Revue de presse

Les titres de la presse du vendredi 7 mars 2014

CONSOLIDATION DU MARCHÉ FRANÇAIS

Bataille rangée pour le rachat de SFR

• Bouygues Telecom et Numericable défendent férocement leur proposition de fusion avec la filiale de Vivendi (Le Figaro)

• Comment Bouygues et Numericable comptent racheter plus gros qu'eux. Bien que les deux acquéreurs potentiels ne prononcent jamais ce nom, leurs projets ressemblent à s'y méprendre à des LBO. Dans les deux cas, les montages financiers reposent sur un endettement assez important de la future entité. Bouygues propose de financer l'acquisition de SFR en faisant supporter 10,5 milliards d'euros de dette au nouvel ensemble (Les Echos)

• Les offres de Numericable et Bouygues présentent des similitudes mais n'auraient pas les mêmes impacts sur le marché français des télécoms. Explications (bfmtv.fr)

• Bouygues et Numericable rivalisent de promesses et donnent des gages au gouvernement sur l'emploi et les investissements dans la fibre. Les deux prétendants ont mis les bouchées doubles pour présenter des offres dont le financement est bouclé (Le Monde)

Bouygues détaille son projet

• "Nous sommes prêts à des contreparties" : dans une interview, le PDG du groupe Bouygues présente son offre de rachat de SFR, qui doit permettre de sauver Bouygues Telecom. Il est prêt à offrir 10,5 milliards d'euros pour marier sa filiale à SFR, valorisée 14,5 milliards d'euros, voire 19 milliards d'euros après synergies. Si l'option Bouygues l'emporte, Free pourra récupérer des fréquences et un réseau. Quant à Orange, il profiterait du retour à un marché à trois opérateurs mobiles (Les Echos)

• Bouygues confirms offer to buy SFR. Merger operator would be floated (Financial Times)

Orange favorable à la consolidation

• "Nous serons très attentifs aux conditions de cette opération, afin que l’équité concurrentielle soit respectée, a averti le patron d’Orange. Que deviendront par exemple les ressources spectrales ? Leur concentration dans les mains d’un seul opérateur peut poser problème. Qu’en sera-t-il des réseaux de distribution physique ? ".  Pour Stéphane Richard, la consolidation en soi n’est pas une mauvaise chose. Au contraire. "J’ai toujours affirmé que l’industrie européenne était allée trop loin dans la fragmentation. Je ne peux donc pas dire, au premier projet de consolidation qui se présente, qu’il faille le stopper". Le PDG du premier opérateur français s’est montré beaucoup moins disert sur un éventuel rachat de SFR par Numericable. "C’est une opération classique de consolidation fixe-mobile, comme il y en a en Europe. Mais il n’y aurait pas de conséquence sur le marché du mobile". Il pourrait en revanche y en avoir sur le fixe, au détriment d’Orange (AFP, usine-digitale.fr, Les Echos)

• "Si Bouygues et SFR fusionnent, ce ne serait pas un drame pour Orange. D'ici à ce qu'une telle opération puisse se faire, ce qui prendrait à mon avis au moins un an à 18 mois, nous en profiterions au maximum… et Free aussi j'imagine ! ; nous ne sommes pas hostiles en soi à la réduction du nombre d'opérateurs en France. Nous avons la même approche que Deutsche Telekom" : une interview de Stéphane Richard (La Tribune)

La consolidation du marché serait favorable à Free

• Free pourrait récupérer des actifs en cas de mariage SFR-Bouygues. Le quatrième opérateur pourrait hériter du réseau mobile et de certaines fréquences de Bouygues au titre de contreparties (Les Echos, tradingsat.com)

• Free donné gagnant (Le Figaro)

Les syndicats de SFR inquiets pour l'emploi

• Alors qu'une alliance Numericable/SFR verrait se rapprocher des activités plutôt complémentaires, une fusion entre Bouygues et SFR créerait beaucoup plus de synergies et donc plus de doublons en termes d'emplois. Les syndicats de SFR, quelque soit le projet retenu, attendent une "formalisation sur le maintien des effectifs, qui est la grande question". "Dans tous les cas, on n'imagine pas qu'il n'y ait pas de départs", juge Laurent Penon (CFDT). Quand Bouygues assure qu'il n'y aura "pas de départs contraints", "ça veut dire un plan de départ volontaires, des non-remplacements de départs en retraite... Ça veut quand même dire beaucoup de suppressions d'emplois" (AFP)

