (usine-digitale.fr)

Ubérisation

• La SNCF se met à l’économie collaborative avec Airbnb.  La filiale de réservation Voyages-SNCF propose à ses clients de louer leur logement vide sur la plateforme américaine pour financer leur voyage, en offrant un aller-retour gratuit en train. Reconnaissant implicitement que le train est trop cher pour beaucoup de gens (Rue 89)

Fiscalité des GAFA

•  La Commission européenne prend son temps avec Apple. Bruxelles a demandé des informations supplémentaires à Dublin concernant le régime d’imposition dont dispose l’entreprise américaine sur l’île. Apple est suspecté de jouir de conditions fiscales trop favorables, ce qui fausserait la concurrence. L’envoi de nouvelles questions à l’Irlande pourrait aussi être une manière de retarder la décision, la Commission craignant de rendre son verdict en pleine campagne électorale irlandaise (Financial Times)

TÉLÉPHONIE MOBILE

Marché des smartphones

• Les ventes d'iPhone baisseront en 2016 selon Morgan Stanley, une première depuis 2007 (zdnet.fr)

Guerre des brevets

• Samsung a porté devant la Cour suprême des Etats-Unis un différend sur les brevets l'opposant depuis plusieurs années dans ce pays au groupe américain Apple, auquel il vient de payer 548 millions de dollars de dédommagements (AFP)

TÉLÉCOMS - FRANCE

Collectivités territoriales/déploiement du très haut débit

• Altitude Infrastructure déploiera la fibre optique dans la région PACA en tant que délégataire, tant pour des opérations de montée en débit que pour le FttH (ariase.com)

Concentration du marché français des télécoms

• Orange entre consolidation française et tentation européenne. Orange semble pour l'heure hésiter entre un renforcement de son assise nationale et une consolidation renforcée au niveau européen, avec des discussions plus ou moins assumées concernant une possible reprise de Bouygues Telecom et un intérêt, jusqu'ici démenti, pour Telecom Italia. Resterait à trouver une solution pour convaincre Xavier Niel (qui a des options sur 15 % de Telecom Italia) "qui se retrouve en position d'influencer" la vente de Telecom Italia (AFP)

• Orange au cœur des grandes manœuvres. Les discussions sont ouvertes entre Orange et Bouygues Telecom en vue d’un rapprochement entre les deux groupes. Le chemin s’annonce long et difficile, pour une opération à haut risque du point de vue des autorités de la concurrence. Mais elle aurait le mérite d’apaiser un marché bousculé par quatre années d’une féroce concurrence tarifaire. Parallèlement, Vivendi fourbit ses armes pour asseoir ses positions chez Telecom Italia (Le Figaro)

• Telecom Italia, Bouygues Telecom : revoilà Bolloré. Le grand mercato européen des télécoms passionne le secteur, les cabinets d'avocats et les banques d'affaires intéressés à tous les sens du terme au sujet. Les 4 opérateurs français sont directement concernés, ils pourraient passer à 3, c'est peut être sans compter sur un élément perturbateur, un 5ème acteur : Vincent Bolloré. (Réseaux & Télécoms)

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Concentration du marché

• Telecom Italia : Vivendi hausse le ton. Jour J pour Vivendi, qui cherche à accroître son influence sur Telecom Italia. L’opérateur italien, dont le groupe français est le premier actionnaire avec 20,116 % du capital, tient ce mardi à 11 heures son assemblée générale extraordinaire des actionnaires. Et elle promet d’être agitée. L’une des résolutions qui sera mise au vote porte sur la nomination de quatre administrateurs que réclame Vivendi. La partie ne sera pas facile pour le français car plusieurs investisseurs italiens s’y opposent (Les Echos)

• Telecom Italia defends itself as Vivndi rejects share conversion (totaltele.com)

• Telefonica, MTN form startegic partnership (totaltele.com)

• CityFibre to challenge BT after network purchase (Financial Times)