Revue de Presse

FacebookTwitterLinkedIn

Semaine du 28 novembre au 4 décembre 2016

  • 28 novembre 2016

• Les applications IoT sont loin d’être sécurisés. Pour pallier ce risque, des groupements d’acteurs ont démarrés des travaux pour homogénéiser les systèmes et les pratiques. Sur le terrain, les fournisseurs multiplient des solutions plus ou moins standard (IT for business)

  • 29 novembre 2016

• Les implants médicaux, futures cibles pour les pirates. Plusieurs études scientifiques ont révélé que les pacemakers, pompes à insuline et implants cérébraux pouvaient facilement être piratés. Les parades restent à mettre au point. La plupart des implants médicaux, peuvent facilement communiquer sans fil avec l’extérieur. Ces passerelles sont autant de faiblesses, aux conséquences potentiellement dangereuses. Les remèdes ? Changer régulièrement les mots de passe, ne pas divulguer sur internet les numéros de série des implants et sensibiliser les publics concernés (Les Echos)

• Des hackers ont pris le contrôle du système régissant les transports en commun de San Francisco vendredi et réclament environ 73.000 dollars. L’achat de tickets rendu impossible, la Municipal Transportation Agency – qui refuse de payer – a laissé les usagers voyager gratuitement samedi avant un retour à la normale (Les Echos)

  • 30 novembre 2016

• Sigfox, Lora, Ingenu, Sensu et Telensa, les dieux de l’IoT en 2021. D’ici 5 ans, le nombre de connexions des objets sur les réseaux de Sigfox et Lora dépasseront celles des réseaux cellulaires, selon ABI Research (silicon.fr)

  • 02 décembre 2016

• Fitbit serait en passe de racheter Pebble, la start-up à l’origine du boom des smartwatchs. Une triste fin qui illustre plus largement l’échec du marché des montres connectées (usine-digitale.fr, Les Echos, Le Figaro)

• KPN to Include LTE-M in IoT Mix in 2017 (lightreading.com)

• Les grands groupes s’emparent de l’internet des objets. Rachats, développements internes, partenariats avec des start-up, toutes les pistes sont empruntées (Le Figaro)

• Les objets attaquent. Censés nous obéir au doigt et à l’oeil, les objets connectés peuvent se transformer en armes numériques et paralyser nos vies. La conquête de ces nouveaux « ovnis » (objets vivants non inventoriés) a commencé (La Tribune)

• Le marché du paiement connecté en pleine ébullition. Le marché des objets connectés embarquant une solution de paiement devrait plus que tripler en quatre ans. Leur généralisation se heurte néanmoins à plusieurs principes de réalité. Les différents objets connectés d’un même consommateur doivent par exemple pouvoir communiquer entre eux, or il n’existe pas de standard en la matière (Les Echos)