TOUTES LES INFOS

 » Tout le foisonnement que permet Internet pourrait avoir disparu dans 15 ans  » : un interview de Sébastien Soriano, président de l’Arcep pour le site Usbek & Rica
FacebookTwitterLinkedIn

 » Tout le foisonnement que permet Internet pourrait avoir disparu dans 15 ans  » : un interview de Sébastien Soriano, président de l’Arcep pour le site Usbek & Rica

Percée de l’intelligence artificielle, développement des objets connectés, fin du Web tel que nous le connaissons… Sébastien Soriano, patron de l’autorité de régulation des télécoms en France (l’Arcep) se prête au jeu de la prospective avec Usbek & Rica en nous donnant sa vision de l’avenir d’Internet.

Sébastien Soriano est un homme occupé. Patron de l’Autorité de régulation des communications et des postes (Arcep) depuis 2015, ce haut fonctionnaire issu de Polytechnique et passé par le cabinet de Fleur Pellerin du temps où elle était secrétaire d’État au numérique, a du pain sur la planche. Régulation des opérateurs français, déploiement de la fibre en France, contrôle de la neutralité du Net… les sujets brûlants ne manquent pas.

Dans son bureau parisien avec vue sur la Tour Eiffel, pas de piles de dossiers mais un portrait de François Hollande encore accroché au mur. Si Usbek & Rica le rencontre, c’est parce que Sébastien Soriano n’hésite pas à prendre la parole sur des sujets qui engagent notre avenir. Dans une récente tribune au Monde, il n’hésitait pas à appeler à  » renverser les seigneurs de l’Internet féodal  » et affirmait qu’Internet devait être considéré comme un bien commun.

On a donc voulu savoir si l’Arcep était versée dans la prospective, que Sébastien Soriano envisage comme  » l’art du doute, l’art de rencontrer des gens qui vont vous en mettre plein la vue et d’autres qui vont vous déprimer « . On espère que la lecture de cette interview, où il est question du futur d’Internet, de neutralité du Net, de la fin du réseau tel que nous le connaissons et de celle de la vie privée ne vous déprimera pas trop.

En tant que patron de l’Arcep, vous êtes plongés dans des dossiers très technique au quotidien. Pourtant, dans la tribune que vous avez récemment publié dans Le Monde, vous prenez de la hauteur et analysez les lignes de fracture présentes et à venir. Ma première question est plutôt simple : selon vous, quel est l’avenir d’Internet ?

On fait souvent l’amalgame entre le Web et Internet, c’est-à-dire entre un service et une méta-infrastructure. Il est tout à fait vraisemblable que cette infrastructure continue demain à se développer : Internet repose sur une pluralité d’acteurs et sur une architecture décentralisée, et cette architecture ne me paraît pas massivement menacée dès lors que la neutralité du Net est garantie. Elle est structurellement résiliente.

Ce qui me paraît susceptible de changements extrêmement profonds, c’est ce qui se passe au-dessus de cette architecture, et notamment au niveau des équipements terminaux. On vient d’un monde dans lequel on avait un terminal fixe, l’ordinateur personnel, qu’on contrôlait, dans lequel on pouvait installer à peu près tous les logiciels qu’on voulait.

On avait une maîtrise du hardware : on pouvait mettre des briques, ajouter de la RAM, une carte graphique… On pouvait avoir une forme d’intimité avec son équipement terminal, et le customiser.

 » Il est possible que dans 15 ans l’ordinateur ait complètement disparu des foyers  »

Je pense que ça, dans 15 ans, ça sera devenu ultra-minoritaire. Il est possible qu’à cette date, l’ordinateur ait complètement disparu des foyers. Peut-être qu’il sera plus résilient dans les entreprises.

Si l’ordinateur disparaît, par quoi sera-t-il remplacé ?

Ce que l’on peut imaginer, c’est une  » kindle-isation  » d’Internet. Aujourd’hui, le modèle de Kindle est un modèle dans lequel votre équipement est associé à une plateforme, en l’occurrence Amazon. Et cet équipement est connecté, du moins si vous êtes chez Amazon. Cela signifie que l’opérateur télécom devient transparent pour le client.

 » Un futur probable, c’est une spécialisation beaucoup plus importante des équipements « 

Aujourd’hui, nous sommes dans un modèle dans lequel nous avons un abonnement à Internet et une box. Un futur probable, c’est une spécialisation beaucoup plus importante des équipements. On peut imaginer que le futur soit une galaxie d’objets qui, chacun, fait son affaire de la connectivité. Cette connectivité deviendrait alors transparente pour l’utilisateur, l’opérateur télécom n’étant plus qu’un simple transporteur, un intermédiaire.

