Collectivités

La parole aux élus

Rapport Territoires connectés

L'édition 2022 (publiée le 31 mars 2022)

Lire le rapport

Depuis sa création en 2016, notre lettre mensuelle d’information Le Post se fait chaque mois l’écho, dans sa rubrique « Tout terrain », des déplacements de l’Arcep pour échanger avec les acteurs locaux et observer la progression des réseaux sur le territoire. Alors que les déploiements se poursuivent à bon rythme, Le Post évolue pour offrir plus de place aux territoires avec, chaque mois, la prise de parole d’un élu sur une question concrète, ou une innovation, qui peuvent avoir valeur d’exemple pour d’autres collectivités. Ces témoignages sont ici réunis.

Pascal Coste, président du Conseil départemental de Corrèze

Comment avez-vous réussi à quasiment fibrer votre département en trois ans ?

 « Le 28 janvier dernier, Laure de La Raudière a effectué en Corrèze sa première visite dans un territoire rural où le 100% fibre est une réalité. Initialement prévu pour 2035, le déploiement du très haut débit en Corrèze a connu un véritable coup d’accélérateur en 2016 avec la décision du Conseil départemental d’engager le programme « Corrèze 100% fibre 2021 ». Lancé en 2018, les travaux se sont achevés en juin 2021 avec la construction de 102 000 prises de fibre optique. Six mois après, déjà 27 % des locaux éligibles sont raccordés à la fibre.

Cette réalisation a été rendue possible grâce à une forte volonté politique et une dynamique partenariale entre le Département, le Syndicat Mixte DORSAL, la Société publique Nouvelle Aquitaine Très Haut Débit (NATHD) et les Intercommunalités, avec les soutiens financiers de l’État, la Région et l’Europe sur ce programme de 144,2 millions d’euros d'investissement.

Notre volonté était de réaliser un vrai programme 100%, une exhaustivité qui nous a été contestée au départ mais sur laquelle nous nous sommes battus pour raccorder l'intégralité des locaux et non 95%, même si les 5% les plus difficiles représentaient 25% du montant du marché. Cette exclusion aurait été la marque de l'abandon de ces habitants, mais en Corrèze, l’engagement pour la ruralité est notre ADN.

Avec Corrèze 100% Fibre, nous avons démontré que la ruralité pouvait être au cœur des problématiques modernes et que la Corrèze peut être un exemple pour d'autres territoires. Désormais, nous poursuivons cette dynamique en accompagnant et développant les usages numériques avant de s'orienter vers la fin du réseau cuivre pour tous les foyers corréziens ». 

Le Post n° 52 - Février 2022

Jean-François Le Grand, ancien sénateur et président du Conseil général de La Manche

Quel souvenir gardez-vous du vote de l’article L.1425-1 ?

En 2004, les collectivités agissent en ordre dispersé : toutes n’ont pas encore ressenti la nécessité d’investir sur les infrastructures numériques. Nous ne disposons pas de recul et les modèles d’intervention divergent. Au Parlement et plus particulièrement au Sénat, les débats se montrent âpres, voire même très tendus. Mon collègue Philippe Leroy et moi-même subissons alors les plus fortes pressions, mais nous restons convaincus du bien-fondé de notre approche et faisons face.

Présidents de Conseils départementaux, pionniers sur le numérique, nous croyons dans un modèle public-privé pour nous doter d’infrastructures d’avenir, développer la concurrence et couvrir le territoire. Il s’agit de l’un de mes combats les plus disputés en 30 ans de vie parlementaire et ce fut un beau succès. En effet, l’avenir nous donnera raison : le L.1425-1 aura libéré 3 milliards d’investissement, la moitié par les collectivités et l’autre par les opérateurs, permettant à la France de quitter son bonnet d’âne européen pour grimper sur le podium des nations en matière de haut débit

Le Post n° 51 - Janvier 2022

Joël Le Jeune, président de Lannion Trégor Communauté, maire de Trédrez-Locquémeau

Qu’attendez-vous de la 5G pour votre territoire ?

Laure de La Raudière, présidente de l’Arcep, s’est déplacée sur Lannion. Cette visite revêt un symbole fort pour notre territoire, berceau des télécoms et sur lequel des projets ambitieux ont été initiés autour de la souveraineté xG.

Lannion dispose de compétences technologiques fortes grâce à la présence de Orange, Nokia..., de PME spécialisées réseaux ou IoT… La proximité immédiate d’acteurs maritimes, agricoles, urbains... constitue un formidable « terrain de jeu de l’innovation » pour lequel l’attribution de fréquences expérimentales serait un vrai plus.

La société Copeeks a démontré cet intérêt. Copeeks déploie aujourd’hui ses solutions connectées en agriculture pour améliorer le bien-être animal et celui de l’éleveur, grâce à l’intelligence artificielle : le robot se déplace sans intervention humaine dans un bâtiment d’élevage, capte différentes images et séquences vidéo, puis analyse le comportement des animaux en temps-réel. La 5G permettra d’améliorer ces images et de limiter la latence. Une opportunité pour une alimentation saine, durable et traçable !

Le Post n° 49 - Septembre 2021

Bruno Faure, président du Conseil départemental du Cantal

Quel usage faites-vous du nouvel outil cartographique « Ma connexion internet » ?

Le département du Cantal est pleinement engagé depuis plus de 10 ans dans le déploiement du numérique au travers notamment du plan CyberCantal pour les usages mais également à travers les infrastructures de l’Internet à Très Haut Débit.

Cet engagement permettra un raccordement de 92% des bâtiments à la fibre optique fin 2022 et, pour les 8% restants, au Très Haut Débit par d’autres technologies (DSL, radio…).

Inscrit dans le programme « Auvergne Très Haut Débit » d’un coût global de 1 milliard d’euros hors recettes commerciales, le départemental du Cantal participe à hauteur de 19 millions d’euros aux côtés de la Région et des trois autres départements de l’ex-région Auvergne.

A ce titre, la solution proposée par l’Arcep « Ma connexion internet » constitue un outil essentiel d’aide à la décision et de suivi.

Elle permet à la population, aux entreprises et aux élus locaux d’avoir un état précis de leur situation et de visualiser l’avancée du projet.

De plus, cette solution est complémentaire à notre plate-forme www.auvergne-numerique.fr/cartographie/.

Nous attendons de l’Arcep qu’elle dépasse son simple rôle de « gendarme des télécommunications » en accompagnant les maîtres d’ouvrage publics dans le cadre des RIP.

Le Post n° 48 - Septembre 2021