Français English
Deutsch Español Italia Portugal Republic of Korea China Japan

L'actualité de l'ARCEP > Actualités > - Dernières interviews

Flux RSS de l'ARCEP L'ARCEP en audio

Actualité / Interview Version anglaise Imprimer la page

 

" La France doit encore accélérer son déploiement en fibre optique pour rapidement atteindre les 2,5 millions de nouvelles prises raccordées par an, si elle veut respecter l'éligibilité sur la totalité du territoire planifiée pour 2025 " Jean-Ludovic Silicani, président de l'ARCEP, répond aux questions de l'AFP

Comment progressent les déploiements de fibre optique en France ?

L'accélération des déploiements a vraiment démarré. Depuis trois ans, nous avions une progression lente et linéaire des déploiements mais depuis mi-2012, on commence à avoir une vraie accélération de cette croissance, et on devrait dépasser à la fin du troisième trimestre 2012 le cap des deux millions de prises FTTH ("fiber to the home", soit la fibre jusque dans les immeubles).

Il y a en France plus de 35 millions de lignes téléphoniques desservant des foyers ou des locaux professionnels: actuellement, environ 2 millions d'entre elles sont donc éligibles au FTTH. Il faut y ajouter plus de 8 millions de logements éligibles à des offres sur câble.
Si on veut atteindre d'ici 2025 l'éligibilité sur la totalité du territoire, il va falloir arriver assez vite, d'ici 3 ans, à un rythme de croisière de près de 2,5 millions de nouvelles prises par an, contre 800.000 cette année, et ensuite garder ce rythme pendant plus de dix ans.

Comment expliquez-vous le fait que peu de Français souscrivent un abonnement fibre ?

C'est vrai, le nombre d'abonnés reste encore faible. Pour l'instant, les déploiements s'accélèrent surtout dans les zones denses et très denses: or, l'ADSL (via le réseau cuivre) y est de très bonne qualité, ce qui est un atout et une faiblesse, car les abonnés ne voient pas encore l'intérêt ou l'utilité de passer à la fibre optique. Dans certains pays d'Europe de l'est, où il n'y avait pas ou peu d'ADSL, les utilisateurs sont passés directement et rapidement à la fibre. Il faut aussi constater qu'en France, il y a encore trop peu de publicité de la part des opérateurs concernant leurs offres d'abonnement à la fibre: les premières n'ont commencé qu'il y a quelques mois.

Comment faire pour que les déploiements se passent au mieux localement ?

Il faut une coordination nationale des déploiements, c'est ce qui manquait jusqu'à maintenant. Le gouvernement vient de décider la mise en place d'une mission nationale ayant cet objet. Le cadre réglementaire a été fixé par l'Arcep dès 2011. Il reste à mettre en place un outil de soutien financier pérenne pour les zones les moins denses via le fonds d'aménagement numérique du territoire.

Le puzzle se met ainsi progressivement en place. Un autre élément clé est celui de la main d'œuvre, qui est le nerf de la guerre: il serait inconcevable que l'on n'arrive pas à atteindre le rythme de 2,5 millions de prises par an par manque de main d'œuvre qualifiée, alors que le taux de chômage est élevé. Il faut donc recruter et former plusieurs milliers d'ouvriers, techniciens et ingénieurs pour réaliser ce grand réseau du 21e siècle.

Propos recueillis par Katia Dolmadjian



Les autres interviews

Année

Thème

Mots-clés


Les documents associés