République Française

Membre du BEREC

Langues Français English

SERVICES FIXES

L'ARCEP publie une version-test de son nouvel observatoire sur la qualité du service fixe d'accès à l'internet 

Paris, le 25 novembre 2014

Contexte

L'ARCEP publie aujourd'hui une version-test (bêta) de son nouvel observatoire sur la qualité du service fixe d'accès à l'internet en France métropolitaine. Il vient compléter les observatoires, déjà publiés régulièrement, portant, d'une part, sur la qualité des services d'accès au réseau fixe et de téléphonie fixe et, d'autre part, sur la qualité et la couverture des services mobiles.

L'ARCEP présente le résultat des mesures réalisées dans le cadre du dispositif instauré par sa décision du 29 janvier 2013, dans le but d'améliorer l'information des internautes et de donner à l'Autorité les moyens d'assurer la mission, prévue par la loi, de supervision du niveau général de qualité du service d'accès à l'internet. L'observatoire s'inscrit plus généralement dans le cadre des travaux et des réflexions conduits par l'ARCEP depuis 2010 sur les aspects techniques et économiques de la neutralité de l'internet.

Le dispositif mis en place comportera, à terme, deux volets : des mesures réalisées dans un environnement contrôlé et sur des lignes dédiées (outil " principal "), et des mesures réalisées par les utilisateurs eux-mêmes (outil " complémentaire "). A ce stade, seul le volet principal a été réalisé.

Par souci de transparence, l'Autorité a souhaité mettre à disposition du public une synthèse des informations recueillies lors de ce premier cycle de mesures, dans un rapport et sous format exploitable, dans un tableur annexé. Néanmoins, compte tenu du recul limité et des risques d'erreurs inhérents au lancement de tout nouveau dispositif de ce type, elle invite le lecteur à la prudence quant à l'interprétation des données publiées dans ce premier rapport de synthèse. Elle recommande également que toute diffusion de ces données soit accompagnée des mises en garde méthodologiques mentionnées dans le rapport.

De plus amples informations sont fournies sur le contexte et le cadre de mise en œuvre de ce nouvel observatoire dans la partie du rapport intitulée " Présentation générale du dispositif ".

En régime de croisière, deux cycles de mesures seront effectués chaque année : les résultats seront publiés en avril (pour le second semestre de l'année précédente) et en octobre (pour le premier semestre de l'année en cours). Cette première publication doit être considérée comme une version-test faisant partie intégrante du processus de fiabilisation du dispositif.

En effet, les contraintes de rodage ont conduit à raccourcir exceptionnellement la période de mesure à un mois (du 26 mai au 30 juin 2014), au lieu de six. Par ailleurs, un certain nombre de dysfonctionnements mis en lumière ont dû être corrigés lors de ce premier cycle de mesures. Enfin, plusieurs points de mesure ont dû être exclus du périmètre de calcul des résultats publiés.

Pour cet ensemble de raisons, l'Autorité a décidé de ne pas publier in extenso les indicateurs techniques (1) qui ont été particulièrement affectés par des dysfonctionnements durant la phase de rodage du dispositif ; seules des valeurs agrégées, tous opérateurs confondus, sont publiées pour ces indicateurs.

L'outil de mesure

L'outil de mesure repose sur des lignes dédiées aux tests, dans un environnement technique et des conditions comparables entre les opérateurs et représentatives de la variété des conditions techniques d'accès au réseau. L'exercice concerne les cinq principaux fournisseurs d'accès fixe à l'internet (FAI) en France : Bouygues Telecom, Free, Numericable, Orange et SFR.

La conception et la réalisation de cet outil ont été le fruit d'un travail préparatoire de près de trois ans, ayant fait l'objet d'une intense concertation : l'Autorité a ainsi associé les principales parties prenantes dès le lancement du projet, organisé plusieurs consultations publiques et de nombreuses réunions multilatérales.

