Contrat

Chargé.e de mission attribution des fréquences mobiles

Poste à pourvoir : Chargé.e de mission « attribution de fréquences »

Direction : Mobile et innovation (DMI)

Unité : Attribution des fréquences mobiles

Titre du responsable : Chef de l'unité

Date de vacance du poste : immédiate

Adresse : 14 rue Gerty Archimède 75012 PARIS

Arbitre expert et neutre, l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (l’Arcep) veille à ce que les réseaux d’échanges internet, télécom fixes, mobiles, postaux et de distribution de la presse se développent comme un « bien commun », c’est-à-dire qu’ils répondent à des exigences fortes d’accessibilité, d’universalité, de performance, de neutralité, de confiance et de loyauté.

Qui sommes-nous ?

Les équipes de l’Arcep travaillent sur des dossiers aux enjeux variés : contribuer à la couverture numérique fixe et mobile du territoire, veiller à la neutralité de l’Internet, préparer l’arrivée de la 5G, développer des observatoires cartographiques, organiser des enchères, travailler sur l’Internet des objets…

La direction « Mobile et innovation » œuvre à la généralisation de la couverture mobile en France et à l’introduction des nouvelles technologies telles que la 5G, dans un secteur marqué par des évolutions rapides et une forte intensité concurrentielle. Les équipes de la DMI organisent les attributions de fréquences et définissent les obligations des opérateurs, telles que des trajectoires de couverture du territoire. Elles développent des outils innovants pour mesurer, diffuser et comparer des données sur les performances des réseaux des opérateurs (tels que www.monreseaumobile.fr). Elles réalisent des analyses économiques et préparent des décisions structurantes pour fixer des incitations en faveur de l’investissement et de la concurrence au bénéfice des utilisateurs. Elles animent enfin les relations avec les écosystèmes de l’innovation, afin qu’ils irriguent l’ensemble du secteur.

Au sein de la DMI, vous rejoindrez l’unité Attribution des Fréquences Mobiles, composée de trois chargés de mission et d’un chef d’unité. L’unité est responsable de l’attribution et de la gestion des autorisations d’utilisation de fréquences pour les réseaux de téléphonie mobile des opérateurs grand public (tels que Orange, Free, SFR et Bouygues Télécom en métropole). En 2020, l’unité prépare et conduit les procédures d’attribution des bandes de fréquences qui seront utilisées par les réseaux 5G, en métropole et en outremer. Elle est notamment en charge de la procédure d’attribution de la bande 3,5 GHz, essentielle pour la 5G, dont l’enchère principale a généré près de 3 milliards d’euros de redevances.[1]

Quelles seront vos missions ?

Au sein de l’unité « Attribution des fréquences Mobiles », selon vos compétences et appétences, vous concevez et mettez en œuvre les procédures d’attribution des fréquences aux opérateurs de réseaux mobiles ouverts au public.

Vous êtes responsable des dossiers de bout en bout : de la conception du dispositif pour répondre à la demande d’un opérateur à la présentation de la solution retenue au collège de l’Arcep pour adoption.

Ces dossiers sont variés et peuvent notamment porter sur la modification des autorisations existantes, la définition des conditions de renouvellement des autorisations arrivant à échéance, la délivrance d’autorisations d’utilisation de fréquences à titre expérimental, la facturation des redevances d’utilisation des fréquences… Chaque sujet nécessite la prise en compte d’enjeux multiples : équilibre concurrentiel du marché des télécommunications grand public, brouillages et enjeux techniques, solidité juridique des décisions, communication auprès du public et des opérateurs…

En rejoignant l’Arcep, vous travaillerez en équipe, dans une petite structure (180 personnes) où tout le monde se connaît, où le processus de décision est simple et où l’ambiance est bonne, dans des locaux modernes et conviviaux. Vous pourrez présenter personnellement votre dossier, jusqu’au collège, et serez acteur de la décision qui sera prise. Vos travaux pourront avoir un impact rapide et mesurable.

La pratique de la régulation passe aussi par la pleine mesure des attentes croissantes des citoyens, des entreprises, des élus en matière de numérique, de connectivité et d’impact environnemental. C’est identifier et évaluer les demandes, souvent contradictoires, afin de proposer des solutions pragmatiques et soucieuses de l’intérêt général. C’est analyser des problèmes aux composantes techniques, économiques, juridiques et parfois politiques, rythmés par des évolutions rapides et des innovations fréquentes. C’est donc une négociation permanente et une réflexion constante pour atteindre les objectifs de régulation. Et c’est inventer la régulation de demain, en acceptant de changer de méthodes, en s’ouvrant à la multitude, en lien avec les écosystèmes d’innovation.

Vous serez régulièrement en contact avec des partenaires variés, tels que les autres régulateurs européens, les opérateurs télécoms, les équipementiers, certaines institutions (ADEME, ANFR, Conseil d'État, ministères, Commission européenne, etc.), les cabinets de conseil, le cas échéant en pilotant des études qui leur sont confiées.

Qui êtes-vous ?

Vous êtes intéressé.e par les télécoms, plus largement par l’écosystème du numérique, et vous avez le souci de l’intérêt général.

Vous disposez de connaissances techniques sur l’architecture et le fonctionnement des réseaux mobiles et leurs évolutions, ou de connaissances en économie des réseaux et régulation.

Vous savez manier les concepts théoriques, les confronter à la réalité des marchés, et vous savez vous approprier un sujet complexe d’ordre technique, économique, concurrentiel et juridique, puis en restituer les enjeux, de façon claire, synthétique et convaincante.

Vous faites preuve de curiosité, d’une bonne capacité d'analyse et de synthèse, de rigueur, d’autonomie. Vous avez le goût de l’initiative et le sens de l’organisation.

Vous avez le goût du travail en équipe, avec des personnes de profils variés (économistes, juristes, ingénieurs, etc.) et vous êtes à l’aise, tant à l’écrit qu’à l’oral, en français et en anglais.

Le poste est à pourvoir par un fonctionnaire de catégorie A, sur la base d’un détachement sur contrat de trois ans ou par un contractuel sur la base d’un contrat public de trois ans, renouvelable.

[1] https://www.arcep.fr/actualites/les-communiques-de-presse/detail/n/5g-011020.html


Postuler à cette offre