• Les 4 000 salariés de Saint-Denis sont partagés entre fatalisme et inquiétude (Le Parisien)

• Le bal des fausses promesses : doublons à tous les étages et pyramides des âges menacent les emplois (Editorial/Le Monde)

La Bourse en ébullition

• Le secteur des télécoms était en ébullition jeudi à la Bourse de Paris, avec un bond de Bouygues après son offre sur SFR, mieux accueillie que celle de Numericable, alors que les résultats d'Orange étaient salués. A 10H42, Bouygues prenait 8,90% à 31,34 euros, alors que l'indice CAC 40 gagnait 0,59%. Numericable, qui a également fait une offre sur SFR, perdait 7,78% à 22,20 euros et Vivendi gagnait 0,83% à 20,74 euros.    Orange prenait 7,04% à 9,81 euros. Iliad, qui n'a pas fait d'offre sur SFR, prenait 3,33% à 178,25 euros (AFP, Libération)

Analyses

• SFR, une formule 1 en plein brouillard. Le deuxième opérateur français a souffert de l'arrivée de Free Mobile, mais aussi d'un flottement stratégique chez Vivendi. Aujourd'hui, l'image de SFR est brouillée. Si l'opérateur a réussi à maintenir ses investissements hors licence (1,6 milliard d'euros) pour conserver sa qualité de service, il brade sa fibre optique et vient de convertir massivement sa clientèle mobile à de nouveaux forfaits moins chers. Son discours sur la qualité du réseau et la connectivité Wifi ou femtocell  ne suffit pas à convaincre, et le marketing est sans surprise (Les Echos)

• Avec Bouygues, ou avec Numericable, Vivendi demeurera dans les télécoms (Les Echos)

C'est l'Autorité de la concurrence qui décidera

• Bouygues a indiqué que les contacts avec l'Autorité de la concurrence n'avaient pas commencé (Reuters)

• L’AdlC se retrouve au centre du jeu. Quel que soit le candidat retenu pour le rachat de SFR, l'opération passera dans le bureau de Bruno Lasserre.  En effet, les opérations de concentration relèvent du régulateur national quand chacune des deux entreprises concernées réalise plus des deux tiers de son chiffre d'affaires dans un seul et même Etat membre. C'est évidemment le cas pour Bouygues Telecom, Numericable, et SFR. Avant de déposer leurs offres, les dirigeants des deux repreneurs potentiels sont venus présenter leurs intentions rue de l'Echelle. S'il s'est bien gardé de donner un feu vert à quiconque, décision qui relève du collège, Bruno Lasserre ne serait opposé à aucune des deux opérations. "Le dogme d'un marché à quatre opérateurs a vécu en France compte tenu de la dégradation du marché", considère Martin Bouygues. Cependant, l'opération Bouygues est "sur la corde raide", explique un spécialiste de la concurrence. Le mariage entre le numéro deux et le numéro trois du secteur créerait un nouveau géant avec 32 millions de clients dans le mobile (devant Orange) et 7 millions dans le fixe (Les Echos)

• L’AdlC peut-elle empêcher Bouygues Telecom d’acheter SFR ? Une interview de Denis Payre, ancien membre de cette autorité. Extraits : "Sur tous les dossiers, l’Adlc fournit un travail très documenté. Bruno Lasserre et son collège s’appuient sur les recommandations des autorités sectorielles. En l’occurrence, il va probablement beaucoup écouter aussi ce que dit l’ARCEP".  "L’Autorité de la concurrence – tout comme l’ARCEP d’ailleurs – va se demander ce qui est le plus favorable au consommateur et à une concurrence libre et loyale. L’Autorité cherche à éviter les oligopoles". "Bruno Lasserre est en contact étroit avec le commissaire Almunia à Bruxelles sur de nombreux sujets. Il connaît certainement le grand morcellement des télécoms en Europe, mais ce ne sera certainement pas le seul élément pris en compte. C’est quelqu’un de très pragmatique. Je suis bien sûr incapable de préjuger de ce qu’il va faire mais s’il lui semble que le dossier de Bouygues Telecom est dans l’intérêt du consommateur et de la collectivité, il ne s’attachera pas à un dogme. Il décidera sur des éléments factuels. Et il fera en sorte qu'au plan du droit, la décision soit inattaquable" (Challenges)