Un comité technique animé par l'ARCEP, auquel participent les opérateurs concernés, les représentants d'associations de consommateurs et des experts indépendants, a élaboré les spécifications techniques du protocole de mesure. Elles font l'objet d'un référentiel commun à tous les opérateurs. Ce comité continue à se réunir régulièrement afin d'améliorer et d'enrichir le protocole de mesure.

L'Autorité considère que l'usage régulier du protocole de mesure va permettre, dans la durée, d'en affiner les modalités. Les résultats publiés ce jour, y compris les données individuelles, doivent donc être interprétés avec précaution s'agissant d'une première mise en œuvre du dispositif.

Les mesures concernent les trois configurations (ou technologies) principales d'accès à l'internet fixe grand public en service en France à la date du lancement du processus : ADSL (2 et 3), , fibre optique avec terminaison coaxiale et FttH (4). Plusieurs catégories d'accès ont été retenues pour une même configuration, afin de mieux refléter la diversité des performances observables selon les configurations et les offres.

L'Autorité a prévu dans sa décision précitée de janvier 2013 de retenir 4 indicateurs techniques et 3 indicateurs d'usages, soit 7 indicateurs au total.

Pour cette première publication, seuls les indicateurs d'usages sont publiés in extenso. En effet, la méthodologie de mesure des indicateurs techniques n'a pas pu être stabilisée lors du premier cycle et les résultats obtenus n'apparaissent pas à ce jour suffisamment fiables pour apporter une information pertinente au consommateur opérateur par opérateur. Les travaux sur ces indicateurs se poursuivent au sein du comité technique, en vue de leur intégration complète dans l'observatoire à compter du premier semestre 2015 (publication des résultats des mesures effectuées au second semestre 2014). Toutefois, des résultats agrégés, tous opérateurs confondus, sont donnés à titre indicatif (5). Ils permettent d'illustrer les écarts de performance entre les différentes catégories d'accès.

Les mesures ont été effectuées sur trois à six lignes par catégorie d'accès, réparties sur huit sites en France métropolitaine. Le protocole de mesure a été défini en tenant compte de la représentativité géographique des lignes testées, de l'environnement technique et des offres commercialisées. En particulier, les offres testées sont les offres triple-play les plus vendues - ou représentant a minima un pourcentage significatif des ventes - au cours des six mois précédant chaque période de mesure.

La réalisation des mesures a été confiée à un prestataire indépendant, sélectionné au terme d'un appel d'offres.

Principaux résultats

Le comité technique a cherché à obtenir une bonne lisibilité des résultats. Chaque graphique ci-dessous représente, pour chacun des indicateurs, la moyenne des performances de chaque catégorie d'accès sur l'ensemble des lignes testées.

INDICATEURS TECHNIQUES

Débit descendant - heures chargées, mires proches

Observations (6) : les valeurs mesurées reflètent globalement les débits annoncés commercialement par les opérateurs pour les offres testées.

Débit montant - heures chargées, mires proches

Observations (7) : en ADSL, les débits montants sont beaucoup moins sensibles que les débits descendants à la longueur de la ligne.
Les mesures de débit montant pour les lignes offrant une capacité montante supérieure à 5 Mbit/s ont été affectées par un défaut de configuration du dispositif de mesure et ne sont donc pas publiées.

Latence - heures chargées, mires proches

Observations (8) : il semble que la modernisation des réseaux en fibre optique avec terminaison coaxiale, permettant d'offrir des débits dépassant les 100 Mbit/s, n'apporte pas de gain en termes de latence (9).
Les performances en termes de latence expliquent en grande partie les résultats obtenus en termes de navigation web et de lecture de vidéos en streaming (cf. tableaux ci-dessous).

INDICATEURS D'USAGES (10)

Navigation web - heures chargées

Observations : si le temps de chargement d'une page web apparaît significativement plus faible avec la fibre optique jusqu'à l'abonné qu'avec les autres technologies d'accès, cette réduction n'est toutefois pas proportionnelle aux débits offerts. En effet, le temps de chargement d'une page web est également dépendant d'autres paramètres techniques et en particulier de la latence.

