Collectivités

Les visites de l’Arcep sur le terrain

A la rencontre des collectivités territoriales et des acteurs économiques

Rapport Territoires connectés

L'édition 2022 (publiée le 31 mars 2022)

Lire le rapport


Accompagnés des équipes métiers, les membres du collège de l'Arcep se déplacent régulièrement sur le territoire pour échanger sur le terrain avec les élus et représentants des collectivités territoriales, ainsi qu'avec les acteurs économiques : il s'agit de prendre la mesure des défis de la numérisation, entendre les retours d'expérience, expliquer les décisions de régulation. Suivez sur Twitter et dans la newsletter Le Post les pérégrinations de l'Arcep !

2022

Au chevet de la qualité de service du cuivre : retour dans la Drôme, un an après …

Câbles endommagés, parfois à terre, délais de réparation, frustrations des élus… Il y a moins d’un an, dans la Drôme et à l’invitation de la députée Célia de Lavergne, Laure de La Raudière avait pu prendre la mesure des insatisfactions liées à la dégradation de la qualité de service sur le réseau cuivre. A l’issue de ce premier déplacement en mars 2021, la présidente de l’Arcep s’était engagée à revenir constater les mesures mises en œuvre par l’opérateur historique pour y remédier.

Le 23 février dernier, elle a ainsi participé au Comité de concertation sur la qualité des réseaux cuivre présidé par la Préfète de la Drôme, Elodie Degiovanni. « Les choses avancent, mais nous resterons vigilants » a déclaré au Dauphiné Libéré Laure de La Raudière, qui a également rappelé, en présence des responsables locaux d’Orange, souhaiter faire de la qualité de service des réseaux un axe majeur de son mandat.

Les visites de terrain ont également permis de constater l’état d’avancement des travaux et des actions de l’opérateur historique. Pour ce département rural, dans l’attente du déploiement de la fibre optique, le réseau en cuivre et sa bonne maintenance sont essentiels. Très mobilisée depuis 2020, la Drôme fait ainsi partie des 22 départements ciblés par Orange en 2021 dans son plan d’action visant à garantir la qualité de service du cuivre, plan pris auprès du Gouvernement.

Le Poste n° 53 - Mars 2022

L’Arcep en Corrèze, un département rural en pointe sur la fibre optique

Le 28 janvier dernier, à l’invitation du Président du département de la Corrèze, Pascal Coste, la présidente de l’Arcep, Laure de La Raudière, s’est rendue à Palazinges et à Tulle pour échanger sur le programme Corrèze 100% Fibre 2021, qui a rendu l’ensemble des zones rurales du département éligibles à l’internet à très haut débit. Elle a salué la rapidité avec laquelle le déploiement de la fibre s’est effectué sur ce territoire rural, grâce notamment à une « extraordinaire unité politique ». La présidente de l’Arcep a également rappelé que l’accès au numérique était aussi essentiel, que l’on habite une métropole ou un petit village isolé.

En présence du Président du Syndicat mixte Dorsal, Jean-Marie Bost, du Président de Nouvelle-Aquitaine THD, Mathieu Hazouard, de la préfète de Corrèze, Salima Saa, et du sous-préfet de Brive-la-Gaillarde, Philippe Laycuras, elle a pu également échanger avec l’ensemble des acteurs locaux sur les conditions qui ont permis à la Corrèze de figurer au rang des premiers départements 100% fibrés de France sur la zone d’initiative publique.

Le Post n° 52 - Février 2022

2021

L’Arcep à la rencontre des maires au Forum numérique du Congrès de l’AMF

Accélérer le déploiement des réseaux, accompagner les citoyens éloignés du numérique et sécuriser les usages : à l’occasion du 103ème Congrès des maires, Joëlle Cottenye, membre du collège de l’Arcep, a participé, le 18 novembre, au Forum numérique de l’AMF, co-présidé par Patrick Molinoz, maire de Vénarey-Les-Laumes (21) et Michel Sauvade, maire de Marsac-en-Livradois (63).

Lors d’une table ronde sur les infrastructures, Joëlle Cottenye a présenté l’état des déploiements des réseaux fixes et mobiles et fait la promotion des outils cartographiques mis à disposition des citoyens et des élus par l’Autorité : « Mon réseau mobile » et « Ma connexion internet ». Dans un contexte marqué par la crise sanitaire et la hausse des usages numériques, elle a rappelé la nécessité pour l’Arcep d’entretenir des liens avec les élus et les collectivités, et souligné le rôle central joué par le numérique dans la cohésion et la vitalité des territoires.