RÉGULATION

Marché unique des télécoms

• Telecoms chiefs urge EU to reform competition rules. Chief executives of Europe’s major telecoms groups have written to the European Commission to ask for an easing of competition rules in order to allow consolidation and boost profits for the industry.The letter to Neelie Kroes says that regulatory changes are needed given “decreasing revenues and reduced market values compared with operators in the US and Asia”, and to “restore [Europe’s] global competitiveness”. The letter also calls for reform to the management of Europe’s spectrum, which is needed to broadcast mobile services, as well as clearer rules on privacy and security (The Financial Times)

• L'association GSMA, qui regroupe 800 opérateurs de télécommunications dans le monde, et les patrons des dix plus grands opérateurs européens ont écrit une lettre ouverte à la commissaire européenne Neelie Kroes pour demander d'assouplir les règles de concurrence et de faciliter la consolidation du secteur (Le Monde, Communiqué GSMA)

Très haut débit

• Les abonnements fibre jusqu’au domicile bondissent de 72% en 2013 (AFP)

• Le frémissement autour de la fibre FttH se confirme (zdnet.fr, Communiqué ARCEP)

Qualité de service internet

• Les éditeurs de contenus lancent une mesure de la qualité de l'internet, développée par le Geste (qui regroupe les principaux éditeurs en ligne français) et Cedexis. L'ARCEP lancera le sien cet été. Alors que le Geste et Cedexis se basent sur le ressenti des internautes, l'Autorité agrégera des données récoltées par les opérateurs sur des lignes test installées sur leurs propres réseaux. Dans un deuxième temps, le régulateur compte également élargir ces mesures à des utilisateurs "volontaires" qui testeront la qualité de l'internet via leur propre équipement (AFP, Communiqué)

• L’internet français rame, rame, rame… (L’Express)

TÉLÉCOMS - FRANCE

Résultats financiers 2013 d'Orange

• Deux ans après l'arrivée de Free dans le mobile, Orange continue de souffrir. Le chiffre d'affaires de l'opérateur historique du marché des télécommunications a baissé de 4,5 % en 2013, à 40,981 milliards d'euros. Orange impute 40 % de la baisse de son chiffre d'affaires aux " mesures de régulation ", principalement la fin programmée des frais de " roaming " (Le Monde)

• Orange victime du marché mobile français. A près de 41 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le résultat annuel d’Orange recule plombé par les résultats mobiles en France (silicon.fr)

• Malgré un chiffre d'affaires en baisse, Orange se rassure. Un bénéfice sur 2013 qui double à 1,87 milliard d’euros, mais un chiffre d’affaires en chute de 4,5% : Orange s’en sort bien mais ces résultats sont toutefois assez mitigés (linformaticien.com)

• Envolée du bénéfice 2013 mais baisse du chiffre d'affaires (AFP)

• Orange rassure sur ses perspectives, le titre montre (Reuters)

• Orange veut rester le leader du secteur (Le Figaro)

• Orange dévoile des recrutements d'abonnés mobiles et FTTH records. Après Bouygues et SFR, et en attendant Free la semaine prochaine, Orange vient de dévoiler le bilan de son année 2013 ainsi que de son dernier trimestre. L'opérateur annonce plusieurs bonnes nouvelles, dont un recrutement d'abonnés mobiles en France record (hors M2M), ainsi qu'une forte croissance dans le marché de la fibre optique. Son bénéfice net annuel a fortement augmenté (pcinpact.com)

A la Bourse

• Orange rassure et s’octroie sa plus forte hausse depuis plus de cinq ans (Crible/Les Echos)

