Revue de presse

Les titres de la presse du mardi 18 mars 2014

RÉGULATION

ARCEP/Pouvoir de sanction

• L'ARCEP peut à nouveau sanctionner les opérateurs. L’ordonnance relative à l’économie numérique vient d’être publiée. L’Autorité a donc retrouvé son pouvoir de sanction qui lui avait été retiré l’an dernier. Elle pourra à nouveau prendre des mesures contre les opérateurs qui ne respecteraient pas leurs engagements notamment en termes de couverture réseau (degroupnews.com, Communiqué ARCEP)

• Des pouvoirs de sanction rétablis pour l’ARCEP mais le THD hors champ. En clair, le pouvoir de l’Autorité est concentré sur les questions liées au mobile, mais en matière de très haut débit sa marge de manœuvre est limitée (câblage des immeubles, dégroupage, fourreaux…). Ainsi le câble – en tant que réseau télécom FttLA- n’est pas régulé et les conventions tripartites Etat-opérateurs-collectivités n’ont pas de caractère opposable (blog.grandesvilles.org)

BEREC

• Les membres de la commission du Contrôle budgétaire ont rejeté le budget 2012 du Bureau des régulateurs des télécoms européens (Communiqué, contexte.com)

ECTA

• L'ECTA s'oppose à la dérégulation du marché de gros pour la téléphonie et au développement de l'accès virtuel aux installations haut débit (Europolitique Sté de l'info.)

TÉLÉPHONIE MOBILE

4G

• Bouygues Telecom affirme couvrir aujourd'hui 69 % de la population vivant en France métropolitaine avec son réseau 4G, soit 43 millions d'individus répartis dans 2527 villes (numerama.com, pcinpact.com, Communiqué)

Roaming

• Free, 1er opérateur à intégrer le roaming depuis Israël dans un forfait mobile grand public sans engagement        (Communiqué)

MVNO

• Virgin Mobile receive Saudi MVNO licence. Virgin Mobile's Saudi Arabia arm plans to begin offering services in the first half of 2014 (totaltele.com)

TÉLÉCOMS - FRANCE

SFR/Numericable/Consolidation du marché

Numericable détaille son projet rachat de SFR

• "Numericable et SFR, la convergence câble-mobile c’est le sens de l’histoire". Les dirigeants du câblo-opérateur ont défendu la logique de leur projet de fusion avec le numéro deux français du mobile pour créer un champion français du très haut débit. Ils estiment les synergies à 1 milliard d’euros de cash flow opérationnel par an. La marque SFR remplacera Numericable (latribune.fr, Le Figaro, AFP, Reuters)

• Patrick Drahi veut faire de SFR "le champion du très haut débit fixe et mobile". Le groupe sera domicilié en France, et coté en bourse sur Euronext, à Paris. Sur le global (marché résidentiel et entreprises), il promet une croissance importante, pour atteindre les 35 à 45% de parts de marché, contre 25% en cumulé pour SFR et Numericable aujourd'hui. Cela passera, outre une intensification du marketing sur la marque SFR, par une "simplification des offres" et des "synergies" importantes (zdnet.fr, Reuters, silicon.fr, pcinpact.com)

• Numericable parie sur la synergie forte entre fixe et mobile. Le nouveau groupe va miser sur la "rentabilisation" du réseau câblé en fibre optique et de la technologie FttLA (fibre en pied d’immeuble puis câble coaxial jusqu'à l'abonné), déployée par Numericable. Ce réseau lui permet d'éviter de dépendre d'Orange et de tout autre opérateur. Le réseau de Numericable pourrait, toutefois, faire l'objet d'une régulation ultérieure et d'une demande de dégroupage de la part de l'Autorité de la concurrence, qui ne manquera pas d'examiner à la loupe ce dossier (01net.com, La Croix)

• Patrick Drahi to plans $19,5bn debt financing for SFR bid (Bloomberg)

• Altice promet d'investir massivement en France mais restera résidant Suisse (AFP, L'Opinion)

Bouygues reste en embuscade

• Bouygues continuera à jouer un rôle majeur dans les télécoms en France (Communiqué)

• Le groupe espère que Numericable n'ira pas jusqu'au bout. Dans l'entourage de Martin Bouygues, on assure "ne pas lâcher l'affaire". La Caisse des dépôts et consignations pourrait accompagner en capital un rapprochement entre SFR et Bouygues. Vincent Bolloré laisse la porte ouverte (Le Monde, L'opinion)

• Bouygues tourne la page SFR ... malgré le soutien du ministre du Redressement productif et de la CDC. Le groupe déclare qu’il doit "se projeter dans l’avenir" et qu'il dispose de "sérieux atouts dans le mobile" même s'il redoute d'être cornérisé dans le fixe (latribune.fr, bfmtv.com, Reuters)

Fréquences

• Les fréquences d’Outremer Télécom suscitent déjà la convoitise. Le mariage annoncé entre SFR et Numericable obligera le nouvel ensemble à céder l’un de ses deux réseaux à la Réunion. Filiale de Vivendi, Canal Plus est bien placé pour le récupérer. Mais d’autres acteurs demeurent en embuscade (Le Journal de l'Ile)

A l'Assemblée Nationale

• Le député Henri Emmanuelli demande que les ministres concernés par le rachat de SFR soient auditionnés le plus vite possible à l'Assemblée nationale. Pour l'élu des Landes "les députés ne peuvent rester à l'écart de l'avenir du numéro 2 des télécoms en France, qui concerne un peu plus de 18 millions d'abonnés dans le mobile et 6,7 millions dans le fixe" (AFP, bfmtv.com)