Joëlle Cottenye a également échangé avec les maires, en particulier sur les difficultés rencontrées dans les zones rurales en cas d’absence ou de mauvaise couverture fixe ou mobile, et sur les outils qu’ils peuvent mobiliser, comme la plateforme « J’alerte l’Arcep », pour faire part des difficultés rencontrées par les concitoyens. L’Arcep utilise ces informations notamment pour inciter les acteurs à améliorer leurs services. Le Forum numérique est enfin revenu sur les nouveaux défis des maires, en premier lieu la cybersécurité, à travers le témoignage d’un maire victime d’une attaque des systèmes d’information communaux durant la crise sanitaire. 

Le Post n° 50 - Décembre 2021

L’Arcep met le cap sur la Bretagne pour observer les usages de la 5G

Emmenée par sa présidente Laure de La Raudière, accompagnée de François Lions et Serge Abiteboul, membres du collège, une délégation de l’Arcep a passé deux jours en Bretagne, les 7 et 8 octobre, pour échanger avec les élus, les entreprises et les industriels sur les usages de la 5G.

Première étape à Rennes, à la gare SNCF, où la forte densité de publics variés (voyageurs, employés, riverains) a permis des expérimentations 5G sur la bande 26 GHz, notamment pour des usages de type « hotspot ». Puis cap sur le technicentre SNCF, qui assure la maintenance des trains, pour appréhender des usages de type « usine connectée » où la connectivité est primordiale, par exemple dans le suivi en temps réel des différentes pièces détachées de frein.

Deuxième étape à Lannion, à l’invitation d’Éric Bothorel député des Côtes-d'Armor. Après un échange avec des élus de la communauté de communes de Lannion Trégor, l’Arcep a pu découvrir l’impressionnant écosystème local : le Lab 5G cyber de Nokia, pour parler stratégies de défense face aux attaques sur les réseaux, le technopôle Anticipa et l’Institut de recherche IRT_BCom, avec les démos des sociétés Copeeks, qui développe des services connectés pour le bien-être en élevages, et Apizee, sur la gestion à distance de situations d’urgence via le recueil d’images par drone. Ces entreprises jugent les caractéristiques techniques de la 5G essentielles pour toutes les applications nécessitant l’exploitation de gros volumes de données en temps réel.

Rappelons que pour permettre à l'ensemble des acteurs d’expérimenter la 5G, l’Arcep a ouvert début 2018 une plateforme d’expérimentation en bande 26 GHz.

Le Post n° 49 - octobre 2021

L’Arcep en Drôme et en Ardèche au chevet de la qualité de service du réseau cuivre

 « J’aurai à cœur d’aller voir comment ça se passe sur le terrain ». Vendredi 26 mars, la présidente de l’Arcep, Laure de La Raudière, s’est rendue dans la Drôme et l’Ardèche, accompagnée d’Arcépiens, pour une visite terrain sur l’état du réseau cuivre d’Orange. Elle a pu échanger avec les élus et l’opérateur sur les enjeux de qualité de service.

La journée a commencé par une rencontre avec Célia de Lavergne, députée de la Drôme à l’origine d’un rapport sur le sujet, et des élus à Combovin dans la Drôme ; puis des échanges avec les trois députés de l’Ardèche, le préfet, le président du conseil départemental, des maires, des représentants d’utilisateurs à Saint-Jean-Chambre en Ardèche. Elle s’est poursuivie par une visite terrain pour observer l’état dégradé des infrastructures aériennes du réseau cuivre. Les élus ont exprimé leur incompréhension vis-à-vis de l’état du réseau dans leurs départements et des conditions d’intervention d’Orange. Ils ont manifesté le besoin d’un accompagnement rapproché des pouvoirs publics face à une dégradation, qui nourrit un sentiment d’abandon des territoires ruraux.

« La situation n'est pas acceptable » avait déjà témoigné Laure de La Raudière, le 24 mars, devant la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable du Sénat. « Beaucoup de Français utilisent encore le cuivre pour téléphoner ou accéder à internet. Ils doivent donc avoir une bonne qualité de service tant qu'ils ne basculent pas vers la fibre ». 

