Quoi ?

L’INTERNET DES OBJETS : UN MONDE OÙ TOUS LES TYPES D’OBJETS COMMUNIQUENT


Après la mise en réseau généralisée des organisations puis des hommes, l’internet évolue vers l’interconnexion de tous types d’objets. Nous nous dirigeons vers un monde où un nombre croissant d’objets doté de capteurs et parfois de capacités  de traitement, seront en mesure d’échanger de l’information avec leur environnement, et d’interagir ainsi au sein de systèmes complexes : c’est ce qui est appelé l’internet des objets (Internet of Things, IoT). L’extension de l’internet traditionnel aux objets se conjugue avec un développement de nouvelles solutions de connectivité, notamment mobiles, et les vagues technologiques du cloud et du big data.

Les domaines économiques qui pourront profiter de la croissance liée à l’internet des objets sont très variés : l’IoT participera aux évolutions structurantes de secteurs aussi divers que l’énergie, les transports, l’automobile, l’agriculture, les assurances ou la santé.

En ce qui concerne le grand public, après les montres et bracelets connectées, c’est au tour des équipements domotiques et de nombreux objets du quotidien de faire leur révolution, des chaussures à la voiture, en passant par le chauffage, la cafetière et la brosse à dents.

Ce mouvement débute seulement : la croissance des dépenses liées à l’internet des objets est aujourd’hui 3 fois plus rapide que celle des marchés des TIC. En 2020, certains estiment que ce seront 15% des objets, soit 50 milliards d’objets connectés à Internet, qui génèreront un quart de toutes les données mondiales, pour un marché évalué à 7 000 milliards de dollars.

En France, certaines estimations évoquent jusqu’à 2 milliards d’objets connectés d’ici 5 ans, soit 40 objets par personne.  Il s’agit là d’une considérable opportunité pour l’économie française et européenne, avec à la clef des gains de productivité importants pour tous les secteurs –  de la production à la fourniture de services –  et des innovations au service de tous les utilisateurs.

Pour l’Arcep, régulateur des communications électroniques, il est essentiel de préparer et d’accompagner cette révolution en jouant le rôle de facilitateur.

Quoi

 

> SUIVANT