Revue de presse

Les titres de la presse du mardi 4 août 2009

ARCEP/REGULATION

4ème licence 3G

Du rififi en vue pour l'attribution de la quatrième licence. 240 millions d'euros et des mécontents. France Télécom, qui juge le prix trop bas,  a annoncé son intention de contester la procédure auprès de Bruxelles pour "aide d’État" ; mais cette plainte a-t-elle des chances d'aboutir ? Pas certain. En 2006, la Commission européenne avait accepté une baisse du tarif des fréquences en République Tchèque. Mais pour Orange, il existe une différence de taille entre les deux situations : "Là-bas, l’État a appliqué les mêmes modalités de calcul. En France, il a changé de méthode, passant d’un calcul forfaitaire à un calcul fondé sur le kilohertz de fréquence". Au final, Orange, SFR et Bouygues Telecom ont payé 41 266 euros le kilohertz ; le nouvel entrant devra verser, lui, un prix supérieur, de 48 000 euros par kilohertz. France Télécom n'est pas le seul à manifester son mécontentement. Les syndicats regrettent que "l’appel d’offres ne contient aucune obligation en matière d’emploi" et Tele 2 Mobile réclame, pour les MVNO, "la possibilité de devenir un opérateur mobile dégroupé", c'est-à-dire avec un plus grand accès aux réseaux, dont ils paieraient seulement un droit de location, pour être moins dépendants des grands opérateurs (La Tribune, Les Echos, Libération, svmlemag.fr, 01net.com, challenges.fr)

La plainte d'Orange a-t-elle ses chances ? Le nouvel opérateur aura droit à une part des fréquences 900 Mhz, sauf si la licence est attribuée après le... 30 juin 2010. Cela explique la date butoir de l'ARCEP, qui souhaite ardemment l'arrivée d'un nouvel entrant. Dans le cas contraire, ces fréquences seront réattribuées aux trois grands opérateurs actuels. Autre information importante, la future plainte de France Télécom ne sera pas suspensive. Elle ne pourra donc pas retarder l'échéance. Elle a donc pour but d'accroître la facture du futur nouvel entrant. Cependant, d'anciennes décisions européennes laissent à penser que le quatrième opérateur mobile français ne devrait pas avoir de souci à se faire (pcinpact.com, Le Monde)

Free va-t-il bousculer le marché du mobile ? L'opérateur entend dupliquer sa stratégie d'agitateur éprouvée avec succès sur le haut débit fixe afin de faire baisser les prix en proposant enfin des offres différenciantes. Pour les analystes financiers, Free semble avoir toutes les cartes en main : "Il faut en effet un acteur qui soit capable de déployer du réseau et d'investir de façon massive en infrastructure. Free semble avoir les moyens et surtout, ils ont la culture du réseau, un atout très important face à d'autres candidatures. Par contre, l'expérience mobile ne s'apprend pas du jour au lendemain." ; "Free pourra certainement jouer la carte du multiplay en intégrant le mobile dans ses offres triple play". Pour autant, ce type d'offre intégrée et unique est-il véritablement attendu ? L'échec d'Unik d'Orange et les difficultés d'Ideo de Bouygues Telecom ne semblent pas plaider en faveur du quadriplay (zdnet.fr)

L'avis des associations de consommateurs. Dans un marché du mobile difficile, où la clientèle est très captive, Free a-t-il les moyens de ses ambitions ? Pour le nouveau président de l'Arcep, le doute existe : "je ne crois pas à une guerre des prix, qui est toujours une guerre-éclair visant à faire tomber les acteurs en place. En France, le marché est mature et les acteurs sont solides", a-t-il déclaré aux Echos. Un constat partagé par Frédérique Pfrunber, chargée de mission pour la CLCV : "Il faut un quatrième opérateur, c'est évident car le marché est trop fermé. Free a une bonne image pour agiter le marché mais il faudra plus pour se faire une place". Pour la chargée de mission, Free devra également blinder sa qualité de service, son point faible. Du côté de l'UFC Que Choisir, on semble bien plus optimiste sur la capacité de Free à secouer la fourmilière. "Leurs annonces se sont presque toujours vérifiées, alors on y croit", explique Edouard Barreiro, chargé de mission sur les technologies de l'information au sein de l'association. Mais pour lui, le succès de Free ne se fera pas grâce aux prix mais à travers de nouvelles offres, de nouveaux modèles économiques (zdnet.fr)