Lecture de vidéo en streaming (11) - heures chargées, hors lignes longues

Observations : compte-tenu du format de la vidéo testée (vidéo au format 720p correspondant à un flux d'environ 4 Mbit/s), la qualité de la lecture de vidéo en streaming ne permet pas d'établir une hiérarchie entre les différentes technologies d'accès. La qualité semble plutôt dépendante des capacités d'interconnexion entre le FAI et la plate-forme de diffusion des vidéos, qui peut évoluer au gré des mises à niveaux des liens d'interconnexion. Des formats de qualité supérieure, plus différenciants, seront testés lors des campagnes de mesure ultérieures.

Téléchargement de fichier en P2P - heures chargées

Observations : la performance de téléchargement d'un fichier en P2P bénéficie de manière significative du niveau du débit. Cet usage reste cependant largement dépendant de facteurs extérieurs au FAI et en particulier des pairs disponibles, de leur capacité et de leur localisation, ce qui explique que le gain ne soit pas proportionnel aux débits offerts.

Prochaines étapes

Pour toute précision, les services de l'Autorité se tiennent à la disposition du public pour un chat internet le 4 décembre 2014 à 17 h.

En outre, l'ARCEP poursuit les travaux entamés avec l'ensemble des parties prenantes (associations de consommateurs, opérateurs, experts techniques) en vue d'améliorer et de compléter ce dispositif de mesure, qui devraient donner lieu à des publications régulières sur un rythme semestriel.

_____________________
(1) La liste des indicateurs techniques et d'usages est présentée ci-après.

(2) " Asymmetric Digital Subscriber Line ".

(3) Le VDSL sera inclus dans le dispositif pour les prochaines mesures.

(4) " Fiber to the home ", fibre optique jusqu'à l'abonné.

(5) Les mesures de l'indicateur " perte de paquets " ont été significativement dégradées par une défaillance du dispositif de mesure lors du premier cycle. L'Autorité a donc décidé de ne pas publier cet indicateur dans le cadre de ce premier rapport.

(6) La méthodologie et le périmètre de mesures des indicateurs de qualité de service internet peuvent varier significativement entre les dispositifs existants, notamment en raison des différences de modalités de mesure.
Ainsi, à titre de comparaison, le baromètre DegroupTest des connexions internet fixe du 1er semestre 2014 (www.degrouptest.com/publications/16/barometre-connexions-internet-fixes-s1-2014/1) relève des débits descendants moyens compris entre 5,6 Mbit/s et 7,2 Mbit/s en xDSL ; entre 18,0 Mbit/s et 19,3 Mbit/s en fibre optique avec terminaison coaxiale à 30 Mbit/s ; entre 46,3 Mbit/s et 47,2 Mbit/s en fibre optique avec terminaison coaxiale à 100 Mbit/s ou plus et entre 61,9 Mbit/s et 77,8 Mbit/s en fibre optique jusqu'à l'abonné.
L'observatoire Ariase, sur la période du 1er mai 2013 au 13 novembre 2014 (www.ariase.com/fr/vitesse/observatoire-debits.html), relève des débits descendants compris entre 6,5 Mbit/s et 8,0 Mbit/s en ADSL et entre 50,1 Mbit/s et 125,1 Mbit/s sur les lignes à très haut débit.
Le banc d'essai des FAI 01Net (www.01net.com/rub/actualites/10506/actualites/fai/banc-dessai-fai/), dont la dernière publication a été effectuée sur la période du 31 mars au 6 avril 2014, relève quant à lui, sur la région parisienne, des débits descendants compris entre 12,0 Mbit/s et 14,9 Mbit/s en ADSL et de 25,3 Mbit/s en fibre optique avec terminaison coaxiale à 30 Mbit/s.