C’est un modèle que l’on peut envisager pour un certain nombre de choses. Peut-être que, demain, il existera des oreillettes intelligentes et connectées, sans fil, auxquelles on s’adressera pour écouter la musique que l’on souhaite ou celles suggérées par une intelligence artificielle.

 » Les opérateurs télécoms seront totalement marginalisés dans leur relation avec le client « 

Si on en arrive là, les opérateurs télécoms seront totalement marginalisés dans leur relation avec le client. Ils pourraient devenir une simple commodité, des fournisseurs intermédiaires sur un marché qui ne serait plus Business to Consumer (B to C), mais Business to Business to Consumer (B to B to C). Les consommateurs achèteront directement des contenus et des services connectés via une interface, et cette connectivité deviendra transparente pour eux.

Quels secteurs, en dehors de la musique, pourraient être impactés par une évolution de cette nature ?

Il y a celui des tablettes de lecture, que j’ai déjà mentionné. Et quelque chose se joue aussi au niveau de la conversation, des robots conversationnels. La patronne de Jam, Marjolaine Grondin, dit d’ailleurs qu’on est passé de l’ère du Web à l’ère des applis, et que maintenant s’ouvre l’ère de la conversation, dans laquelle on va interagir par le chat ou la voix.

On peut imaginer que ce soit cette interface conversationnelle qui prenne le pli sur le reste. Les assistants vocaux, sur mobile comme Siri ou à la maison comme Alexa, sont associés aujourd’hui à un appareil particulier, mais peut-être que demain on n’aura plus besoin d’écran. On n’en sait rien, ce sera peut-être des lunettes. Potentiellement, on va vers une décomposition.

 » Les objets connectés intelligents pourraient refractionner le Net « 

Votre vision se fonde sur le développement exponentiel du marché des objets connectés. Comment ce marché va-t-il évoluer dans les années qui viennent ?

Ces objets connectés devenant intelligents et en partie autonomes pourraient refractionner le Net. Internet a été dans un premier temps un grand agrégateur, qui a tout rassemblé autour de son infrastructure. L’évolution que l’on a vécue est assez bien démontrée par ces montages photos montrant que l’iPhone réunit un nombre impressionnant d’objets du quotidien d’il y a trente ans.

Avec les objets connectés, c’est peut-être le mouvement inverse que l’on va connaître. Et ça, c’est un futur de la connectivité qui pose un certain nombre de questions, notamment sur l’importance des nouveaux intermédiaires.

Le pétrole de ces nouveaux intermédiaires, ce sera l’accumulation et le traitement des données ?

Ce qu’il y a d’intéressant avec la data, c’est qu’elle peut aider à renverser les business models. Avec le Berec, l’organe des régulateurs européens [que Sébastien Soriano préside en 2017], on a fait un voyage d’étude en Inde. L’Inde, c’est un marché sur lequel il y a une concurrence extrêmement forte, avec beaucoup d’opérateurs. La propension à payer y est très faible : c’est l’endroit au monde où le gigabyte de données est le moins cher, et les prix se sont effondrés. Or, quand vous arrivez à un prix de la connectivité qui est suffisamment bas, la connectivité peut devenir la commodité d’un autre service. Facebook a essayé de lancer en Inde son service Free Basics.

L’idée de Facebook était de dire :  » Moi, je vends du Facebook. Avec Facebook j’ai de la donnée, j’ai de l’attention que je peux monétiser avec de la pub, et c’est ça qui va me permettre de financer la connectivité qui ne coûte rien « . Des business models de ce type-là pourraient se généraliser.

La donnée intervient aussi sur ce qu’on appelle, en économie, les  » effets de réseau « . Dans un monde d’intelligence artificielle, l’un des facteurs différenciant dans la compétitivité, c’est la quantité de données qu’on est capable d’obtenir : plus on a de données qualifiées, plus cela permet aux algorithmes de devenir intelligents et pertinents.

 » Plus les terminaux vont maîtriser les choses et moins les opérateurs auront d’influence « 

C’est ce qu’on appelle un effet de réseau : plus il y a d’utilisateurs sur un service, et meilleur est le service. C’est ce qu’on connaît aujourd’hui pour Google ou Facebook. Plus on va aller dans un monde où ce sont les terminaux qui vont maîtriser les choses et moins les opérateurs auront d’influence. C’est le fournisseur des équipements ou des logiciels qui y seront installés qui aura accès au puits de données qui vont lui permettre d’écraser totalement la concurrence.