Les équipes de l’Arcep se sont ensuite rendues sur des chantiers, à Vernoux-en-Vivarais et à Champis, pour assister à des réparations sur le réseau cuivre et échanger avec les équipes techniques d’Orange à propos, notamment, du pilotage et du déroulé de ces interventions. Un déplacement qui permettra à l’Arcep de nourrir sa réflexion pour répondre au mieux aux problématiques locales primordiales pour ces départements, alors qu’Orange s’apprête à dévoiler un nouveau plan cuivre.

• L’audition de Laure de La Raudière au Sénat

• L’interview de Laure de La Raudière dans Maire Infos

Le Post n° 45 - avril 2021

Déploiement de la fibre : Laure de La Raudière sur le terrain dans le département de l’Aisne

Accompagnée d’Arcépiens, la présidente de l’Arcep s’est rendue, pour son premier déplacement de terrain, le 25 février, dans le département de l’Aisne. Une visite placée sous le signe du déploiement de la fibre optique avec la présentation du réseau d’initiative publique « RAISO » porté par l’Union des secteurs d’énergies du département de l’Aine (USEDA) et « Aisne THD », suivie d’une rencontre avec les équipes d’Orange chargées du déploiement de la fibre optique à Soissons.

L’USEDA et « Aisne THD » conçoivent, construisent et exploitent le réseau raccordant les foyers et les entreprises de 757 communes de l’Aisne à la fibre optique. 210 000 prises FttH seront installées d’ici 2022 (70 000 par Aisne THD et 140 000 par l’USEDA). La délégation de l’Arcep a pu suivre chaque étape du déploiement dans les communes d’Ambleny et de Pernant : depuis le nœud de raccordement optique (NRO), jusqu’au raccordement d’un client, en passant par le point de mutualisation. Laure de La Raudière a pu échanger avec Jean-Claude Béreaux, président de l’USEDA, les équipes d’Axione (dont Aisne THD est une filiale), Nicolas Fricoteaux, président du Conseil départemental, et Marc Delatte, député de la circonscription. 

La présidente et son équipe ont ensuite rallié Soissons. C’est Orange qui, au regard de ses engagements dans cette zone AMII, est chargée d’y déployer la fibre. Laure de La Raudière s’est entretenue avec Nicolas Guérin, secrétaire général d’Orange, et les équipes locales. Les discussions ont porté sur l’exploitation des réseaux FttH et les travaux multi-opérateurs visant à améliorer la qualité des raccordements clients réalisés en mode STOC. Cette rencontre a été l’occasion d’illustrer les difficultés observées sur les points de mutualisation et d’évoquer les solutions actuellement mises en œuvre pour y pallier.

• Position de l’Arcep sur le mode STOC (publiée sur le site de l’Avicca / mars 2021)

Le Post n° 44 - mars 2021

2020

L’Arcep dans le Cher au plus près des opérationnels

C’est dans le Cher que Sébastien Soriano, président, François Lions, membre du Collège et les équipes de l’Arcep se sont rendus le 21 septembre pour leur premier déplacement de terrain post confinement, afin d’apporter leur soutien aux acteurs mobilisés dans l’entretien et le déploiement des réseaux fixes pendant la crise sanitaire. L’occasion d’assister à différents travaux et d’échanger avec les opérateurs sur les sujets portés par l’Autorité, dans le cadre de son action de régulation.

Le matin, l’Arcep a pu suivre à Saint-Just une intervention des services d’Orange sur le réseau cuivre visant à maintenir la meilleure qualité de service. À Arçay et Marmagne, communes de zone AMII, l’Autorité a assisté à des déploiements de fibre en aérien ainsi qu’au creusement de tranchées et à la pose de fourreaux sur des segments où le réseau cuivre est aujourd’hui en pleine terre.

Ce déplacement était aussi l’occasion de rencontrer les élus locaux et notamment Michel Autissier, président du conseil départemental, Patrick Barnier, président du syndicat mixte Berry numérique, et Irène Felix, présidente de Bourges Plus. Et d’échanger avec eux sur leurs préoccupations du moment : mise en œuvre du New Deal mobile, arrivée de la 5G, déploiement de la fibre, exploitation des réseaux, et avenir du réseau cuivre.

Enfin, Berry numérique et Axione, délégataire en charge du RIP, ont ouvert le capot de leur réseau public qui compte déjà près de 10 000 clients. En intervenant sur l’ensemble du département, le RIP apporte le très haut débit dans les villages mais aussi aux locaux les plus isolés. L’Arcep a ainsi pu suivre les techniciens sur des chantiers de travaux sur des poteaux et dans les locaux techniques du réseau, où ils ont partagé les enjeux de qualité et de bonne exploitation du réseau.