(7) La méthodologie et le périmètre de mesures des indicateurs de qualité de service internet peuvent varier significativement entre les dispositifs existants, notamment en raison des différences de modalités de mesure.
Ainsi, à titre de comparaison, le baromètre DegroupTest des connexions internet fixe du 1er semestre 2014 (www.degrouptest.com/publications/16/barometre-connexions-internet-fixes-s1-2014/1) relève des débits montants moyens compris entre 0,6 Mbit/s et 0,7 Mbit/s en xDSL ; de 0,8 Mbit/s en fibre optique avec terminaison coaxiale à 30 Mbit/s ; de 5,0 Mbit/s en fibre optique avec terminaison coaxiale à 100 Mbit/s ou plus et entre 25,9 Mbit/s et 75,5 Mbit/s en fibre optique jusqu'à l'abonné.
L'observatoire Ariase, sur la période du 1er mai 2013 au 13 novembre 2014 (www.ariase.com/fr/vitesse/observatoire-debits.html), relève des débits montants compris entre 0,9 Mbit/s et 1,0 Mbit/s en ADSL et entre 5,5 Mbit/s et 55,0 Mbit/s sur les lignes à très haut débit.
Le banc d'essai des FAI 01Net (www.01net.com/rub/actualites/10506/actualites/fai/banc-dessai-fai/), dont la dernière publication a été effectuée sur la période du 31 mars au 6 avril 2014, relève quant à lui, sur la région parisienne, des débits montants compris entre 0,8 Mbit/s et 1,0 Mbit/s en ADSL et de 1,0 Mbit/s en fibre optique avec terminaison coaxiale à 30 Mbit/s.

(8) La méthodologie et le périmètre de mesures des indicateurs de qualité de service internet peuvent varier significativement entre les dispositifs existants, notamment en raison des différences de modalités de mesure.
Ainsi, à titre de comparaison, le baromètre DegroupTest des connexions internet fixe du 1er semestre 2014 (www.degrouptest.com/publications/16/barometre-connexions-internet-fixes-s1-2014/1) relève des latences moyennes comprises entre 68 ms et 103 ms en xDSL ; entre 42 ms et 74 ms en fibre optique avec terminaison coaxiale à 30 Mbit/s ; entre 40 ms et 41 ms en fibre optique avec terminaison coaxiale à 100 Mbit/s ou plus et entre 24 ms et 39 ms en fibre optique jusqu'à l'abonné.
L'observatoire Ariase, sur la période du 1er mai 2013 au 13 novembre 2014 (www.ariase.com/fr/vitesse/observatoire-debits.html), relève des latences comprises entre 51 ms et 65 ms en ADSL et entre 22 ms et 35 ms sur les lignes à très haut débit.
Le banc d'essai des FAI 01Net (www.01net.com/rub/actualites/10506/actualites/fai/banc-dessai-fai/), dont la dernière publication a été effectuée sur la période du 31 mars au 6 avril 2014, relève quant à lui, sur la région parisienne, des latences comprises entre 9 ms et 22 ms en ADSL et de 12 ms en fibre optique avec terminaison coaxiale à 30 Mbit/s.

(9) Les offres à 30 Mbit/s et celles à 100 Mbit/s ou plus ne reposent pas sur la même norme : les premières utilisent la norme DOCSIS 2.0 ; les secondes utilisent la norme DOCSIS 3.0.

(10) La méthodologie et le périmètre de mesures des indicateurs de qualité de service internet peuvent varier significativement entre les dispositifs existants. Les indicateurs d'usages sont d'autant plus sensibles à ces différences de méthodologie qu'il n'existe pas de manière standardisée de les mesurer. Aucun observatoire comparant les FAI en France sur un périmètre et avec une méthodologie comparable n'a pu être identifié.

(11) L'indice (score sur 5) est calculé à partir du taux de réussite d'accès au flux, du temps de négociation, du taux de succès fluide de la vidéo, du nombre de ruptures de lecture et de la durée des ruptures. La méthodologie de calcul de cet indice est détaillée dans la synthèse publiée par l'ARCEP.



Les autres communiqués

Année

Thème

Mots-clés

Valider