Français English
Deutsch Español Italia Portugal Republic of Korea China Japan

L'actualité de l'ARCEP > Actualités > " Territoires du numérique " -...

Flux RSS de l'ARCEP L'ARCEP en audio

Actualité / Les colloques de l'ARCEP Version anglaise 

" Territoires du numérique " - 25 septembre 2012

 

Smiley Télécharger les actes du colloque

Smiley Revoir le colloque en VOD

Smiley Consulter le programme




LES INTERVIEWS DU COLLOQUE

Dans le cadre du colloque, l'Autorité a diffusé une série d'interviews vidéo d'élus, d'opérateurs et d'acteurs de l'aménagement numérique du territoire. Après Laure de La Raudière, députée d'Eure-et-Loir, Yves Rome, sénateur de l'Oise et président de l'AVICCA, Stéphane Richard, président de France Telecom-Orange, Corinne Erhel, députée des Côtes d’Armor, Jean-Ludovic Silicani, président de l'ARCEP, Michel de Rosen, directeur général d'Eutelsat, la parole est à Pascal Sokoloff, directeur général de la FNCCR. Ces vidéos sont lisibles sur le web et les smartphones.

Pascal Sokoloff, directeur général de la FNCCR  : " En matière de déploiement du très haut débit pour tous, la main invisible du marché sera inopérante. Nous avons besoin à la fois d'une volonté politique et d'un dispositif de péréquation qui assure la solidarité entre l'urbain et le rural " (…). " C'est pourquoi nous proposons la création d'une agence nationale de péréquation pour le déploiement de la fibre optique qui aura notamment pour mission d'organiser le partenariat entre l'état et les collectivités territoriales ".

" Nous considérons que l'état et sans doute également le régulateur doivent chacun prendre leur part pour veiller à ce que les opérateurs s'acquittent scrupuleusement de tous les engagements qu'il sont souscrits parce que c'est une condition absolument consubstantielle de la réussite du déploiement de la fibre optique et du très haut débit pour tous ".

" Nous pourrions envisager une meilleure coopération entre l'ARCEP et le régulateur de l'énergie. Nous aurons de nombreux sujets communs à évoquer dans les années qui viennent, comme le partage des infrastructures et la convergence des services, les réseaux de distribution d'électricité évoluant de plus en plus vers ce que nous appelons les réseaux intelligents, dont le pilotage repose sur une gestion de l'information passant par des moyens de communication électronique ".

Voir l'interview de Pascal Sokoloff (10 min 37)


Michel de Rosen, directeur général d'Eutelsat : " le satellite apporte une solution universelle pour permettre l'égalité des territoires en combattant la fracture numérique et la dictature de la distance " (…) . Les objectifs de passage au très haut-débit ne doivent pas faire oublier que le haut-débit n'est pas disponible aujourd'hui pour une fraction significative de la population ".

" Le régulateur joue un rôle important pour "faire exister" dans le débat les différentes technologies du mix nécessaire à la montée vers le très haut débit, dans une logique de neutralité. Eutelsat attend
du régulateur qu'il contribue à ce que les choix technologiques opérés dans les territoires soient optimisés du point de vue de l'intérêt général, à la fois en termes de coût et de délai de déploiement pour les utilisateurs, et des performances des différentes solutions mobilisables ".


Voir l'interview de Michel de Rosen (5 min 44)

Jean-Ludovic Silicani, président de l'ARCEP : " L'aménagement numérique du territoire est un objectif que la loi assigne à l'ARCEP. C'est un sujet très concret et extrêmement important pour l'Autorité. Un exemple : pour l'attribution des fréquences 4G à très haut débit mobile, que nous avons attribuées il y a moins d'un an, nous avons retenu, en vertu de la loi, un objectif prioritaire d'aménagement numérique des territoires. C'est un sujet auquel nous sommes très attachés ".

