Usages

L'Autorité de régulation des télécommunications publie une étude sur les services de messagerie instantanée

Paris, le 24 mai 2004


L'Autorité de régulation des télécommunications rend publique une étude relative aux services de messagerie instantanée.

Déjà largement répandue au sein de l'entreprise, la messagerie instantanée présente un potentiel d'essor théorique au sein des marchés fixe et mobile. En effet, elle combine plusieurs fonctions associées à la communication inter-personnelle : le temps réel, la définition de contacts privilégiés par l'utilisateur (la " budy list "), le mode texte mais également la voix sur IP, l'échange de fichiers, etc. couplées avec l'état du contact potentiel : " en ligne ", absent. En mode texte, plusieurs communications peuvent avoir lieu simultanément avec un ou plusieurs correspondants identifiés au sein de la " budy list ". Ces services sont accessibles en ligne à partir d'un ordinateur par le biais d'un logiciel ad-hoc (le " client de messagerie "), téléchargeable et, depuis peu dans certains pays, à partir d'un terminal mobile.

Une nouvelle fois, les environnements fixe et mobile s'opposent : technologies et hiérarchies d'acteurs distinctes et, bien entendu, modèles économiques différents. Les services de messagerie instantanée fixes reposent sur un modèle aujourd'hui le plus souvent gratuit. C'est l'effet " club ", c'est à dire le plus grand nombre de correspondants potentiels, qui va guider le choix de l'utilisateur. En effet, le choix du fournisseur de service de messagerie instantanée reste libre et se résume au téléchargement du " client de messagerie " sur son ordinateur personnel. Ces systèmes, clients téléchargeables ou services de FAI, restent aujourd'hui largement incompatibles. Au contraire, dans l'environnement mobile, la hiérarchie des acteurs est aujourd'hui beaucoup plus intégrée : l'opérateur mobile agit en fournisseur d'accès et de services. Le modèle, en général payant, repose sur la facturation des messages échangés : des messages courts (SMS) ou des flux de données sur le réseau GPRS.Cette étude, réalisée par l'Idate pour le compte de l'ART, recense les principaux acteurs des marchés fixe et mobile, et décrit les principes de fonctionnement. Elle présente les différents modèles économiques et les perspectives d'évolution du service notamment en terme d'interopérabilité.