Analyses

• Patrick Drahi fait grimper la dette au rideau. Pour payer 11,75 milliards d'euros à Vivendi, Numericable va s'endetter de 8,35 milliards d'euros et lever 3,4 milliards auprès des investisseurs (L'Opinion)

• L'antitrust, un problème mineur pour Numericable. Avec le réseau très haut débit dont dispose Numericable, le nouvel ensemble risque de devenir trop grand dans le fixe. L'Autorité de la concurrence et l'ARCEP,  pourraient lui demander de dégrouper son réseau câblé comme le fait Orange avec son réseau cuivre. Il reste également un obstacle concurrentiel à La Réunion où, en parts de marché cumulées, l'opérateur local d'Altice, la maison mère de Numericable, et celui de SFR sont en position dominante. Une fois ce problème réglé, les deux opérateurs pourront convoler en toute sérénité. C'est en revanche sur les médias que les autorités vont devoir sérieusement se pencher. Numericable dispose, de par son statut de câblo-opérateur, de privilèges lui permettant de distribuer des chaînes thématiques payantes à l'unité et de composer les "bouquets" sur mesure. Des possibilités que ne possèdent pas les autres fournisseurs d'accès. Il devra renoncer à ce droit pour ne pas contrevenir aux règles de concurrence (Le Monde)

• Une bonne nouvelle pour l'économie : le choix fait par Vivendi en faveur de l’offre de Numericable est une bonne nouvelle pour le consommateur, pour le dynamisme de l’industrie des télécom et pour l’économie nationale. Le gouvernement a tort de soutenir des opérateurs anciens au profit né d'une situation d'oligopole. Le point de vue de Marc Guyot et de Radu Vranceanu, professeurs à l'ESSEC (latribune.fr)

• Mr Drahi follows Mr Malone's cable path (Wall Str. jal)

• Trop de concurrence tue-t-il la concurrence ? Alors que la France compte autant d’opérateurs que les Etats-Unis, une consolidation du secteur aurait pu intervenir avec le rachat de SFR par Bouygues, mais Vivendi préfère vendre à Numericable. Et pour le consommateur, vaut-il mieux en France une concurrence à trois ou à quatre ? (slate.fr)

• La concurrence détruit-elle l'emploi ? Avec la cession de SFR, le ministre du Redressement s'est rangé du côté de ceux qui estiment que le retour à trois opérateurs est la meilleure voie, notamment sur le volet social. En réalité, la concurrence est positive pour l'emploi, à condition d'être patient (Le Figaro)

• SFR/Numericable : et si le ministre du Redressement productif avait raison ? Le point de vue de Robin Rivaton, membre du think-thank Fondapol (Le Figaro)

• Don Quichotte dans les télécoms. Le ministre du Redressement productif adore guerroyer. Après s'être battu contre les grandes entreprises, puis contre les faillites, il se bat désormais pour Bouygues (Les Echos)

• Entreprises : quand le soupçon revient au galop (L'Opinion)

• Les ficelles du câble. Le mariage Numericable-SFR est validé par la stratégie de Vodafone (Crible/Les Echos)

• Le câble ou la cagnotte. En Allemagne, en Espagne et en France, le câble est une valeur montante. Le problème du mariage entre Numericable et SFR n'est pas technologique. Il est purement financier. Car contrairement à Vodafone qui a les moyens de ses ambitions, le français est petit et sans cagnotte (Le Monde)

TDF, victime collatérale

• TDF semble dans l'impasse pour la cession de ses actifs français. Le fonds Dering peine à boucler le financement de l’opération, alors que le rachat de SFR par Numericable n’est pas de bon augure (L'Agefi)

• Masts group TDF faces battle to sell French arm (Reuters)

TÉLÉCOMS - INTERNATIONAL

Consolidation du secteur en Europe et aux Etats-Unis

• Four is a magic number. But operators on both side of the Atlantic hope to break the spell (The Economist)

• Cable consolidation in America : FCC should block Comcast's proposed deal with Time Warner Cable (The Economist)

• La convergence entre le fixe et le mobile est aussi à l'œuvre en Espagne. Vodafone a confirmé l'acquisition du câblo-opérateur espagnol Ono, pour 7,2 milliards (Les Echos, Financial Times, AFP, Bloomberg)

• Vodafone continues its evolution and widens European foothold (Financial Times)

• Les mouvements de fusion dans le secteur du câble en Europe se poursuivent, les opérateurs mobiles ayant de plus en plus besoin d'infrastructures très haut débit pour satisfaire leurs clients (AFP)

INTERNET

Gouvernance du Net

• Le coup de poker des États-Unis. En acceptant le principe d’un partage de la gouvernance sur les noms de domaine sur internet, les États-Unis accomplissent un geste symbolique fort, mais calculé (contexte.com)

Portrait

• Olivier Mathiot vient d’être nommé au comité stratégique de la filière numérique par Fleur Pellerin et Arnaud Montebourg. Cofondateur de PriceMinister, ce porte-parole des "pigeons" prend, à la tête de France Digitale, la défense des web entrepreneurs (Libération)

TECHNOLOGIES

Objets connectés

• L’internet des objets, une manne pour le secteur public ? L’internet des objets et du tout connecté représenterait plus de 131 milliards d’euros d’économies et de nouveaux revenus pour le secteur public en France d’ici à 2022, d’après l’équipementier Cisco (silicon.fr)

CONTENUS

Plateforme vidéo

• Canal+, qui souhaite se renforcer rapidement dans les contenus et contrer Netflix qui arrivera à l'automne en France, discute avec Orange du rachat de Dailymotion (Challenges)