Le Post n° 40 - septembre 2020

2019

Les équipes de l’Arcep en Normandie

Entouré des équipes de l’Arcep, Sébastien Soriano s’est rendu les 11 et 12 juillet en Normandie, plus précisément à Rouen et dans le Pays de Caux. À Rouen, le président de l’Arcep s’est entretenu avec Hervé Morin, président de la région, et Catherine Morin-Desailly, sénatrice et conseillère régionale, ainsi qu’avec Pierre-André Durand, préfet de région.

La délégation de l’Arcep a ensuite pris la direction de la communauté d’agglomération « Caux Seine Agglomération » où elle a rencontré des élus locaux, tous mobilisés pour la bonne couverture fixe et mobile de leur territoire. Les visites d’un nœud de raccordement optique du réseau fibre du syndicat mixte Seine-Maritime numérique, en présence de sa présidente Virginie Lucot-Avril,  et d’un site mobile 4G issu du dispositif de couverture ciblée - un des cinq axes du New Deal mobile - étaient aussi au programme.

Sans surprise, les échanges avec les élus ont également porté sur la 5G, dont les premiers déploiements sont attendus pour 2020 ; une opportunité, pour ces derniers, de connecter des infrastructures d’ampleur implantées dans leur région, telles que le port du Havre, par exemple.

Sébastien Soriano et les équipes de l’Arcep ont aussi visité le datacenter du Centre régional informatique et d’applications numériques de Normandie (CRIANN), qui déploie des infrastructures informatiques à haut niveau de performance au service de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation en Normandie. Une structure qui participe activement à la transition vers IPv6, en proposant des services dans ce nouveau protocole d’adressage depuis 2003

En savoir plus avec « Le Courrier Cauchois »

Le Post n° 31 - Septembre 2019

Visite de l’Arcep chez un dépositaire de presse à Trappes

Le projet de loi relatif à la modernisation de la distribution de la presse, encore discuté par le Parlement, prévoit de confier à l'Arcep la régulation de la distribution de la presse. Dans cette perspective, l'Arcep a initié un premier cycle de rencontres avec les acteurs du secteur et réalise des visites sur site. En juin, les équipes de l'Arcep étaient en déplacement au dépôt d'Yvelines Distribution Services situé à Trappes. Elles y ont été accueillies par Bruno Aussant, président d'Yvelines Distribution Services et Dominique Gil, président du Syndicat National des Dépositaires de Presse, pour une présentation très précise du métier de dépositaire de presse. Une rencontre utile pour en comprendre les exigences et appréhender les enjeux du secteur.

Le Post n° 30 - Juin 2019

Les membres du collège se sont rendus dans les Hauts-de-France

Fin avril, les membres du collège de l’Autorité se sont rendus pour deux jours dans les Hauts-de-France, dont Joëlle Cottenye, membre du collège, est originaire mais aussi vice-présidente du conseil départemental du Nord.

Au programme, rencontres avec deux acteurs économiques clés de la région : OVH, entreprise de renom spécialisée dans le cloud computing et Euratechnologies, incubateur et accélérateur de startups.

Ils ont pu également échanger avec les élus et les acteurs de l’aménagement du territoire, et en particulier ceux en charge du déploiement de la fibre optique.

Le Post n° 29 - Mai 2019

Avancées de la connectivité fixe et mobile dans les territoires : Sébastien Soriano, président de l’Arcep s’est rendu dans le Gers à l’occasion du déplacement du Premier ministre

Sébastien Soriano, président de l’Arcep, a accompagné le Premier ministre et quatre membres du Gouvernement (Jacqueline Gourault, Julien Denormandie, Mounir Mahjoubi et Agnès Panier-Runacher) dans le Gers le 22 mars dernier. But de ce déplacement : faire un point sur l’accès des Français au numérique et lancer le dispositif « Cohésion numérique des territoires », une aide directe de 150€ aux utilisateurs pour financer une offre satellitaire, BLR ou 4G fixe là où les réseaux filaires ne sont pas présents).