 » Les géants de l’Internet féodal de devenir encore plus puissants « 

L’univers que vous décrivez risque donc d’accroître encore un peu plus ces effets de réseau et d’empêcher la concurrence de s’établir dans de bonnes conditions, non ? Plusieurs des dossiers que vous avez à traiter au sein de l’Arcep auront des conséquences majeures sur le futur et vous appelez notamment à  » renverser les seigneurs de l’Internet féodal « . Que se passe-t-il si ces seigneurs l’emportent ?

Avec les objets connectés et l’intelligence artificielle, les effets de réseau vont encore s’accroître. Et donc permettre à ces mastodontes que sont les géants de l’Internet féodal de devenir encore plus puissants. L’évolution naturelle, pour moi, c’est que le club des grands va être de plus en plus verrouillé. Si ce monde advient, l’innovation sans permission qu’invoquent aujourd’hui Tim Berners-Lee ou Lawrence Lessig quand ils défendent la neutralité du Net, c’est terminé. On rentrera dans une autre ère d’Internet, parce que le changement des interfaces fait que les utilisateurs n’auront plus d’accès direct au monde virtuel, puisque tout sera intermédié.

 » Demain, quand votre réveil connecté ira directement puiser de l’information sur un certain nombre de médias, ce sera le terminal qui vous fera votre brief du matin « 

Aujourd’hui, quand vous allez sur Internet, que vous cherchez une adresse, ou même un lien sur Google, vous voyez la multitude, elle est là, vous sentez le foisonnement, les informations auxquelles vous pouvez accéder. Mais demain, quand votre réveil connecté ira directement puiser de l’information, en fonction de vos centres d’intérêt, sur un certain nombre de médias – à moins que ceux-ci n’aient été tous transformés en agences de presse B2B -, ce sera le terminal qui vous fera votre brief du matin. Ça pourra ressembler à quelque chose comme :  » Donald Trump est reçu aujourd’hui par le président Macron, et votre cousine s’est cassé une dent « .

 » Tout le foisonnement que permet Internet est très fortement menacé « 

Tout le foisonnement que permet Internet est très fortement menacé. Ce forum mondial était lié à la navigation Web, et pourrait avoir disparu dans 15 ans. Le tout au profit des géants de l’Internet féodal et de leurs partenaires patentés.

Quelles sont les spécificités de ce nouveau régime de l’Internet féodal ? Les  » seigneurs  » protègent-ils leurs vassaux ou bien plutôt la population ?

Cela fonctionne déjà aujourd’hui : Apple, par exemple, vous propose un système fermé mais vous dit qu’en échange, tout est sécurisé et qu’il ne transmet pas vos informations au FBI…

Le seigneur féodal apporte sa protection, mais en échange de la liberté ! Cet univers, dans lequel on aura encore renforcé les barrières à l’entrée et où on en aura érigé de nouvelles, comporte plusieurs risques majeurs.

 » J’appelle à une régulation proactive pour casser les monopoles actuels « 

Il y a d’abord un risque de compétitivité pour les pays qui ne sont pas producteurs des terminaux, des OS et des logiciels qui y sont installés : ils seront dans une situation de dépendance économique à l’égard des pays qui auront réussi à les produire. Sur ce terrain, on peut dire que chacun a sa chance, mais comme il y a déjà de grands acteurs installés, avec des effets de réseau, ce n’est pas simple. Et cela renvoie à la question de la régulation proactive pour casser les monopoles actuels, ce à quoi j’appelle dans ma tribune.

 » Si demain ce sont des algorithmes qui agglomèrent eux-mêmes les informations, il y a un risque d’uniformisation de la pensée « 

Ensuite, il y a le mainstream, le risque d’uniformisation de la pensée. Il est clair que si demain ce sont des algorithmes qui agglomèrent eux-mêmes les informations ou les contenus, il y a un risque d’enfermement des gens dans leurs goûts, dans leurs bulles de filtre. Toute la sophistication d’une culture ne sera pas forcément correctement mise en avant, même s’il est possible de créer de la diversité avec des algorithmes, comme l’illustre la technique dite du  » recuit simulé « .