" Le numérique introduit un bouleversement très important dans l'action des pouvoirs publics et notamment des régulateurs, parce que nous avons en face de nous des entreprises qui ne sont plus seulement des entreprises françaises de télécoms ou des fournisseurs d'accès à internet qui font l'objet de notre régulation traditionnelle, nous avons aussi affaire à de nouvelles entreprises, des entreprises de l'internet, qui produisent des services ou des contenus, parfois hors du territoire national, et que nous devons réguler pour partie
".

" Il doit y avoir une séparation absolue entre tout contenu et tout contenant, les deux domaines doivent être strictement étanches. La définition de la neutralité de l'internet n'est jamais qu'une reprise d'une théorie de nos démocraties que la Cour de cassation avait fixé dans une longue décision à la fin du 19e siècle pour La Poste , lui rappelant qu'elle était chargée d'acheminer des courriers ou des colis ,mais qu'elle n'avait pas le droit de regarder leur contenu. Il s'agit là de protection de la correspondance privée et de protection de la liberté, et donc la neutralité du net, c'est que les réseaux ont leur logique et les contenus la leur ".

Voir l'interview de Jean-Ludovic Silicani (7 min 54)

Corinne Erhel, députée des Côtes d’Armor : " L’aménagement numérique du territoire est un enjeu stratégique pour notre pays : un enjeu économique et de développement industriel, un enjeu sociétal et social. Chacun a le droit, quelquesoit sa situation et quelquesoit son lieu d’habitation, d’avoir accès aux mêmes services et aux mêmes usages "
" Le régulateur doit être extrêmement attentif à ce qu’il n’y ait pas une nouvelle fracture qui apparaisse. On peut très bien, si on n’y prend pas garde, avoir des territoires qui ont progressivement des accès à des débits extrêmement différents. Et quand on parle de montée en débit progressif sur les territoires, il faut veiller à l’objectif qui doit être atteint : celui du très haut débit pour tous. "
" La préoccupation liée à l’emploi, surtout dans les temps qui courent, doit être également cruciale ".


L'interview de Corinne Erhel ( 3 min 52 )

Stéphane Richard, Président - directeur général, France Télécom - Orange : " France Télécom considère qu'apporter le très haut débit fixe ou mobile à tous les Français et à tout le territoire est vraiment sa grande priorité pour les années qui viennent. La montée en puissance de cet investissement se fait conformément à notre plan, avec notamment cette année, un doublement des investissements. Cet investissement doit se faire naturellement dans la complémentarité ; complémentarité avec les collectivités locales, et complémentarité entre le public et le privé dans une démarche de concertation à laquelle nous attachons beaucoup de prix. "
" Le régulateur a fait un travail de qualité, un travail très utile pour permettre à ce chantier du très haut débit de démarrer vraiment en France. Ce que j'attends du régulateur, c'est très simple. C'est d'abord la stabilité de ce cadre et ensuite l'attractivité du cadre règlementaire pour l'investissement "

Voir l'interview de Stéphane Richard (4 min 13)

Yves Rome, sénateur de l'Oise, président de l'AVICCA : " Le numérique est un élément essentiel, sinon primordial, de l'aménagement du territoire national ; à la condition que nous retrouvions les valeurs essentielles qui sont celles de la République, c'est-à-dire l'égalité des territoires […] Le régulateur doit jouer un rôle essentiel à la condition que prioritairement, et préalablement, le politique s'empare de ce sujet [...] Le régulateur doit, à l'intérieur de ce cadre, veiller à ce que tous les acteurs de l'objectif donné tiennent leurs engagements ".

Voir l'interview de d'Yves Rome (4 min 05)

Laure de La Raudière, Députée d'Eure-et-Loir : " Si on n'apporte pas les mêmes services, les mêmes débits d'accès, la même offre dans les territoires ruraux ou montagnards, on vivra un nouvel exode rural. Aujourd'hui, le très haut débit est un critère d'emménagement, demain, ce sera un critère de déménagement " […] Si on n'annonce pas la cible dès maintenant, même si c'est une cible à 25/30 ans, qui est de fibrer toute la France, je pense qu'on ne tient pas un discours clair vis-à-vis des investissements des collectivités territoriales ".

Voir l'interview de Laure de La Raudière (4 min 15)