A l’occasion de ce déplacement, l’Arcep a présenté les avancées de ses travaux sur plusieurs chantiers :

  • L’enrichissement de l’outil « Carte fibre », qui intègre désormais les prévisions de déploiement des réseaux en fibre optique. Commune par commune, citoyens et élus peuvent dorénavant s’informer sur le délai dans lequel leur lieu de vie, de travail ou leur territoire pourra être raccordé à la fibre optique.
  • La mise à jour les données de « Mon réseau mobile », qui permet de comparer la couverture et la qualité de service de chaque opérateur mobile, et du « Tableau de bord du New Deal mobile », qui permet de contrôler la bonne mise en œuvre des engagements pris par les opérateurs dans le cadre du New Deal.
  • La publication d’un Atlas départemental du déploiement des sites 4G, avec les prévisions de déploiement à horizon 2020-2022.

En savoir plus

Le Post n° 28 - Avril 2019

Les équipes de l’Autorité en déplacement en Provence-Alpes-Côte d’Azur : déploiement de la fibre optique, service universel de téléphonie fixe et 5G !

Sébastien Soriano, président de l’Arcep, accompagné de quelques Arcépiens, s’est rendu en Provence-Alpes-Côte d’Azur les 17 et 18 janvier derniers.

Au programme du déplacement :

 

 

  • une réunion avec les élus du syndicat mixte Sud THD

La réunion s’est concentrée sur la procédure AMEL (appel à manifestation d’engagements locaux) initiée au printemps dernier par le syndicat mixte Sud THD et qui concernera les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes et des Bouches-du-Rhône. C’est SFR qui a été choisi par les collectivités pour déployer 300 000 lignes FttH d’ici fin 2022. L’occasion pour Sébastien Soriano de rappeler le rôle de l’Arcep dans ce processus : l’analyse pour avis de la proposition d’engagements de l’opérateur (après saisine du Gouvernement) puis, dans le cas où le ministre les accepte, le contrôle du respect des engagements de l’opérateur (et sanction en cas de manquement). Afin d’assurer le suivi des futurs déploiements AMEL, l’Autorité va notamment créer un indicateur spécifique dans son Observatoire trimestriel du haut et du très haut débit.
Les élus ont profité de la réunion pour alerter les équipes de l’Autorité sur la mauvaise qualité du service universel de téléphonie fixe qui impacte les zones rurales et montagneuses. Sébastien Soriano a souligné la détermination de l’Arcep pour qu’Orange, prestataire du service universel, respecte ses obligations en la matière.

  • une visite terrain avec Vaucluse Numérique

Le réseau d’initiative publique Vaucluse Numérique conçoit, construit et exploite le réseau raccordant les foyers et les entreprises de 105 communes du Vaucluse à la fibre optique. Ce sont ainsi plus de 106 000 prises FttH (soit 100% de la zone d’initiative publique) qui seront installées d’ici 2021. Les équipes ont pu suivre, étape par étape, le déploiement de la fibre optique sur trois communes du sud Luberon en présence du président du département du Vaucluse, de la sous-préfète d’Apt et des élus de la communauté territoriale, tous mobilisés par l’arrivée de la fibre optique, synonyme d’attractivité et de compétitivité économique.

  • la présentation d’une expérimentation 5G à Marseille

Le déplacement était aussi tourné vers les réseaux du futur. Les équipes d’Orange et de Nokia ont présenté leur expérimentation 5G menée en ce moment à Marseille : une transmission de données via la 5G en conditions réelles avec des débits descendant et montant très élevés en bande 3700 – 3800 MHz. Sept sites 5G sont aujourd’hui répartis dans le centre-ville ; de nouveaux sites sont prévus d’ici la fin de l’année.

Le Post n° 26 - Janvier / Février 2019

2018

Retour sur le déplacement de l’Arcep en Outre-mer

Les équipes de l’Arcep ont participé aux Commissions Régionales de Stratégie Numérique (CRSN) de Martinique, de Guadeloupe et de Guyane.

Présidées par les préfectures et les collectivités, ces commissions réunissent acteurs publics et privés de l’aménagement numérique des territoires. Ce sont des rendez-vous importants pour faire le point sur l’accès au très haut débit fixe et sur la couverture mobile des territoires. Au cours de ces trois CRSN, l’Autorité a notamment présenté ses chantiers en cours (contrôle des obligations et de la cohérence des déploiements FttH, mesures terrain et publication des cartes de couverture et de la qualité des services mobiles en Outre-mer) et les outils mis à disposition des élus et des collectivités : monreseaumobile.fr et cartefibre.arcep.fr.