Couverture du territoire en haut et très haut débit

• La régulation du déploiement dans les zones denses devant l'Autorité de la concurrence. L'Arcep a transmis pour avis, le 28 juillet, ses projets de décision sur la fibre à l'Autorité de la concurrence (localtis.info)

• Durée maximale des conventions de DSP. Le conseil d'État vient de rendre un arrêt relatif à l'application de la loi Sapin. Impact sur les conventions câble (Autoroutes de l'information & territoires)

• La loi sur la fracture numérique est passée au Sénat (Autoroutes de l'information & territoires)

Fibre/Allemagne

• Deutsche Telekom se décide enfin à louer son réseau de fibre optique. L'opérateur a demandé au régulateur la détermination d’un prix de gros. L’Allemagne s’était attiré les foudres de la Commission européenne en 2006. Le Bundestag avait alors voté une loi autorisant l’opérateur à restreindre l’accès à son nouveau réseau à Internet à très haut débit (La Tribune, Communiqué DT)

Digital Britain

• Communications minister's main task will be to push through £6 phone tax to pay for universal fast broadband. To pay for the creation of new cable networks the Digital Britain report proposed a 50p-a-month tax on all phone lines. Consultation on that plan was due to be completed early next month but does not appear to have even started yet. The report also pledged that the government will reduce online piracy by 70% through a system of warning letters to persistent offenders, backed up by the threat of reducing their broadband speeds. But since the report came out there have been no meetings between the two sides and no one seems to know whether it is up to Ofcom, the government or industry to get the ball rolling again (guardian.co.uk)

Haut débit/USA

• To Spread Broadband, $7.2 Billion Isn't Enough. The government wants to wire every U.S. household for high-speed Internet access. But the actual costs of doing so could run far higher (businessweek.com)
on l'Arcep (Les Echos, France Soir)

TELEPHONIE MOBILE

Concurrence

• iPhone: la FCC interroge Apple qui a refusé l'offre VoIP de Google. Ce pourrait bien être le début d'une instruction en bonne et due forme pouvant conduire à une condamnation, avec pour résultat une amende et/ou obligation d'ouvrir l'iPhone à la plate-forme Android de Google (silicon.fr)

• Le PDG de Google se retire de la direction d'Apple. Une décision qui intervient alors que le gendarme des télécoms américains demande des explications sur le rejet de Google Voice sur l'iPhone. Eric Schmidt a décidé de quitter ses fonctions, afin d'éviter de "potentiels conflits d'intérêt", explique Apple (20minutes.fr, Les Echos, Herald Tribune, AFP)

• La République de Corée résiste à l'arrivée de l'iPhone. Les opérateurs mobiles nationaux refusent de passer des accords avec Apple pour préserver Samsung et LG, les champions nationaux (Le Figaro)

Équipementiers

• HTC revoit ses révisions à la baisse. Pour les analystes, le taïwanais n'a pas assez investi dans le marketing pour lui permettre de concurrencer les grands fabricants (Les Echos)

Usages

• Gare au coups de fil de l'étranger. Malgré la baisse des tarifs des appels et des SMS, l'usage d'un mobile à l'étranger fait très vitre grimper la facture. Plus on voyage loin, plus c'est cher ! (Le Parisien)

• Même en congés, les ados sont accros à leur portable ; leurs parents, eux, s'assurent que le camping est bien équipé en Wifi avant de choisir leur destination (Le Parisien)

TELECOMS - STRATEGIES DES ACTEURS EN FRANCE

Équipementiers

• Alcatel-Lucent publie son rapport financier semestriel au 30 juin 2009 (Communiqué Alu)

TELECOMS - STRATEGIES DES ACTEURS A L'INTERNATIONAL

Opérateurs

• Le N°1 indien de la téléphonie mobile, Bharti Airtel, et le sud-africain MTN prolongent leurs discussions en vue d'une fusion (Les Echos, La Tribune)

Social

• 3 500 des 26 000 salariés de la société publique sud-africaine Telkom sont en grève pour réclamer 12% d'augmentation de salaire (AFP)