Pourquoi ?

L’IoT : DES ENJEUX MULTIPLES


Les enjeux de la révolution de l’IoT sont multiples. Il s’agit tout d’abord d’en faire un levier d’innovation, de modernisation et de compétitivité pour l’ensemble de l’économie. De nouvelles offres sont à développer et valoriser – notamment dans les domaines de l’intelligence embarquée, des services de connectivité, du cloud ou encore du big data – et de nouveaux marchés sont à prendre pour les entreprises françaises et européennes.

Dans le même temps, ce mouvement soulève un large éventail de problématiques réglementaires, que l’Arcep et ses partenaires souhaitent anticiper pour orienter l’organisation du marché en amont.

Pour que l’internet des objets se développe durablement et que l’ensemble de la société bénéficie de tout son potentiel, il est nécessaire d’identifier les ressorts de son développement. Du point de vue de la connectivité, c’est-à-dire des réseaux de télécommunication sur lequel il s’appuie, il convient de garantir qu’il n’existe pas d’obstacles à l’innovation infondés, éventuellement du fait de nouveaux acteurs de l’écosystème.

Par ailleurs, les utilisateurs, particuliers ou entreprises, n’adopteront pleinement les solutions de l’internet des objets qu’avec des garanties portant sur la sécurité des communications et sur les conditions d’utilisation des données récoltées, personnelles ou professionnelles.

Les problématiques liées aux réseaux qui véhiculeront l’internet des objets, sont également variées : l’interopérabilité représente un impératif à terme et des rivalités sont prévisibles autour des standards de nommage ou encore des systèmes d’interaction logicielle (API), dont la maîtrise constitue un enjeu stratégique.

La capacité à assurer la sécurité et l’intégrité des systèmes sera également déterminante, de même que la protection des données des utilisateurs et la possibilité pour ces derniers de passer d’un système à l’autre de manière fluide.
    

UN MARCHÉ EN CONSTRUCTION ET TRÉS DIVERSIFIÉ


Le processus de revue stratégique initié en 2015 par l’Arcep l’a confirmé :  l’émergence d’un internet des objets, porté actuellement par une première vague d’objets connectés et de nouveaux réseaux,  permettra l’interaction d’un nombre considérable d’objets liés à des domaines très variés, dans le but d’offrir des fonctions et services à la fois plus pertinents et plus efficaces, plus intelligents en somme.

Toutefois, le développement de ce marché n’en est qu’à ses prémisses et l’on doit s’attendre à le voir s’étendre à de nouveaux domaines d’activité. En effet, si cette première vague de l’IoT prend plutôt la forme d’offres à destination du grand public, le monde de l’entreprise est également concerné. À cet égard, les applications professionnelles sont assorties d’exigences de sécurité,  de qualité de service et de maîtrise des données aussi variées que les applications envisagées.

Par ailleurs, l’émergence de l’IoT ouvre de nombreuses opportunités, mais soulève également de nouvelles problématiques de normalisation et de standardisation technique, de gestion des ressources en numéros et en fréquences, mais aussi de concurrence entre les nouveaux entrants et les acteurs en place.

L’internet des objets offre enfin une nouvelle dimension aux politiques publiques locales, celle de la ville intelligente et plus largement des territoires intelligents, pour lesquels des réflexions spécifiques doivent être menées, notamment concernant le rôle des acteurs publics dans le déploiement et l’exploitation des infrastructures sous-jacentes.

 

> PRÉCÉDENT / SUIVANT