L’occasion aussi pour les équipes de l’Arcep de se rendre à Saint-Barthélemy et Saint-Martin. L’Autorité accompagne depuis plusieurs mois la reconstruction par les opérateurs des réseaux fixes et mobiles suite au passage de l’ouragan Irma.
Rencontrer sur le terrain les élus locaux et les acteurs de l’aménagement numérique de ces territoires aux spécificités propres est important pour l’Arcep.

Le Post n° 25 - Décembre 2018

Déploiement de la fibre optique dans l’Oise : un RIP « 100% FttH »

Le 13 juin dernier, une équipe de l’Arcep, présidée par Martine Lombard, membre du collège de l’Autorité, s’est rendue dans l’Oise pour rencontrer les élus et les équipes du réseau d’initiative publique (RIP) départemental, Oise THD.

Le RIP de l’Oise, avec 60% de logements raccordables au FttH (contre une moyenne nationale de 8% en zone publique), est parmi les plus avancés en la matière. Les déploiements 100% FttH doivent se terminer en fin d’année prochaine. Pour reprendre les termes de Martine Lombard lors de ce déplacement : « La France entière doit ressembler à l’Oise. »

Au programme de ce déplacement : visite d’un nœud de raccordement optique (NRO), échanges sur le rôle des élus et de Oise THD en matière d’aménagement numérique du territoire, et participation à une réunion du comité syndical rassemblant plus d’une centaine de maires et présidents d’agglomération du département.

Le Post n° 20 - Juin 2018

Fibre optique : des tensions sur la ligne (de production) ?

Une délégation de l’Arcep s’est rendue le 14 mai dans les deux usines de fibre optique du groupe Prysmian, le numéro un mondial pour l’activité câbles pour l’énergie et les télécoms, situées dans les Hauts-de-France. L’une est à Douvrin, au cœur de l’Artois, l’autre est localisée à Calais depuis 1890. A Douvrin – le « vaisseau amiral » du groupe pour la fibre - sont notamment fabriquées les préformes (la « matière première » avec laquelle est produite la fibre), qui sont transformées en fibres optiques sur place, lesquelles sont ensuite envoyées notamment à Calais où sont produits les câbles optiques de 1 à 4.000 fibres. La quasi-totalité de la production de Calais est livrée sur le marché français.

Cette visite fut l’occasion pour la délégation de l’Arcep de poser à l’industriel la question « Y-a-t-il en ce moment des difficultés pour satisfaire les besoins de fibre dans le monde ? ».

Le marché français du FttH, en croissance constante depuis 2012, est « à l’heure actuelle, le plus dynamique en Europe » (13 millions de km/fibres optiques en 2017, contre 5 millions en 2004). La France est, au niveau mondial, le 4ème pays qui déploie le FttH (en terme de volume de fibre déployé), derrière la Chine, les États-Unis et l’Inde. L’état-major de Prysmian estime que « tant qu’un pays n’a pas atteint 2 à 3 km de fibre par habitant (comme c’est le cas en Corée ou au Japon aujourd’hui), il n’a pas terminé son déploiement, la France se situant aujourd’hui à 0,8 km/habitant, soit 100 millions de km/fibre restant à déployer ». Les difficultés à satisfaire toutes les demandes sont dues à la tension sur le marché en raison de la très forte accélération du marché mondial de la fibre (notamment tiré par la Chine, qui représente 60% du marché mondial) et à l’approvisionnement des industriels en préformes dont les capacités de production sont aujourd’hui inférieures à la demande. La production de préformes est une activité à haute valeur ajoutée nécessitant des investissements importants, longs à mettre en œuvre, longs à rentabiliser (environ 7 ans), et dont l’essentiel des coûts est fixe. Prysmian indique avoir d’ores et déjà vendu l’ensemble de sa production mondiale de fibre pour 2018 (environ 40 millions de km) et estime qu’il aurait pu vendre au-moins 15% de plus s’il avait eu les capacités suffisantes. Cela a pu le conduire à favoriser les commandes de certains clients en fonction des volumes et de leur capacité à s’engager sur le long terme, et à décliner d'autres commandes.

L’industriel estime que la solution à ces tensions passe à la fois par l’augmentation des capacités de production (Prysmian a annoncé un investissement de 250 millions d’euros dans ses usines au niveau mondial) et, pour ce qui concerne la France, par l’amélioration de la prévisibilité des commandes des RIP en fibre.