Netflix pourrait par exemple, très simplement, avoir une fonction qui proposerait à ses utilisateurs quelque chose de complètement exogène à ses goûts, c’est possible. Le problème, c’est que ce n’est pas nécessairement l’option la plus séduisante, la plus immédiate, la plus facile, et surtout la plus intéressante commercialement.

Par ailleurs, le futur que vous décrivez aurait un impact sur la protection de la vie privée des utilisateurs de ces devices. Que faire pour maintenir une protection importante de nos intimités ?

Il y a, bien évidemment, un risque pour la vie privée. Dans La Troisième révolution industrielle, Jérémy Rifkin considère que la vie privée aura été une parenthèse, qu’il n’y a jamais eu de respect de la vie privée avant la reconnaissance des droits de l’Homme, et que celle-ci, il faut bien le reconnaître, est un tout petit point dans l’histoire de l’humanité. Il a peut-être raison, je n’en sais rien.

 » Aujourd’hui, on vit dans la fiction commune du respect de la vie privée, mais ce n’est pas un absolu « 

J’adore Sapiens, le livre de Yuval Noah Harari, qui explique très clairement qu’une culture, à un moment donné, est la croyance collective en des fictions partagées. Aujourd’hui, on vit dans la fiction commune du respect de la vie privée, mais ce n’est pas un absolu. Il y a des sensibilités très différentes sur le sujet. Quoi qu’il en soit, on rentre dans un univers inconnu, où le  » full data  » va succéder au  » big data « . Aujourd’hui, on a une gestion de la vie privée sophistiquée, dans un objectif de maîtrise fine. On s’intéresse à chaque donnée : comment elle est collectée, pour faire quoi, combien de temps elle peut être stockée, etc. En France, c’est la Cnil qui en est responsable et son travail est très respecté.

Il est clair que si, dans 15 ans, on se retrouve dans un univers où une masse colossale de données sont capturées par quelques-uns et privatisées, se posera alors la question de renoncer à une logique de moyens au profit d’une logique de résultats. C’est-à-dire de gérer les risques sans pouvoir contrôler finement ce qui se passe. Ce serait un peu une logique prudentielle, comme les assurances, visant à contrôler le niveau de risque que quelqu’un dispose d’informations insidieuses, voire compromettantes, sur notre vie privée, mais sans pouvoir totalement l’écarter. Il y a un défi de changement d’échelle à terme, mais je souhaite rester prudent sur ce point car l’Arcep n’est pas en charge de ces questions.

 » En tant que régulateur des réseaux, notre première fonction, c’est déjà de faire en sorte qu’il y ait des réseaux « 

Le rôle du régulateur que vous êtes va forcément évoluer dans ce nouveau monde que vous décrivez. Quelle pourrait être l’évolution de l’Arcep dans ce cadre ?

En tant que régulateur des réseaux, notre première fonction c’est déjà de faire en sorte qu’il y ait des réseaux, on l’oublie souvent… Des réseaux fiables, qui couvrent bien, avec une bonne qualité de service et à des prix abordables. Pour ça, il faut faire en sorte qu’il y ait une industrie de la construction et de l’exploitation des réseaux qui soit compétitive. Même si les acteurs peuvent être amenés à évoluer, notre premier travail est de faire en sorte qu’il y ait une dynamique d’investissement sur le marché.

C’est parce que nous demandons qu’il y ait plus de 4G et de très haut débit que nous mettons en place une régulation  » pro-investissement  » à l’Arcep. Nous avons les outils qui nous permettent de le faire, notamment le partage d’infrastructures – on peut le rendre obligatoire (ou au contraire l’empêcher) dans certains situations – pour renforcer les dynamiques d’investissement. Il faut trouver les bons équilibres pour qu’il y ait les bonnes incitations. Ce métier-là continuera à être indispensable.

 » Les opérateurs français ont des velléités de fusion. Aujourd’hui, je n’y suis pas favorable « 

Là où cela va devenir compliqué si l’on se dirige vers une  » kindle-isation  » d’Internet – autrement dit si les opérateurs télécoms vont vers un marché B to B to C – c’est que le marché sera beaucoup plus instable. Si, demain, vous avez deux constructeurs d’oreillettes qui sont en concurrence, il suffit que l’un choisisse de passer du réseau d’Orange à celui de Bouygues pour faire perdre à Orange 20% du trafic qu’il achemine. Alors que quand on est sur un marché de détail, les clients, on les perd un par un, on sait les retenir : l’élasticité par rapport au fonctionnement du marché n’est pas la même. Dans un marché B to B, la concurrence est très dure, pensez à Airbus et Boeing… Le marché pourrait donc être plus difficile à suivre, et connaître des effets de concentration : vous savez bien que les opérateurs français ont des velléités de fusion mais que je n’y suis pas favorable, en tous cas aujourd’hui. Dans ce type de marché, le régulateur pourrait adapter sa doctrine.