• Le titre d'Orange grimpait jeudi matin à la Bourse de Paris, après l'annonce d'un bénéfice net doublé en 2013 et de perspectives jugées encourageantes pour 2014.  La valeur prenait 7,35% à 9,84 euros dans un indice CAC 40 qui gagnait quant à lui 0,80% (AFP)

• Le groupe Bouygues bondissait jeudi matin à la Bourse de Paris après avoir dévoilé une offre de rachat de SFR qui valorise l'opérateur télécoms à 14,5 milliards d'euros, tandis que Numericable, autre candidat, chutait. La valeur prenait 6,17% à 30,53 euros, alors que l'indice CAC 40 gagnait 0,64%. Numericable, qui a également fait une offre sur SFR, perdait 7,68% à 28,25 euros et Vivendi, maison mère de SFR, gagnait 0,56% à 20,68 euros (AFP)

• Le CAC 40 a progressé de 0,6%, porté par le secteur des télécoms (Dow Jones)

Collectivités territoriales

• Le Grand Evreux Agglomération et SFR annoncent la signature d'une convention encadrant les modalités de déploiement d'un réseau FttH sur les 37 communes de l'agglomération, et qui entre dans le cadre de la mission France Très Haut Débit (Communiqué)

• Appel à manifestations d’intérêt initié par la société du Grand Paris sur la "dimension numérique du Grand Paris Express" : les contributions reçues, les prochaines étapes (Communiqué)

Résultats financiers

• Le spécialiste français de la sécurité numérique Gemalto, numéro un mondial du secteur, a vu ses bénéfices s'envoler l'an dernier et a affiché des objectifs 2014 ambitieux, avec une croissance à deux chiffres attendue du résultat opérationnel (AFP)

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Opérateurs

Résultats financiers

• Competition in telecom sector dents pretax profit. Two of Europe’s largest telecommunications companies, Deutsche Telekom and Orange, reported declines in their quaterly pretax profit, as the industry grappled with a new round of consolidation and ongoing regulatory uncertainty. Europe’s largest telecom operators are battling across the Continent as customers seek out the best deal from companies offering cellphone, cable and pay-TV services. Many are acquiring rivals to strengthen their positions (New York Times)

• Telecom Italia a enregistré une perte nette de 674 millions d'euros au cours de l'année 2013, divisée par plus de deux par rapport à celle de 1,6 milliard enregistrée en 2012 (AFP)

• L'opérateur grec de télécommunications OTE, dont l'actionnaire principal est l'allemand Deutsche Telekom, s'est félicité jeudi d'une timide reprise des ventes au quatrième trimestre 2013, une première depuis cinq ans  (AFP)

• Le russe Vimpelcom déprécie ses actifs ukrainiens (Financial Times, L'Agefi)

Fusions-acquisitions

• T-Mobile gets lift in the US (Wall Str. jal)

• NTT racheté 26,5 millions de ses propres actions, en très grande partie au gouvernement, pour un montant de 156,5 milliards de yens (1,1 milliard d'euros) (AFP)

Equipementiers

• Samsung, premier déposant de brevets en Europe (Financial Times)

• Apple loses bid to ban Samsung products (Wall Str. jal)

INTERNET

Point de vue

• Bertrand de la Chapelle : "Sur internet, il faut préserver l’innovation". Alors que la première édition du Forum français de la gouvernance internet se tient lundi à Paris, son président défend une approche pragmatique des grandes questions que pose le cyberespace (La Croix)

Réseaux sociaux

• Le rachat de WhatsApp par Facebook critiqué au nom de la vie privée. Des groupes de défense de la vie privée ont déposé un recours demandant aux autorités américaines de geler l'achat du service de messagerie afin d'éviter un mauvais usage des données personnelles des utilisateurs (AFP)

• Facebook, réseau verrouillé (Le Monde)

Cloud

• Démarrage poussif de Cloudwatt, le cloud d'Orange (Les Echos)

CONTENUS

Nomination

• Les géants de l'internet dans le viseur du CSA européen, dont Olivier Schrameck  a été élu président (Les Echos)