Le Post n° 19 - Mai 2018

L’Arcep en Bourgogne-Franche-Comté : top départ du THD radio

Les 15 et 16 mars dernier, l’Arcep, représentée par son président et ses équipes, était en Bourgogne-Franche-Comté, dans le cadre d’une série de déplacements dans les territoires.

La Bourgogne-Franche-Comté est l’une des premières régions françaises à utiliser le THD radio (très haut débit radio), via son réseau « RCube ». Celui-ci a été inauguré, et officiellement lancé, à l’occasion de la venue des équipes de l’Arcep dans la région. Le THD radio représente une solution d’accès à internet à la fois rapide et souple pour les territoires ruraux non couverts par la fibre optique.

Ce déplacement a aussi été l’occasion pour les équipes de l’Arcep de rencontrer les élus de la région, de découvrir l’écosystème du numérique et de la « tech » locale, particulièrement active en matière de « foodtech » et de santé, et de participer à la Commission régionale de stratégie numérique à Venarey-Lès-Laumes, en présence des acteurs institutionnels et des opérateurs.

Le Post n° 17 - Mars 2018

2017

Visite en Ille-et-Vilaine en décembre 2017

Les services de l’Arcep se sont rendus en Ille-et-Vilaine en novembre dernier, à l’invitation de Loïc Godet, maire d’Amanlis et élu référent « très haut débit » pour la Communauté de communes. Opération d’élagage, creusement de tranchées, changement de poteaux pour les câbles aériens… la matinée fut consacrée aux difficultés pratiques que peuvent rencontrer les collectivités pour apporter la fibre optique dans leurs territoires. Les équipes ont assisté l’après-midi à un comité de pilotage dédié à la mise en œuvre organisationnelle du déploiement du très haut débit au niveau local.

Le Post n° 14 - Décembre 2017

L’Arcep sur le hub d’UPS à Cologne

Comprendre le marché, mieux connaître les acteurs économiques du secteur de l’express avant l’adoption, en 2018, du règlement européen sur le colis transfrontière, tel était l’objectif de la visite d’une délégation de l’Arcep au hub d’UPS à Cologne, le 25 septembre dernier. Cette immense plateforme industrielle (noria de semi-remorques, 190 000 colis traités par heure, 42 vols aériens quotidiens), qui concentre chaque nuit entre 22h et 3h30 toute l’activité européenne de l’expressiste, est à l’échelle des enjeux du secteur : gigantesque. Un marché tiré par le succès de l’e-commerce et par la mondialisation avec, en ligne de mire, l’objectif de se rapprocher autant que faire se peut d’une livraison non plus à J+1, mais à J0 …

Le Post n° 12 - Octobre 2017

Réseaux mobiles professionnels : l’Arcep au centre nucléaire de production électrique de Nogent-sur-Seine

Pierre-Jean Benghozi, membre du collège de l’Arcep, accompagné des équipes de l’Autorité, ont visité le centre nucléaire de production électrique de Nogent-sur-Seine en août dernier.

L’occasion pour l’Arcep de constater la nécessité, pour le centre nucléaire, d’être connecté 24h/24, 365 jours par an, à des réseaux sans fils ultra fiables s’appuyant sur des systèmes et fréquences dédiés.

La modernisation des réseaux mobiles professionnels (PMR) auxquels l’Arcep prévoit d’attribuer la bande 2.6 GHz TDD, permettra - grâce au LTE – le développement de nouvelles fonctionnalités dans l’exploitation de ces centrales, tout en maintenant des niveaux d’exigence compatibles avec l’exploitation d’infrastructures hautement sensibles.

Le Post n° 11 - Septembre 2017

Retours sur l’expérimentation d’un réseau 4G LTE professionnel menée à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle

Le 19 avril, quatre membres du collège de l’Arcep visitaient le hub d’Air France à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle.

L’occasion de se rendre compte, sur le terrain, de la nécessité et de l’omniprésence des communications sans-fil en environnement aéroportuaire pour assurer la ponctualité et la sécurité des services des compagnies aériennes.

L’occasion aussi de revenir sur les premiers résultats de l’expérimentation – autorisée par l’Arcep - d’un réseau 4G LTE professionnel, utilisant la bande 2,6 GHz TDD. L’utilisation de cette bande pour des réseaux privés professionnels (PMR) était abordée dans la consultation publique « De nouvelles fréquences pour les territoires, les entreprises, la 5G et l’innovation » lancée par l’Autorité en janvier 2017. La synthèse des contributions sera d’ailleurs publiée prochainement.