La deuxième facette de notre métier, c’est de favoriser l’innovation, notamment en attribuant des fréquences. C’est un métier qui va évoluer, lui aussi. Aujourd’hui, nous sommes dans un système où une bonne partie des fréquences sont attribuées de manière exclusive à des opérateurs, notamment les opérateurs mobiles, en échange d’obligations et de redevances. On peut imaginer demain un monde dans lequel les fréquences seraient beaucoup plus sur un modèle d’usage partagé, voire de fréquences libres : il y aurait un règlement d’usage, comme un règlement de copropriété, qui viserait à ce que chacun respecte son voisin. C’est ce qu’on connaît aujourd’hui avec des réseaux très bas débit d’Internet des objets qui utilisent ce type de bandes libres et qu’accompagne l’Arcep.

L’avantage de ce modèle, c’est que, potentiellement, ce ne sont pas des opérateurs qui font les réseaux, ça peut être les utilisateurs eux-mêmes. Et puis il y pourrait y avoir des bouleversements technologiques qu’on ne soupçonne pas encore : les réseaux de satellites basse orbite comme dans le projet OneWeb, les drones Aquila de Facebook… C’est un défi enthousiasmant pour le régulateur que nous sommes !

Vous vous faites l’ardent défenseur de la neutralité du Net, concept que vous avez souvent évoqué au cours de notre entretien. Peut-il être opérant pour l’exercice des fonctions de régulation de l’Arcep ?

C’est une mission qui nous est confiée par la loi et par un règlement européen. Elle modifie profondément la nature de la régulation des télécoms, c’est pourquoi je tiens à en faire la pédagogie. Pour moi, la neutralité du Net, c’est justement le principe d’innovation sans autorisation. C’est la différence avec le Minitel, qui était pourtant déjà une percée en termes d’ouverture. Quand vous vouliez développez un service sur le Minitel, vous aviez besoin de l’autorisation de France Télécom, qui référençait votre service et prenait ensuite un pourcentage.

 » Les opérateurs télécoms n’ont pas toujours été très bons en innovation de service : ils avaient toutes les cartes en mains pour inventer Messenger ou WhatsApp « 

Avec Internet, n’importe qui peut héberger son service, et boum : il est visible de tout le monde. Chacun peut se brancher à tout le monde, sans avoir besoin d’autorisation. C’est ce principe d’innovation sans autorisation que vise à protéger la neutralité du Net, de manière à ce que le seul arbitre des innovations ou de la pertinence des contenus soit l’utilisateur. Et non pas un intermédiaire qui a présélectionné ou donné un avantage. Ce système-là a des vertus immenses : c’est la différence entre la gratuité et un prix modique. Dans son ouvrage Free, Chris Anderson explique que la différence entre donner des choses gratuitement ou les faire payer un tout petit peu provoque des effets de demande qui sont totalement disproportionnés. Il y a un effet psychologique fondamental sur la question de l’absence de prix ou de permission. Et c’est cela qui a permis une explosion insensée des usages.

C’est pour ça que cette neutralité du Net est essentielle. D’ailleurs, les opérateurs télécoms n’ont pas toujours été très bons en innovation de service : ils avaient toutes les cartes en mains pour inventer Messenger ou WhatsApp, ils pouvaient le faire. Ils ont certes fait le SMS, qui a eu son heure de gloire, mais ça fait plus de 25 ans que ça a été normalisé !

Sans neutralité du Net, on permet aux opérateurs de se garder une forme de monopole sur certains types d’innovation. Et on voit que ce monopole n’a pas montré son efficacité. En termes de qualité d’innovation, ils ont été globalement moins bons sur des services qui étaient pourtant au cœur de l’expérience de leurs clients, des services de messagerie ou des services d’appel. Les opérateurs ont toute leur place dans l’innovation, mais ils ne peuvent la revendiquer pour eux seuls. C’est ça la neutralité du Net : ce n’est pas parce que vous donnez accès à Internet que vous devez intervenir sur ce qu’il y a dans Internet.
Propos recueillis par Guillaume Ledit

> L’interview sur le site m.usbeketrica.com