Le Post n° 8 - Avril 2017

Opération cartes sur table à Bordeaux avec monreseaumobile.fr

Le 22 mars, c’est à Bordeaux qu’il fallait être !

Devant le préfet de région Nouvelle-Aquitaine, des membres du conseil régional et des journalistes, l’Arcep a présenté de nouvelles cartes de couverture mobile enrichies et a lancé officiellement son outil cartographique permettant de comparer la couverture de chaque opérateur mobile : monreseaumobile.fr

Pour mieux coller à ce que vivent les utilisateurs, l’Arcep a ces derniers mois travaillé à la définition et à l’enrichissement de nouvelles cartes de couverture mobile pour les services voix et SMS. Jusqu’à présent binaires (zone couverte / non couverte), ces cartes comprennent aujourd’hui quatre niveaux d’évaluation : très bonne couverture / bonne couverture / couverture limitée / pas de couverture.

Mais pourquoi Bordeaux ?

Ces cartes sont en ce moment en phase de test, grandeur nature, dans une région pilote : la Nouvelle-Aquitaine. L’Arcep va désormais s’assurer de la fiabilité de ces cartes en menant une campagne de mesures sur le terrain à l’aide de « voitures-test » qui sillonneront toute la région.

Les données de couverture mobile de toute la France métropolitaine seront, elles, disponibles sous cette nouvelle forme, dès la rentrée 2017.

Le Post n° 7 - Mars 2017

2016

Outre-mer : l'Arcep en déplacement à Mayotte et à La Réunion

L'Arcep est allée, début décembre, à la rencontre des opérateurs, des collectivités et des représentants de l'État à La Réunion et à Mayotte. L'occasion pour l'Arcep d'approfondir, sur le terrain, sa connaissance des marchés réunionnais et mahorais et de leurs acteurs.

L'arrivée de la 4G, début décembre, marque une nouvelle étape dans le développement numérique de ces deux îles.

À La Réunion, le déploiement de la fibre bat son plein, l'investissement privé y est soutenu. L'Arcep suivra de près ces déploiements du très haut débit afin que l'effort d'investissement des opérateurs se fasse dans l'intérêt général, et de manière complémentaire afin de couvrir le plus largement le territoire.

Le Post n° 4 - Décembre 2016

Programme " zones blanches centres-bourgs " : la 3G arrive à Faucompierre dans les Vosges !

La connectivité de tous les territoires, et en particulier mobile dans les zones les moins denses, est une priorité de l'Arcep. Pour cela, en lien étroit avec le Gouvernement, l'Arcep met en œuvre trois types d'actions : proposer au Gouvernement des obligations de déploiement, contrôler le respect de ces obligations et réguler par la data, c'est-à-dire informer les citoyens-consommateurs sur la couverture et la qualité des réseaux.

A ce titre, le 15 octobre dernier, l'Arcep participait à l'inauguration du nouveau site 3G de Faucompierre, dans les Vosges. Financé et construit par les quatre opérateurs dans le cadre du programme " zones blanches - centres-bourgs ", ce pylône vise à apporter une couverture voix/SMS et haut débit conjointe des opérateurs dans les centres-bourgs alentours dépourvus de toute couverture mobile.

Plus de 3 800 centres-bourgs sont concernés par ce programme et l'Arcep veille à ce que les opérateurs y déploient en totalité la 3G d'ici mi-2017.

Le Post n° 3 - Novembre 2016

L'Arcep met les mains dans la fibre !

Le 21 septembre dernier, une vingtaine de collaborateurs de l'Arcep se sont rendus à Mortain dans La Manche, pour expérimenter sur le terrain le déploiement de la fibre optique. Ils ont été accueillis par le centre de formation Novea. Au programme : visite de l'usine d'Acome, principal fabricant français de fibre optique, initiation aux techniques de déploiement. Soufflage dans le génie civil sous-terrain, déploiement sur des appuis aériens, câblage d'une colonne montante, lovage dans des cassettes et soudures pour aller jusqu'au raccordement client. La journée s'est achevée par la visite d'un chantier du réseau d'initiative publique Manche Numérique. L'occasion d'approcher de près les métiers qui font le très haut débit en France.

Le Post n° 2 - Octobre 2016